Partagez|

once more unto the breach, dear friends [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Jeu 12 Sep - 15:33

Flóki Thorsen. Un homme au charme scandinave tellement irrésistible, à l´accent aux sonoritées craquantes et fondantes, au physique extravagant et au talent indéniable. Alexandra l´a vu une fois sur scène et autant dire que ses performances étaient tout bonnement ... parfaites. Il l´avait ensorcellé sans état d´âme, avec sa voix grave et douce, avec son air serein et avec tout le coeur qu´il mettait dans son interprétation.

C´est -plus ou moins- pour cette raison, qu´aujourd´hui Alexandra est allé se perdre près de la salle de théâtre de l´université. C`est qu´en plus d´être comédien, cet homme est professeur d´art dramatique, ici. Peut-être se trouvait-il en ce moment même sur scène? Ce serait un hasard. Mais un hasard des plus charmant.

Poussant doucement la porte de la salle, elle entrain discrètement et ferme silencieusement la porte derrière elle. Le coeur d´Alexandra rate un battement pour redouble d´intensité pour rattraper ce retard, en voyant Flóki sur scène. Cette garndeur, cette prestation, cette intonnation tellement bien maîtrisé. Cet homme à l´air tellement ... tellement ... invincible, comme si rien ni personne ne pouvait l´atteindre. Il est tellement sûr de lui. Il est tellement magnifique.

Remettant son sac en place sur son épaule, Alexandra s´avance doucement dans l´allée entre les sièges, vers la scène, comme envoûté et naturellement attirée par la magnifique voix de cet islandais. Et même lorsqu´il se tait et se tourne vers elle, Alexandra ne peut détacher son regard admiratif de lui.

"C´était ... époustouflant" souffle-t-elle, tout de même assez fortement pour qu´il puisse l´entendre "Je vous ais déjà vu la dernière fois sur scène. Vous êtes impressionnant."

Ces compliments sont de bien doux euphémisme comparé à ce que ressent Alexandra en ce moment même.

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Jeu 12 Sep - 23:16

La scène de l'Université est déserte. La salle l'est aussi. Le théâtre est nu, dépouillé de tout décor. Le rideau est relevé. Ayant terminé avec un cours, Flóki n'hésite pas bien longtemps. Il saute sur les planches, fait face aux rangées de sièges. Ce sentiment indescriptible s'empare de lui. A la fois puissance et faiblesse. Il pourrait faire croire n'importe quoi à n'importe qui. Il pourrait mettre tout un auditoire dans sa poche. Mais en même temps, sur scène, il se dévoile. Il donne tout ce qu'il a. Toujours. Jouer la comédie, c'est sa vie. Ce n'est pas une expression vaine. Il veut se surpasser constamment, oublié les limites, repousser son talent encore plus loin. Car il a conscience de ce qu'il a. Néanmoins, il est perfectionniste et méticuleux avec lui-même. Quitte à faire quelque chose, autant le faire bien.

L'islandais aime aussi à, simplement, jouer un monologue, une tirade, pour son propre plaisir. Ce jour-là, son esprit va à Shakespeare. Il l'a bossé en cours il n'y pas longtemps. Oubliant volontairement certaines pièces qui ne s'accordent pas avec son humeur du moment, il porte son choix sur un monologue. Henri V. Pourquoi ? Et bien parce qu'il pourrait réciter Hamlet du début à la fin. Une raison difficile à suivre. Un peu comme lui. Parmi les trois qu'il connaît, il en choisit un, se le remémore, le récite plusieurs fois, avant de commencer vraiment. Juste pour le plaisir d'un personnage express. Il ne se penche pas cent cinquante ans sur l'interprétation, il y va au feeling. Se reprenant tout de même parfois, il teste plusieurs idées.

Alors qu'il recommence une dernière fois, il ne remarque pas la personne qui vient le déranger. Quoiqu'elle ne le dérange pas, puisque elle ne fait aucun bruit. Seulement, à deux petits vers de la fin, il se coupe brusquement. Pas par gène, mais par surprise. Il était tellement pris dans son truc que l'idée qu'on puisse le déranger n'a même pas effleuré son esprit. Se tournant complètement dans la direction de la jeune femme — fille, femme, fille... bref — qui approche, il l'entend dire que c'était époustouflant. Il arque un sourcil, se demande comment elle peut penser ça alors que ce n'était qu'un jeu pour lui, il a une partie de sa réponse. Elle avoue l'avoir déjà vu sur scène, et l'avoir trouvé impressionnant. Un sourire se dessine sur les lèvres de Flóki.

— Merci, lâche-t-il sincèrement, alors qu'il fait quelques pas vers le bord de la scène et attrape sa bouteille d'eau.

La pièce dont elle parle est une production sans prétention, faite par des étudiants en grande majorité. L'islandais avait accepté un rôle, pour aider. Car selon le metteur en scène, "c'était lui ou personne d'autre". Il a essayé de l'orienter vers un étudiant qui aurait plus à y gagner. Peine perdue. Cependant, il n'a pas pris ça à la légère. Le théâtre n'est pas une blague. Soit. Prenant quelques gorgées d'eau, Flo en profite pour détailler l'intruse. Il sourit, est même obligé d'arrêter de s'hydrater, quand il la reconnaît. Ce n'est pas difficile. Il connaît, au moins de rumeurs, pas mal d'habitants de Shady Cove. Et le fait qu'il l'a croise parfois à l'Université l'a aidé à mémoriser son visage. S'essuyant machinalement le coin des lèvres avec sa manche, il s’assoit au bord de la scène.

— Alexandra Stark c'est ça ? demande-t-il avec un sourire, sachant parfaitement la réponse. Merci petite ville de Shady Cove où il est possible de se renseigner sur n'importe qui. Pourquoi t'es venue te perdre ici ma p'tite ? souffle-t-il en se penchant un peu en avant, les coudes sur les cuisses. Il n'a pas pu résister, pour le surnom.

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Ven 13 Sep - 17:34

Ce merci prononcé avec sincérité fait accélérer le cœur de l’américaine. Elle a au moins la certitude qu’il ne lui en veut pas de l’avoir déranger. C’est une bonne chose. Une très bonne chose. Une excellente chose, même. Alexandra, tentant de ne pas trop laisser paraître sa joie, affiche un sourire et hausse les épaules, l’air de dire que ses compliments sont, eux aussi, des plus sincères qui soit. Puis, elle l’observe boire à la bouteille.

Bon dieu, comment cet homme fait-il pour être aussi sexy dans un moment aussi banal ? Comment faisait-il pour rendre le fait de boire à grandes gorgée aussi attractif ? Et ce regard. Ce regard qu’il lui lance avec ce sourcil très légèrement arqué. Et sa voix. Sa voix quand il prononce son nom. Alexandra Stark. Personne, pas même Reese ou Reid n’a réussi à prononcer son nom de cette manière. Elle s’approche d’avantage, sa main se refermant légèrement sur la bandoulière de son sac. Avec attