Partagez|

Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Dim 24 Mar - 23:44

    Ce qui est vraiment chouette avec l'Université, c'est que des fois ils nous prennent encore pour des lycéens, alors ils proposent des semaines de stage. Les choix sont très divers, entre ceux qui veulent devenir boucher et ceux qui vouent un culte aux tatouages, y a de quoi faire.
    J'ai d'abord été attiré par un stage dans un salon de thé, histoire de me goinfrer à l'oeil, mais les horaires me tentaient vraiment pas. Franchement, j'avais pas d'idée, du coup j'ai donné ma demande avec tellement de retard qu'ils m'ont foutu un stage au hasard.

    Stage chez les pompiers, à Shady Cove. Cool, c'est là où j'habite. Je pourrais utiliser mon Vespa pour aller bosser du coup ; oui j'aime vraiment bien utiliser mon Vespa, que ce soit pour aller chercher du pain ou pour aller dans la rue d'en face. Je suis incorrigible, je sais.

    Ça doit pas être trop dur d'être pompier de toute façon. Tu éteins des feux et après tu t'allumes une clope, tranquille. Quand tu t'ennuies et t'as envie de faire la fête, tu fais un barbecue chez toi et tu fais en sorte qu'il tourne mal pour impressionner la famille. Tu peux faire genre tu gères trop la pyromanie, et tu peux être pyromane sans qu'on te soupçonne jamais. C'est la planque pour faire brûler des voitures ! Je rigole, j'irais jamais brûler des voitures... mais des poubelles, éventuellement...

    Aujourd'hui c'est donc mon premier jour. J'ai fait ça dans les règles de l'art, je suis arrivé en avance et je n'ai pas fumé. J'ai même pas mis de casquette, c'est vous dire combien je suis sérieux là ! C'est pas un monde qui m'attire, mais ça me fait une semaine de cours en moins, alors autant s'éclater. Ils font quoi les pompiers quand y a pas d'incendie, d'ailleurs ? Si ça se trouve, ce sont tous des alcooliques... quoi de mieux pour se fondre dans le décor.

    Le seul bémol c'est que j'ai gardé ma vieille barbe de trois jours qui fait ours sexy mal léché, et que ça, ça fait pas très sérieux je crois.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Dim 24 Mar - 23:57

Evidemment, Juliana venait à peine de débarquer à Shady Cove qu’elle désirait déjà visiter la caserne et rencontrer ses futurs collègues. Après tout, sa profession était en quelque sorte sa seule raison de vivre et elle avait hâte de faire connaissance avec ceux qui seront bientôt sa seconde famille. Il existait malgré tout une appréhension ; celle de devoir se faire de nouveau une place parmi un monde d’hommes, d’empiéter sur un territoire inconnu, appartenant à d’autres. Mais la jeune femme était forte, autant psychologiquement que physiquement, et elle parviendrait sans aucun mal à se faire accepter. Elle n’en doutait pas une seule seconde.

En arrivant à la caserne, fraîche et motivée, encore vêtue de ses habits civils – habits très simples et assez masculins - elle comprit bien vite que les choses seraient légèrement plus compliquées que prévu. Visiblement, soit sa future équipe était partie en mission, soit elle n’avait pas été prévue de son arrivée. Peut-être aurait-elle dû s’assurer de leur présence par téléphone, avant de venir ? Enfin, maintenant qu’elle est sur place, elle ne va tout de même pas rebrousser chemin. Elle en profita pour observer de loin les véhicules caractéristiques, les bâtiments assez modernes, et son cœur se gonfla d’impatience mêlée à une bonne dose de contentement. Rien ne pourrait lui plaire davantage que d’être là !

Soudain, Juliana remarqua un jeune homme, un peu plus loin, qui paraît hésiter. Si cela n’avait pas été son premier jour, elle aurait pu jurer qu’il était tout aussi paumé qu’elle, mais elle ne remarqua rien. Peut-être sait-il où elle pourrait trouver quelqu’un pour la renseigner, la guider dans ses premiers pas. Alors, après s’être coiffée rapidement avec ses doigts en priant pour avoir une allure à peu près présentable, elle s’avança vers l’inconnu. Il paraissait légèrement plus jeune qu’elle, malgré son début de barbe, mais Jul’ n’avait jamais été très douée pour donner les âges. Peut-être celui-là avait-il vingt-sept, vingt-huit ans ? Peut-être moins ? Au pire, ce n’était pas si important.

« Bonjour ! Excusez-moi, je suis un peu perdue… Je ne suis pas censée commencer aujourd’hui, mais je voulais visiter la caserne et… Vous bossez ici ? »

Elle eut l’impression de s’emmêler dans ses propos, et préféra s’abstenir de continuer pour lui poser une question. S’il pouvait l’aider ou non, elle en serait vite fixée !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Lun 25 Mar - 0:07

    Les gars, si vous m'offrez une belle blonde sur un plateau d'argent à chaque début de stage, je signe pour tous les stages du monde. Je suis le premier étonné qu'une femme aussi ravissante m'aborde avec tant de facilité. Non pas que les femmes ravissantes m'abordent avec difficulté... c'est plutôt le contraire.

    Au début, j'hésite. Enfin, ça se voit pas que j'hésite, parce que j'hésite que pendant deux secondes, mais dans ma tête, y a un long cheminement à faire avant de parvenir au raisonnement le plus logique à faire dans ces cas-là.
    Phase numéro 1 : identifier la personne, et jauger son potentiel.
    Phase numéro 2 : manipuler (gentiment) la personne selon les besoins qu'elle pourrait apporter
    Phase numéro 3 : lui proposer une partie de Scrabble sans vêtements avec subtilité

    Entre la phase 2 et 3, c'est des heures et des heures de travail et d'acharnement. Mais je suis persuadé d'y arriver, j'ai un talent inné pour atteindre mes objectifs. Enfin, là c'est quand même un but de fou. D'habitude, mes objectifs dans la vie c'est de savoir retenir mon souffle sous l'eau plus de deux minutes ou d'arriver à prendre une bière dans le frigo sans me déplacer. Bref, on est plus dans les bacs à sable là.

    - Bonjour. (J'allais dire "Hey nice to meet you !" comme un adolescent de 15 ans, bordel) Je ne bosse pas ici, mais je suis ici pour faire un stage. J'étais policier avant, mais je voudrais voir pour une reconversion... Mais je crois qu'y a- qu'il n'y a personne.

    Je ne mens jamais, je déteste mentir, mais elle est plus âgée que moi et je n'ai aucune chance si je lui dis que je suis un stagiaire étudiant ! Désolé, mais l'opportunité est trop belle pour que mon âge vienne tout gâcher.

    - Vous voulez qu'on visite ensemble ? proposai-je dans un sourire un brin charmeur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Lun 25 Mar - 0:29


Juliana écouta l’inconnu lui répondre, un sourire aux lèvres. Au moins, il ne semblait pas méchant et plutôt enclin à la conversation ! Elle hocha la tête, signe qu’elle comprenait ce qu’elle disait, mais marqua malgré tout un léger temps de surprise. Policier, avant ? Ces quelques mots peinaient à se frayer un passage jusqu’à son cerveau embrumé. Elle le jaugea du regard, s’arrêta un instant sur ses muscles, les apprécia en silence, avant d’en conclure qu’il devait dire la vérité. Enfin, il paraissait sincère. De toute manière, Juliana avait à peine dormi la veille, profitant de ses retrouvailles avec sa sœur, et elle n’avait pas forcément les idées très claires.

« Une reconversion ? Wow ! C’est vrai qu’être pompier, c’est un métier vraiment fascinant. Je suis heureuse de ne pas être la seule nouvelle ici, dans ce cas… Juliana Stewart, enchantée ».

Elle lui tendit solennellement la main, se demandant comment il réagirait, mais elle garda son éternel sourire. Même si la jeune femme n’était pas forcément des plus douées pour exprimer ses pensées et ses émotions, elle était d’un naturel sociable et honnête. Surtout quand le type en face expliquait avoir d’abord été flic puis désirait rejoindre la caserne. Rien que pour cette raison, il avait absolument toute son admiration. Même si elle persistait, il paraissait bien plus jeune qu’elle. Cela la tourmentait légèrement sans qu’elle ne puisse l’occulter.

Il lui proposa ensuite – avec un sourire charmeur, détail non négligeable – de visiter la caserne ensemble. Comment aurait-elle pu refuser ? Elle avait hâte d’en apprendre plus sur ce futur pompier, qui avait probablement beaucoup de choses à lui révéler. Et comme il semblait être en ville depuis un certain temps, elle pourrait en apprendre plus à ce niveau-là également…

« D’accord » répondit-elle d’un ton plus modéré. « Allons-y ! Par où voulez-vous commencer ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Lun 25 Mar - 0:42

    Je connais quelque chose d'autre qu'est fascinant, moi. C'est dur de pas lorgner sur son visage, ses mains, ses épaules. Ok, vous allez pas me croire mais je lorgne vraiment rarement sur les décolletés, je trouve que c'est vraiment un manque de respect. Par contre, le reste du corps, je lorgne, je lorgne, je lorgne. J'évite cependant d'abuser des bonnes choses, parce qu'on passe vite pour un pervers à force de regarder certaines parties avec trop d'insistance. Mais je crois qu'elle a de jolies mains.

    Et je vais pouvoir le constater en lui serrant la main ! En vrai, je suis trop content là, j'ai envie d'appeler Reese pour lui dire que je suis en train de draguer une pompière (est-ce le terme exact, je l'ignore), mais je reste très... sobre dans ma façon d'être. On capte toujours en deux secondes que je suis un gars... jeune dans sa tête. Et je veux pas être un gars jeune tout court aujourd'hui.

    - Enchanté également, moi c'est Elliot. Je ne dis pas mon nom, on est jamais trop prudents. J'ai vingt-huit ans, je me sens obligé de l'ajouter, que dis-je, de l'affirmer.

    Elle pourra toujours croire que je le dis parce que je justifie mon envie de reconversion. Enfin, c'est pas très cohérent à cet âge-là, alors je prends le soin de spécifier, sur le ton de la confidence pour la mettre vraiment dans la poche :

    - On m'a dit qu'il n'était jamais trop tard pour une reconversion...

    Elle accepte alors que nous partions ensemble à la conquête de la caserne. Par contre, à sa question, je ne peux retenir une grimace. Chassez le naturel, et il revient au galop. J'ai aucune idée de par où je veux commencer moi !
    En improvisation totale, je lui tends mon coude pour qu'elle prenne mon bras et suggère, en faisant quelques gestes aléatoires avec ma main libre :

    - Marchons à l'instinct !

    Hé, ça fait un peu flic ça, non ? Je suis trop fort.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Lun 25 Mar - 0:55


Elle le savait ! Pour une fois, Juliana avait bien envie de se jeter des fleurs. Elle qui avait commis une bourde monumentale en croyant qu’une femme âgée de trente-trois ans en avait au moins quarante-cinq, elle était fière d’avoir eu raison sur ce coup. Mais vingt-huit ans, tout de même, elle avait pensé cela un peu au hasard. Elle ignorait un peu pourquoi, mais il y avait quelque chose dans ce regard, quelque chose de particulier, qui le rajeunissait considérablement. Le jeune homme, prénommé Elliot, lui serra la main avec plaisir, ce qui la rassura. Décidément, les gens à Shady Cove étaient bien plus sympathiques que ce à quoi elle s’attendait. Même si elle conversait avec un parfait inconnu, après tout, il ne pouvait pas être mauvais puisque c’était un pompier. Enfin, pas tout à fait, un futur pompier. Et qu’il désire sauver la veuve et l’orphelin, tout comme elle, leur donnait un sacré point commun.

Juliana n’était pas forcément du genre très adulte, malgré ses trente-deux ans. Mature, elle l’était sans aucun doute. Responsable aussi. Mais elle était incapable de se poser, d’adopter un mode de vie sain. Quelque part, dans sa tête, elle était sérieusement détraquée. Mais pour quelqu’un qui se vouait corps et âme à son métier, au risque de dénigrer tout le reste, elle trouvait qu’elle ne s’en sortait au final pas si mal.

« Mais pourquoi avoir décidé d’arrêter votre carrière pour devenir pompier ? Ce genre de décision, ça ne se prend pas sur un coup de tête ! »

Cela l’intriguait, en réalité. Et la fascinait dans un même temps. Déjà, se lancer dans les forces de l’ordre demandait une sacrée force de caractère. Alors en plus renoncer à cette profession pour devenir pompier… Evidemment, cela forçait le respect. Un léger rire franchit les lèvres de Juliana quand il lui tendit son coude, tel un parfait gentleman ; elle l’accepta de bon cœur, heureuse de cette atmosphère détendue. Elle se sentait complètement perdue dans cette nouvelle ville, mais au moins, elle l’était en compagnie d’un homme agréable. Et cela faisait toute la différence !

« A l’instinct, parfait. Il doit bien y avoir quelqu’un dans les parages ! »

Ensemble, le duo improbable se mit en marche au hasard, en direction des quelques véhicules garés qui attendaient patiemmement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Lun 25 Mar - 12:06

    Je n'imagine pas l'ampleur des dégâts que mon mensonge peut causer, à vrai dire, je n'y pense pas, trop absorbé par le visage de cette femme. Juliana. Je me délecte de ce prénom, je me l'approprie, et le répète dans ma tête comme si j'étais déjà amoureux. Je m'emballe tellement vite quand je rencontre une fille qui me plait vraiment, c'est assez accablant, d'autant plus que c'est une excitation inutile puisque j'ai ruiné toutes mes chances d'entamer une quelconque relation amoureuse avec elle ; on ne peut pas s'aimer sur un mensonge. Mais qui parle d'amour, là ? C'est encore mon côté fleur bleue qui ressort...

    Je souris à sa question. C'est un sourire de façade, parce qu'intérieurement, mon coeur bat la chamade, et je ne sais pas quoi dire. Va falloir que je m'enfonce davantage dans mon mensonge, encore... Je prends une longue inspiration, qui pourrait être interprétée comme une préparation à un discours.

    - En fait j'avais l'impression de ne pas sauver des vies, dans mon métier. D'accord, j'arrête les méchants, je les empêche de nuire, mais il n'y a... aucune reconnaissance de la part des autres. Vous savez, c'est de plus en plus dur d'être respecté en tant que fli... policier. Pompier, c'est plus concret comme métier. C'est plus physique, aussi. Il y a quelque chose de très honorable. La mentalité est différente aussi, on m'a dit. Chez les policiers, c'est un peu chacun pour soi... Vous voyez ? soufflai-je en la regardant, dans un sourire craquant.

    Je ne sais pas d'où me vient ce talent d'improvisation, mais je suis plutôt content que moi, d'autant plus que ce ne sont que des demi-mensonges, puisque c'est réellement le fond de ma pensée. Ok, j'ai jamais eu à réfléchir à la condition des flics et des pompiers auparavant, mais je devais donner mon avis là-dessus, ce serait ça.

    Nous nous mettons ensuite en marche vers la caserne, afin d'explorer celle-ci. Contrairement à Juliana, j'ai très peur que quelqu'un soit dans les parages. Avec un élément extérieur dans l'équation, je suis clairement foutu. Pour penser à autre chose qu'à mon angoisse d'être attrapé, je lui demande, feignant d'être distrait en observant les alentours :

    - Alors, comme ça, vous êtes nouvelle ?

    Je finis tout de même par arrête d'avoir le cou tendu partout, c'est un peu suspect comme comportement. Je repose mes pupilles brunes sur la jolie blonde.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Lun 25 Mar - 15:26


Juliana écouta Elliot sans mot dire, malgré une légère retenue. Avec les pieds sur terre, elle n’était pas non plus du genre très crédule. Mais l’histoire narrée par son interlocuteur après une longue inspiration lui plaisait ; en outre, elle partageait pleinement son avis. Elle aussi, des années auparavant, avait hésité à embrasser la carrière de policier. Mais finalement, elle s’était tournée vers les pompiers, et ne regrettait pas son choix. Malgré les risques encourus, les blessures parfois, la montée d’adrénaline qui parcourait tout son corps lors des départs en mission valait bien tout le danger du monde. Et puis au moins, dans ce bas monde sur lequel elle portait un jugement critique, elle avait l’intime conviction d’être utile. De sauver des vies. De redonner le sourire aux gens. Et cette pensée lui permettait chaque jour de se lever.

« Je vois » assura-t-elle après un silence. « Et puis j’ai entendu beaucoup de bien de cette caserne, alors… Dans ce métier, la solidarité prime avant tout, je suis d’accord. C’est cette notion de famille que j’apprécie le plus particulièrement. J’espère d’ailleurs qu’on jour, on sera de bons collègues ».

Elle ponctua sa tirade d’un sourire bienveillant et, surtout, sincère. Elle ne voulait pas se mettre à dos ses futurs alliés, ceux avec qui elle partagerait son quotidien. Même si elle n’était pas du genre à se confier, surtout pas à de parfaits inconnus – contrairement, visiblement, à Eliott, ce qui l’intrigua légèrement – elle espérait qu’ils s’entendraient bien par la suite. Tous deux arrivaient dans ce monde fermé, alors au moins, ils ne seraient pas seuls. Et puis à deux, la logique veut qu’on soit toujours plus fort !

Un long silence s’installa entre eux, tandis qu’ils déambulaient au sein de la caserne désespérément vide – en même temps, la ville n’étant pas grande, l’équipe ne devait pas être très importante – durant lequel Juliana réfléchissait. Elle ne comptait ni exposer sa vie à Eliott, ni développer ses motivations. Seulement discuter de tout et de rien, parler des pompiers, de la caserne, le genre de sujets qui ne la perceraient pas à vif.

« Oui, je suis nouvelle » répéta-t-elle finalement. « Pour l’instant, je ne suis pas encore vraiment sensée bosser ici, je… je visite seulement. Je loge chez ma sœur, peut-être que vous la connaissez. Alyssa, Alyssa Stewart ».

Dans une petite ville telle que Shady Cove, tous les habitants devaient se connaître. Sa petite sœur vivait là depuis un certain temps, peut-être qu’Elliot également, d’autant que les deux avaient à peu près le même âge – elle vingt-sept, lui vingt-huit. Cela ne serait pas étonnant qu’il connaisse son nom. Et ainsi, elle pourrait questionner Alyssa, pour en apprendre plus sur son futur collègue.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Lun 25 Mar - 16:09

    Sa réplique m'envoie du rêve. Je crois que je suis tombé sous le charme sans m'en rendre compte. Je la regarde, interloqué, avec deux petits yeux ronds et bruns, remplis d'admiration. C'est vachement beau ce qu'elle vient de dire, et je me retiens de le lui dire ; le terme "vachement" me grillerait direct. Je me contente donc de sourire, forcément super d'accord avec ses propos. J'ai envie de lui demander de m'épouser, quand même ; j'en peux plus.

    J'essaie vraiment de garder mon calme, en déglutissant plus souvent, en gardant la mâchoire serrée et en respirant de façon régulière. C'est pas encore l'effet papillon, mais ça ne saurait pas tarder. Je ne tombe pas amoureux, je vous rassure - je ne suis pas un garçon facile - mais cette fille me plait vraiment. Genre vraiment, vraiment. Et puis, cette rencontre, c'est une rencontre du destin ! En boîte, on rencontre plein de filles ! Là, je rencontre une fille et c'est l'une des plus belles filles que j'ai jamais vu depuis le film Charlie's Angels.

    Quand je pense au fait qu'on ne sera jamais collègues, puisque je ne suis qu'un simple stagiaire étudiant, je me crispe un peu. Heureusement, le sujet dérive vite fait quand je lui pose une question. Elle ne semble pas particulièrement loquace, à ce moment-là, mais me fournit quelques informations essentielles.

    - Oh, oui, je la connais. Enfin, de réputation. Elle fait de la radio, non ?

    Reese écoute toujours cette station, c'est un grand fan je crois. Il est surtout attiré par la femme derrière le micro, je pense.

    - Vous êtes anglaise alors ? continuai-je dans ma lancée, remarquant, du coup, son accent.

    Au loin, j'aperçois une silhouette dans l'un des bureaux de la caserne. Je vérifie rapidement que Juliana n'a rien vu, trop occupée à me répondre, et ralentis instinctivement le pas. Je finis par doucement détacher sa main de mon bras, avec délicatesse. Je lui explique mon geste tout en le faisant :

    - Je crois que j'ai vu quelqu'un, je vais aller lui dire qu'on est là, et aller faire pipi aussi. Ne bougez pas.

    Vous pensez qu'avoir rajouté le fait que je devais me soulager n'était pas nécessaire ? Et bien, si, voyez, ma logique est la suivante : je vais aller voir ce type sans elle, pour éviter qu'il casse ma magouille ; mais pendant que je négocierai avec lui, Juliana pensera que je serai allé aux toilettes ; eh, je suis un malin moi. Enfin, j'ai pas pensé au fait qu'elle va poireauter en se demandant pourquoi le pompier met autant de temps à venir.

    On lui dira qu'on a fait pipi ensemble.

    Je marche calmement vers la caserne, pour atteindre les bureaux. Je tombe sur Monsieur Carter, un ami de mes parents ; c'est un peu le daron des pompiers ici, le Doyen, comme ils diraient. Il a une moustache grise vraiment mignonne. En m'apercevant, il sourit.

    - Ah ben t'es là ! Ecoute je sais que c'est ton premier jour, mais j'ai décidé de t'envoyer sur le terrain pour que tu te familiarises un peu avec le métier ! J'ai une nouvelle recrue aujourd'hui, j'aurais pas le temps de m'occuper de toi.

    - Justement, à ce sujet... Tu peux me rendre un service ?

    Je lui explique toute la situation. Au début, il semble ne rien comprendre, mais au final, il éclate de rire, ce qui me rassure. C'est un joyeux luron, il est d'accord de me filer un coup de main pour la séduire mais me fait promettre de lui dire avant la fin de journée, sans quoi il devra le faire lui-même.

    - 50 dollars et je vante tes mérites en tant qu'ancien policier. Fisher, adjoint du shérif.

    Ah, sacré Mister Carter. Je lui passe ses dollars et nous retournons enfin auprès de Mademoiselle Stewart. Il fait donc les présentations, en restant très gentleman.

    - Bienvenue parmi nous, Juliana. Je suis votre guide pour la journée !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Lun 25 Mar - 16:44

Jul’ avait vu juste, Eliott connaissait bien sa petite sœur, du moins de nom. En même temps, même si la jeune femme venait de débarquer, elle connaissait déjà la réputation d’Alyssa, et son job la rendait célèbre à tous les niveaux.

« Oui, c’est bien elle ! Et… Oui, je suis anglaise. Je viens d’arriver d’Angleterre, justement ».

Une grimace à peine perceptible se dessina sur son visage pâle et elle préféra ne pas s’y attarder. Parler de l’Angleterre, ce serait devoir parler de sa vie là-bas, de son métier, des types qui mouraient injustement pour en sauver d’autres, qui perdaient la vie alors qu’ils pensaient rentrer gentiment chez eux le soir, d’autres qui culpabilisaient à propos de leur mort, qui s’en voulaient terriblement au point de vouloir tout arrêter, de cesser de se lever le matin, pour qu’enfin le douloureux poids s’envole. Alors elle préféra s’en tenir là.

Juliana ne put s’empêcher d’afficher une mine un peu surprise quand Elliot la planta au beau milieu de la découverte de la caserne pour exprimer une envie pressante. Franchement, niveau romantisme, on repassera ! Il aurait pu raconter n’importe quoi, le devoir l’appelait, il venait d’apercevoir une âme en détresse à secourir, mais non. Le type désirait seulement soulager sa vessie. D’un autre côté, il jouait la carte de la franchise, ce qui n’était pas plus mal… Et puis bon, s’il venait d’apercevoir l’une de ses connaissances, c’était un bon point également. Jul’ aurait enfin l’impression de ne pas évoluer au sein d’une caserne fantôme ! Elle l’observa donc s’éloigner, un sourire entendu aux lèvres, appréciant sa silhouette de dos. Mais tout de même, cet Eliott l’étonnerait toujours.

Quand il revint enfin, Juliana poussa une exclamation de stupeur, puisqu’il ne revenait pas seul. Un homme l’accompagnait. Il connaissait déjà son prénom et lui proposa d’être son guide pour la journée, après s’être présenté. Elle est heureuse d’enfin rencontrer quelqu’un qui a l’air à peu près compétent et lui serre volontiers la main.

« Oh ! Ravie de faire votre connaissance, monsieur. Il n’y a pas grand monde, ici. C’est normal, ou bien… »

Le doyen esquissa un sourire avant de répondre :

« L’équipe a été appelée sur une mission, je n’sais pas quand ils rentreront. En attendant, venez, je vais vous faire la visite ! »

Toutefois, Juliana resta immobile, désirant éclaircir un dernier point. Elle se tourna vers Eliott, resté légèrement en retrait, et demanda :

« Vous vous connaissez bien, tous les deux ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 0:20

    Les questions sur l'Angleterre, ce sera donc pour plus tard. N'empêche qu'elle a tout d'une anglaise, le charme, l'accent (évidemment), et la dégaine. Et moi, je l'ai jamais dit à personne, mais j'ai toujours eu un faible pour les anglaises... enfin, pour l'accent, surtout. Si j'avais pu être anglais, j'aurais été dix mille fois plus charmant.

    Quand le doyen se rajoute à notre duo, je ne suis pas très rassuré. J'ai vraiment peur que Monsieur Carter fasse une gaffe à tout moment, mais j'ai tout bien expliqué, jusqu'au moindre détail, en insistant bien sur l'âge que je dois avoir devant elle, et pour lui.
    Pour l'instant, tout va bien.

    Le destin a frappé une nouvelle fois en envoyant tous les pompiers sur une mission. Un fait tragique, puisqu'une mission n'est pas une chose particulièrement joyeuse à faire, je pense, mais sur le coup, ça arrange bien mes affaires !

    A la question de Juliana, je souris.

    - C'est un ami de mes parents. Un peu de vérité dans tant de mensonges, ça fait du bien. Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois lors d'interventions qui nécessitaient que la police soit là. On a pu résoudre pas mal de cas ensemble d'ailleurs !

    Je lance un regard complice à Arthur (car c'est son prénom), qui me répond avec un clin d'oeil.

    - Le shérif-adjoint Fisher est l'un des meilleurs équipiers avec lequel j'ai pu travailler au cours de ma carrière. C'est d'ailleurs un grand honneur pour nous qu'il rejoigne le camp des pompiers !

    Trop de compliments faux sur moi d'un coup, je me sens mal à l'aise. Je laisse un sourire gêné gagné mes lèvres, tandis que nous nous avançons vers la caserne. Arthur fait donc son boulot, en expliquant tout à Juliana, et en biais, à moi. Je feigne de m'intéresser à tout ce qu'il dit, même si je n'en comprends que la moitié.

    - Vous voulez faire quelques essais ? propose-t-il à la demoiselle.

    Vu que je me suis un peu égaré en admirant les lieux, je fais tomber un casque au même moment. Maladroit, je le remets nerveusement en place et rejoins mes deux prétendus collègues, d'un air innocent.

    - A toi l'honneur, dis-je poliment, faisant un geste d'invitation avec mes mains.

    En vrai, je ne connais pas le métier, je sais pas du tout de quels essais il parle...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 20:44

Juliana perçut bien toute la fierté qui transparaissait à travers la voix d’Eliott, et commençait à cerner un peu le personnage. Visiblement, le jeune homme était quelqu’un de fier. Ah, la fierté masculine, toute une histoire ! Ainsi donc, malgré son jeune âge, Eliott était déjà le shérif-adjoint de cette ville. Elle ne put s’empêcher d’être admirative et heureuse de ne pas être tombée sur le dernier des fainéants un peu paumés, qui ne savaient pas trop quoi faire de sa vie. Au moins, un shérif-adjoint, ça avait tout de suite de la classe ! Intéressée, elle approuva d’un hochement de la tête et répondit avec malice :

« Et bien ! Que d’éloges. J’espère pour vous que vous ne prendrez pas trop la grosse tête, Eliott. Ce serait dommage… Je détesterais bosser avec un type comme ça ».

Certes, elle le taquinait et, même si elle ne le connaissait que peu – voir pas du tout – elle ne le pensait pas comme ça. Pour devenir pompier, il valait mieux faire preuve d’une certaine dose d’humilité… Evidemment, elle croyait fermement en ce qu’elle venait d’énoncer ; elle était assez indulgente et acceptait toute sorte d’individus. Sauf ceux qui faisaient preuve d’une arrogance rare de part leur statut. Ceux-là, elle ne pouvait tout simplement pas les encadrer.

Son regard parcourut les bâtiments avec curiosité, ayant hâte de découvrir les intérieurs, principalement la salle de repos. Et, évidemment, de savoir s’il y avait une machine à café et si ce dernier ressemblait à quelque chose ou était aussi mauvais que la légende le voulait. Elle reporta ensuite son attention sur le Doyen qui les accompagnait et, déjà un peu ailleurs, ouvrit de nouveau la bouche.

« Pourquoi pas plus tard ? J’aimerais bien finir de visiter, voir l’intérieur… Je ne voudrais pas me perdre une fois toute seule ».

Inutile de s’infliger une telle humiliation dès le premier jour ! Déjà que s’intégrer au groupe serait difficile, alors en plus si elle se faisait remarquer d’une quelconque façon… Elle préférait faire semblant d’être rôdée, à l’aise en toute circonstance.

« Et puis, Eliott… Vous devez connaître les pompiers ici, non ? Vous pourriez peut-être m’en parler un peu, pour que je sache à qui j’ai à faire avant de commencer. Enfin… Si vous les connaissez, évidemment ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 21:02

    Je dévisage Juliana quand elle me fait une remarque sur ma fierté. Je finis par éclater de rire, en regardant Arthur. L'arrogance, c'est vraiment quelque chose que je ne connais pas ! Je ne me vante jamais, je n'ai pas matière à le faire de toute façon. D'accord, mentir à une femme, c'est un peu de l'arrogance, mais pas dans ce sens-là ; Je ne suis pas un frimeur, par contre, le personnage que je m'invente pourrait l'être.

    - Vous avez vu la taille de ma mâchoire ? Impossible que je prenne la grosse tête, y a plus de place.

    J'espère que cette touche d'humour et d'humilité fera son effet.

    Nous continuons à faire la visite. Après avoir fait tomber un casque, je me tiens à carreaux, les mains derrière mon dos. Juliana décline la proposition du Doyen, ce qui me frustre un peu. J'aurais vraiment aimé la voir à l'oeuvre, elle doit être tellement sexy dans le feu de l'action ! Quelle phrase ironique, pour une pompière... le feu de l'action. Je rigole par le nez tout seul, et détourne le regard pour qu'ils ne remarquent pas ma soudaine hilarité. Je ne voudrais tout même pas qu'elle pense que je me moque d'elle.

    Je me retourne lorsqu'elle me pose une question. Je fais mine de réfléchir, tandis qu'Arthur nous montre les locaux.

    - Je les connais... de loin et de vue. J'ai jamais vraiment discuté avec eux, à chaque fois, les affaires concernaient nos supérieurs, à savoir Monsieur Carter, le shérif et moi-même. Enfin, je dis pas que je suis un supérieur, hein, vous allez encore croire que je prends la grosse tête...

    Je lui adresse un clin d'oeil. Quel excellent manipulateur, je me fais peur. Il nous emmène alors à l'arrière de la caserne, et nous présente leur immense camion citerne, avec une fierté palpable.

    - Ouah, il est méga trop cool !

    Merde. Je me mords la lèvre inférieure, je viens de faire une bourde en m'exprimant comme un adolescent de seconde base. Franchement, quel adulte utilise le terme "méga", de nos jours ? Je me donne une claque mentale et fais un sourire de travers à Juliana, lui fournissant une explication tout à fait subtile.

    - J'héberge mon petit cousin chez moi en ce moment, son langage déteint quelque peu sur moi...

    Puis reporte mon regard sur le camion, l'air de rien.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 21:25

Un léger rire franchit les lèvres de Juliana, ce qui détendit considérablement l’atmosphère. Non pas que celle-ci était tendue, loin de là, mais… Un peu d’humour ne fait jamais de mal ! Décidément, Eliott l’amuse beaucoup. En se levant ce matin-là, elle n’imaginait pas une seule seconde rencontrer quelqu’un comme lui. Elle n’était pas du genre à s’emballer plus que de raison, au contraire, mais elle ne pouvait s’empêcher de penser que c’était tout de même un chic type. Elle n’avait plus qu’une hâte : rentrer voir sa sœur et lui parler du fameux shérif-adjoint qui aspirait à devenir pompier, et qu’il paraissait vraiment très sympathique. Alyssa avait probablement de nombreuses anecdotes amusantes sur le sujet. Et puis, comme Shady Cove était une petite ville, tout le monde se connaissait plus ou moins. Et puis en règle générale, tout le monde connaissait le shérif-adjoint, il occupait une place importante au sein de la communauté.

« Vu comme ça, en effet… Très belle mâchoire, en passant ! »

De nouveau, elle éclata de rire. C’était bien la première fois qu’elle complimentait quelqu’un de la sorte ! Au pire, tout cela ne représentait rien. Que du blabla entre deux futurs collègues pour briser la glace. Elle leva les mains en guise de paix et rétorqua d’un ton allègre :

« Très bien, très bien ! Je m’incline… Vous n’avez pas du tout la grosse tête. Vous êtes humble et d’une honnêteté imparable ! »

Elle jeta un coup d’œil en direction de son guide d’un jour, qui restait légèrement en retrait, dans le but de s’assurer qu’il s’amusait tout autant de leur joute verbale. Il lui répondit par une légère grimace mais elle n’y fit pas attention, impatiente à l’idée de connaître la réaction d’Eliott. Ce dernier la surprit légèrement par sa dernière phrase, une expression qu’elle entendait plutôt dans la bouche des adolescents et étudiants, mais elle haussa les épaules. Au pire, elle était nouvelle, pas là pour juger quelqu’un sur sa manière de s’exprimer. Tant qu’il ne se mettait pas à employer des mots inventés et un langage venu d’ailleurs !

« Ce n’est pas grave » assura-t-elle. « Je peux tout à fait comprendre, les jeunes de nos jours… C’est un ado, votre petit cousin ? »

Ah ! La magnifique expression, « les jeunes de nos jours ». A trente-deux ans, Juliana ne se considérait absolument comme vieille, au contraire, plutôt comme une jeune adulte, et elle n’était certainement pas la mieux placée pour dire cela !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 21:43

    Je la remercie dans un sourire amusé, quand elle complimente ma mâchoire. Son rire est majestueux, et envoûtant. Je ne peux qu'être ravi d'avoir provoqué une telle réaction. Je suis vraiment content de moi, pour le coup ! L'humour, ça guérit un peu la culpabilité que je peux ressentir, à force d'accumuler les mensonges. Mine de rien, ça commence à me peser. Mais le fait d'arriver à la charmer, ça me fait dire que j'ai fait le bon choix... Si on peut dire que le mensonge a un jour pu être un bon choix !

    Je me crispe à sa remarque sur ma franchise. J'essaie de ne pas devenir blême, ce serait très bizarre comme réaction. Je me contente de lui sourire, je n'arrête pas depuis avant, elle n'y verra que du feu. Mais au fond, un malaise commence à gagner mon ventre, à le tordre. J'échange un regard avec Arthur, qui semble approuver de moins en moins. Je sais aussi bien que lui qu'elle est innocente et qu'elle ne mérite pas ça. D'autant plus que de la part d'un doyen, ça passe moyen ! Elle risque d'en vouloir à moi, et à lui aussi.

    Je réalise, au fur et à mesure du temps qui passe, que je suis grave dans la merde.

    - Oui, un ado de quinze ans, je rétorque, comme pour me tacler moi-même.

    Comme si j'avais du mal à supporter l'identité dans laquelle je me suis glissé, je demande à Arthur si je peux monter dans la camion citerne. Je ressens l'irrépressible besoin de faire autre chose, de m'occuper l'esprit... enfin, surtout de m'éloigner de Juliana parce que ça devient vraiment trop pesant là.

    En grimpant dans le véhicule, je regarde partout, comme un gosse. C'est super cool ! En trifouillant tous les boutons, j'actionne l'alarme, ce qui me fait paniquer. J'ouvre la porte et lève les mains, toujours assis à l'avant :

    - Euh j'ai pas fait exprès !

    Ça fait un bruit de malade en plus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 22:00

Après leur échange joyeux, Juliana fut surprise de voir qu’Eliott redevint immédiatement sérieux. Il était capable de passer de l’un à l’autre avec une telle facilité, c’était incroyable ! La jeune femme l’observa d’un air amusé grimper dans le camion citerne, garé quelques mètres plus loin, et le vit disparaître dans l’habitacle. Son sourire s’élargit ; elle partageait son enthousiasme. Il devait être impatient à l’idée de partir en mission, tout comme lui. Rien ne vaut cette puissante adrénaline, c’était aux yeux de Jul’ le plus beau sentiment au monde. Tout d’un coup, alors qu’elle se préparait à ouvrir la bouche pour s’entretenir avec son interlocuteur, le Doyen, sur la vie à Shady Cove en général, elle sursauta violemment. La sirène du camion citerne venait de rompre le silence, sortant de nulle part. La jeune femme poussa une exclamation et se boucha les oreilles, dans un instant d’affolement. Puis elle vit Eliott ouvrir la porte, l’air un peu paniqué. Sur le coup, on aurait dit un gamin pris en faute !

Juliana leva les yeux au ciel avant de se précipiter à son tour vers le camion citerne. Elle se hisse dans la cabine, est à quelques centimètres à peine du jeune homme, toujours assis, et lui passe devant pour tendre le bras et, dans un geste automatique, arrêter enfin cette sirène provoquant un boucan assourdissant. Avec ça, s’ils n’ont pas alertés tous les voisins ! Heureusement, le calme revint. Elle poussa un soupir de soulagement et tâcha de calmer les battements de son cœur dans sa poitrine. Tout d’un coup, elle paraît se rendre compte que, pour accéder à la sirène, elle avait dû littéralement grimper sur lui. Ses joues s’empourprèrent immédiatement.

« Désolée… »

Aussitôt, la jeune femme redescendit lestement sur la terre ferme, encore un peu fébrile après cet événement impromptu. Elle se demanda l’espace d’un instant s’il n’avait pas fait exprès de se comporter ainsi. Ce n’est pas franchement l’attitude attendue de la part d’un shérif-adjoint, plutôt celle d’un adolescent qui ne sait pas trop de quoi il s’agit ! Elle afficha une mine légèrement perplexe.

« Heu… Vous êtes sûr que vous vous y connaissez, en camion citerne ? Non, parce que… On aurait cru que vous n’étiez jamais monté dedans avant… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 22:23

    Si je m'attendais à ce qu'elle intervienne, je l'aurais fait plus tôt ! Je pensais, sincèrement, que ce serait Arthur qui stopperait ce vacarme. Finalement, j'ai pu enfin la voir dans le feu de l'action... enfin, ce n'est pas un incendie non plus, mais... pouvoir la contempler d'aussi près, c'est un luxe dont je ne me prive pas, au moment où je le vis. Putain, elle est vraiment belle. Je m'apprête à lui dire, complètement hors de mon rôle avec cette péripétie, mais je suis arrêté dans mon élan quand elle s'excuse.

    J'esquisse un sourire gêné, l'air de dire que ce n'est pas grave. J'ai un peu rougi, je crois, j'ai chaud. Je me racle la gorge pour reprendre un peu de contenance et redevenir un shérif-adjoint. Je la laisse redescendre, regardant ailleurs. La tentation de reluquer une certaine partie de son corps est grande mais je garde le contrôle.

    Je descends à mon tour du camion-citerne. A sa question, l'expression sur mon visage est celle d'un ignorant. J'esquisse une moue, comme si je ne comprenais pas.

    - Ben, sur les voitures de police, l'alarme est ailleurs alors...

    La sirène était tellement forte que j'en ai les oreilles qui bourdonnent. Le Doyen nous interrompt alors pour nous annoncer la pause déjeuner.

    - Bon, les enfants. Je dois vous laisser pour retrouver mes hommes, vous avez quartier libre jusqu'à 14 heures !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 22:42

L’excuse fournie par Elliot lui convient, du moins pour l’instant. Elle avait parfois tendance à oublier que lui aussi, dans le fond, même s’il connaissait la ville et probablement le fonctionnement de la caserne, du moins dans ses grandes lignes, était aussi un petit nouveau. Il n’empêche que ce n’était pas le fait qu’il déclenche la sirène sans prévenir qui lui semblait étrange, mais plutôt sa réaction face à cela. Une réaction un peu inappropriée, mais Jul’ décida de creuser un peu plus tard. Pour l’instant, ce n’était pas son principal problème. Quand le Doyen annonça d’un ton joyeux qu’il devait les laisser pour retourner vaquer à ses occupations, Juliana s’empressa de répondre, sur le ton de la plaisanterie :

« Pas de problème, on sera sages ! Bon courage ! »

L’homme lui souhaita la même chose avec un grand sourire et tourna les talons, les laissant seuls. Enfin, le silence revint, Juliana ne sachant trop quoi dire maintenant. Elle lui adressa un regard gêné, un peu indécis.

« Bon… Que diriez-vous de partir à la recherche de la salle de repos ? Elle ne doit pas être très loin. J’ai bien envie d’un café, pas vous ? J’espère qu’il y a une machine correcte ! »

Son regard se porta vers ce qui semblait être le bâtiment principal. De toute évidence, ce qu’elle cherchait devait se trouver là-bas. Et puis, au moins, elle pourrait continuer de discuter avec Elliot plutôt que de devoir partir pour revenir plus tard. Sa compagnie était tout à fait intéressante et elle n’était pressée de le quitter.

« Et puis, je propose qu'on se tutoie. Après tout, comme je l’ai dit, nous allons être collègues pendant un bon bout de temps ! Autant le faire dès maintenant… Et j'aurais l'impression d'être moins vieille ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mar 26 Mar - 22:57

    Me laisser seule avec Juliana est un choix à double-tranchant. Ok, je peux me permettre plus de choses, comme la drague subtile ; le fait que nous ne soyons que tous les deux est plus agréable. Mais je peux aussi me griller moi-même, sans faire attention. La présence d'Arthur était comme une sorte de rappel à l'ordre, à chaque fois. Maintenant que je n'ai plus ce pilier à mon mensonge, j'ai l'impression d'être bancal, de pencher... de jongler entre l'Elliot, le vrai, et l'Elliot le policier. C'est une sensation assez perturbante...

    J'acquiesce à sa proposition, tout à fait d'accord. J'ignorais que les pompiers avaient une salle de repos, pour tout vous dire. On a pas de salle de repos, à l'auberge, on mange directement dans les cuisines... Le nom, en tout cas, me donne des idées. Une salle de repos, avec une jolie fille... Oh, je m'égare. Je fronce les sourcils afin de chasser ces pensées vraiment pas chastes de mon esprit. Je suis le shérif-adjoint, tout de même ! Reste concentré dans le personnage, bordel.

    - Oui, un café, c'est une excellente idée.

    Je remercie le ciel d'être un buveur de cafés régulier, sinon mon côté adolescent serait à nouveau ressorti, en mode "moi je préfère le Coca". J'ai bien envie de me griller une clope, mais je doute que ça soit autorisé ou toléré ici... ou même que ça plaise à mon interlocutrice.

    Tout en marchant, j'écoute Juliana. Sa proposition me détend un peu - je suis crispé depuis avant - et je souris, ravi.

    - Avec plaisir.

    Bon, le fait qu'on soit pas des futurs collègues me mine un peu le moral et aggrave ma culpabilité, mais ce n'est pas si grave ; Juliana veut se sentir encore plus à l'aise avec moi, et se rapprocher, aussi. Parce que oui, le tutoiement, c'est une forme de rapprochement !

    - Vous... tu es vraiment très loin d'être vieille.

    Elle a juste presque dix ans de plus que toi, me rappelle ma conscience d'un ton cinglant. Je ferme les yeux plus longtemps que d'habitude pour la faire taire.

    Nous trouvons sans mal la salle de repos, aidés par le fait que la porte soit entrouverte et que nous remarquions la présence d'un canapé. En pénétrant à l'intérieur, je découvre deux tables, avec, évidemment, des chaises autour. Il y a même une petite cuisine, et un frigo. La machine à café est droit devant nous. Je m'y dirige sans attendre.

    - Qu'est-ce que tu prends ? Expresso, double latté... ? jamais j'aurais pensé que ça me ferait kiffer d'être un connaisseur en café... C'est moi qui offre !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mer 27 Mar - 10:54


Juliana ne fut pas mécontente du départ du Doyen, en réalité. Elle se sentait un peu stressée à l’idée de se retrouver avec un homme d’une telle importance, avec la peur permanente de commettre une bourde, comme à son habitude ! Au moins, avec Elliot, même s’il était quand même shérif-adjoint, elle était un peu plus à l’aise. Il ne semblait pas se prendre la tête et, pour quelqu’un de son importance, il s’agissait d’un point tout à fait positif. Jul’ et Elliot prirent donc le chemin de la salle de repos, qui ne fut en fin de compte pas si difficile à trouver.

La jeune femme esquissa un sourire touché quand Elliot la complimenta. En même temps, ils n’avaient que quatre ans de différence, c’était assez peu…

« Oh ! Je te complimente sur ta mâchoire, tu me complimente sur mon âge. Nous sommes faits pour nous entendre, j’ai l’impression ! »

Elle dodelina un instant la tête, un sourire mutin éclairant son visage.

« Mais je te remercie. Tu n’es pas très vieux non plus ! »


Ensuite, elle jaugea la salle de repos d’un air approbateur, satisfaite qu’elle soit aussi bien équipée. Cela lui rappelait presque l’Angleterre ! Son regard se perdit dans la contemplation de quelques photos suspendues au mur, et son cœur se serra. Un jour, peut-être, ferait-elle partie du groupe. Elle l’espérait de tout cœur, mais ce n’était pas forcément gagné d’avance. Avec un peu de chance, ils accueillaient bien les nouveaux… L’espace d’un instant, elle se revit là-bas, dans sa petite caserne par-delà l’Atlantique, avec tous les autres. Ses meilleurs amis allaient bien lui manquer.

La voix d’Elliot la tira hors de ses pensées en lui demandant ce qu’elle désirait prendre. Elle afficha une mine surprise quand il décida de le lui offrir, et répondit :

« Un expresso, ça m’ira très bien. J’allais justement t’inviter… Bon, la prochaine fois, ce sera à mon tour, et ce n’est pas négociable ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Mer 27 Mar - 22:25

    Nous entendre, et plus que ça même, je pense et j'espère, tout bas, tout au fond de ma caboche. C'est terrible comme elle me plait, elle ne devrait pas me plaire autant. Je devrais prendre toute cette mascarade à la rigolade, c'est rien qu'une boutade pour m'amuser, à la base, mais là, je commence vraiment à croire que j'ai menti pour des raisons plus sérieuses et profondes. Plus le temps passe, plus je me dis que j'ai mes chances, mais à chaque fois, le poids de la culpabilité me rattrape.

    Quand elle saura, parce qu'elle saura un jour, je n'aurais plus aucune chance. Mais je ne veux pas y penser, peut-être que d'ici là, j'arriverais à suffisamment la charmer pour qu'elle ait envie de me revoir... Mais y a-t-il réellement une chance qu'une femme pardonne un tel mensonge à un homme, que dis-je, un aussi jeune adulte... j'en doute. Je refuse d'y songer, et me concentre sur l'instant présent. C'est ce que j'ai toujours fait jusque là, et ça me réussissait bien.

    Je souris quand elle me dit que je ne suis pas très vieux. Un sourire un peu crispé, mais un sourire quand même.

    Dans la salle de repos, je remarque le regard de Juliana, dirigé vers les cadres aux murs. Comme si je lisais dans ses pensées, je me permets une remarque rassurante :

    - Tu seras bientôt accrochée au mur, toi aussi.

    Je fais ensuite couler son expresso.

    - Ça marche, fis-je avec joie, à sa proposition.

    Je remarque ensuite des placards, non loin de la machine à café. J'en ouvre un au hasard, et découvre un sachet Harris. Sans hésiter, je lui lance :

    - Hé, tu veux que je te fasse un sandwich ?

    Cuisiner pour une femme et vous aurez accès à son coeur, c'est ce que disait ma mère...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Jeu 28 Mar - 13:25

Juliana ne saurait exactement dire pourquoi, mais Eliott lui plaît. Du moins, suffisamment pour qu’elle se sente bien et n’ait pas envie de partir. Une bonne amitié pourrait même les lier, puisqu’elle refusait systématiquement de sortir avec ses collègues. S’engager dans une relation pareille, c’était mettre en péril la coordination de toute l’équipe. Elle avait déjà testé une fois en Angleterre, des années auparavant, et en gardait un très mauvais souvenir. Elle ne pouvait plus voir l’homme en question en peinture et les autres leur en avaient énormément voulu, de cette animosité entre eux. Donc aujourd’hui, désormais, elle préférait rester sur ses gardes. Mais Eliott était vraiment sympathique. Et marrant, ce qui n’était pas pour lui déplaire.

Elle tressaillit quand son interlocuteur lui parle à nouveau, et écarquilla les yeux. Bientôt accrochée au mur ? Qu’est-ce qu’il voulait dire par-là ? Elle réfléchit un instant avant de réaliser qu’il n’y avait absolument aucun sous-entendu sexuel en-dessous. Il parlait seulement des photos suspendues au mur. Jul’, elle, se voyait accrochée au mur avec des clous et cette image lui arracha un sourire. Jusqu’à ce qu’une seconde la remplace, elle, collée contre un mur, les bras au-dessus d’elle, en train d’embrasser follement une certaine personne qui… Bon sang ! Elle s’injuria mentalement. Qu’est-ce qui lui prenait de penser à de telles choses ? Ce n’était pas son genre. Maintenant qu’elle ne disait rien, il allait la prendre pour une cinglée. Vite, dire quelque chose. A part « banane flambée », rien ne lui venait à l’esprit. Alors elle se contenta de se mordiller la lèvre, gênée.

« Qu… Quoi ? »


Elle sortit de sa torpeur, tourna la tête vers lui et répondit en bafouillant :

« Mmmm… Oui. Un sandwich, je veux bien, merci. J’espère que tes talents culinaires sont meilleurs que les miens… Ils se résument à faire brûler les pâtes en même temps que mes sourcils ! »

Elle conclut avec un large sourire et tandis qu’Eliott s’affairait, acheva de faire le tour de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Jeu 28 Mar - 21:59

    Je suis très loin d'imaginer les images qui traversent l'esprit de Juliana à cet instant, et je ne suis pas assez attentif pour remarquer son malaise. Le silence qui suit ma remarque est de toute façon comblé par le bruit de la machine à café.

    Je tourne la tête vers elle quand elle reprend la parole. Nos regards se croisent, je lui souris. Elle accepte ma proposition, je me saisis donc du sachet et le balance sur la table, pas très délicat. Je rigole à ses dires.

    - On est au même stade tu sais, je ne sais pas faire autre chose que des sandwichs...

    Ce n'est pas du tout ce que je voulais dire, à la base. Un policier de 28 ans devrait savoir faire la popote, non ? Je me mords la lèvre inférieure, mais ne regrette finalement pas d'avoir dit la vérité ; Le mensonge sur mon âge et mon identité est clairement suffisant. De toute façon, elle ne risque pas de m'en tenir rigueur, étant donné son propre manque de talent concernant la cuisine, si ?

    Je lui tends son expresso lorsqu'il finit de couler, et enchaîne avec un double latté. Je suis tellement pressé de faire un sandwich que je reste muet. Je fouille dans le frigo, trouve un pot de confiture et l'attrape. Je subtilise également des tranches de bacon, sans aucun scrupule. Ce n'est pas un sandwich made by Fisher qui les ruinera !

    - C'est comment l'Angleterre ? je demande, finalement, tout en coupant un avocat en plusieurs morceaux.

    J'étale ensuite la confiture sur le pain, particulièrement concentré et conscencieux. Les ingrédients que je vais mettre dedans ne payent pas de mine, quand on les regarde, mais je vous jure que c'est une recette qui marche !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Ven 29 Mar - 18:40

Juliana observait Eliott discuter tout en préparant habilement ses sandwichs, une lueur légèrement incrédule brillant dans son regard ; elle s’attendait à un sandwich habituel. Jambon, fromage, ce qui entre habituellement dans sa composition. Mais vraisemblablement, le jeune homme avait décidé de l’épater, et elle le contempla mettre les tranches de bacon, l’avocat, et tout le reste. Moui, pourquoi pas… De toute manière, comme le répétait son père, « ‘y a rien qu’du bon dedans ! ». Du moment qu’Eliott ne désirait pas l’intoxiquer d’une manière ou d’une autre, elle était d’accord.

Elle porta le gobelet de café qu’il lui avait donné quelques minutes auparavant à ses lèvres, et le liquide brûlant eut au moins le mérite de la réchauffer.

« Tu t’en sors très bien ! » assura-t-elle, impatiente à l'idée de voir - et de goûter ! - le résultat.

Bon, d’accord, il ne s’agissait que de sandwichs. Mais il paraissait si consciencieux qu’elle ne put s’empêcher de penser que, s’il n’avait pas choisi le domaine des forces de l’ordre ou des pompiers, il aurait pu se tourner vers une carrière culinaire. Comme d’habitude, elle se faisait des films. Et pourquoi pas éleveur de méduses, aussi ? Idée à soumettre. Plus tard.

Juliana repensa ensuite à l’Angleterre. Ses verts pâturages, son humour so british, Sherlock Holmes, les taxis caractéristiques… Tant de choses qui allaient lui manquer. Peu importe. Plus qu’un désir de vacances, c’était la volonté de tout recommencer à zéro qui l’avait poussé à poser ses bagages sur le sol américain.

« Pluvieux ! » répondit-elle, malicieuse. « Et très différent d’ici, je dirais. Mais c’est un pays vraiment extraordinaire… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé] Ven 29 Mar - 19:27

    Il y a une différence entre s'en sortir et être un chef, je pense, avec un sourire amusé. Deux tranches de pain, quelque chose à tartiner, de jolis aliments et voilà : tout le monde peut faire un sandwich ! Mais venant de Juliana, je pense que c'est un compliment, étant donné qu'elle arrive quand même à faire brûler des pâtes...

    Frappez-moi si je me trompe mais il y a un climat assez propice au flirt dans cette salle de repos. Je me sens tellement bien que je n'ai pas envie que ça s'arrête ; j'ai peur que ça s'arrête, à vrai dire. Ce serait bien trop frustrant, j'aimerais passer des heures en sa compagnie. Je ne comprends pas ce qui me prend, ce n'est pas non plus la magie de l'amour non plus, faut pas abuser... Mais c'est assez inédit, d'où les mauvais choix que j'accumule depuis avant ! Je ne veux pas y penser, je me martèle l'esprit avec ça.

    Sa réponse à ma question n'est pas surprenante. Je relève la tête de mon sandwich pour lui sourire. Je mords dans un morceau d'avocat, avec gourmandise, en enchaînant sur la coupe des mangues. Je porte mes mains à ma bouche, pour enlever le surplus de sucre et de liquide ; c'est un tic, je ne prête pas attention à mes manières sur le moment.

    - Ça te manque ? je demande, en la regardant avec douceur et tendresse.

    Je fais toujours preuve d'affection avec les gens que j'aime bien ou que je trouve gentils, que ce soit par des regards ou des gestes, c'est ma façon d'être, la plus honnête et la plus naturelle aussi.

    J'assemble ensuite le sandwich. Par-dessus la confiture de fraise, je place une fine tranche d'avocat, que je surplombe avec deux morceaux de bacon, et des carrés de mangue. J'assaisonne le tout avec un peu de paprika. Oui, cet endroit c'est un peu la caserne d’Ali Baba, je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il y a un cuisinier en herbe dans l'équipe.

    - Tiens ! je lui tends le sandwich. La mangue va venir adoucir le côté salé du bacon, et un peu particulier de l'avocat, tandis que le paprika relèvera un peu le tout, avec discrétion. Et puis, la confiture, c'est un clin d'oeil à l'anglaise que tu es.

    En parlant de clin d'oeil, je lui en fais un, me dirigeant vers l'évier pour me laver les mains.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Uptown girl, I bet she never had a backstreet guy [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shady Cove :: SHADY COVE :: 
Entreprises & Administrations
 :: Caserne de pompiers
-
Sauter vers: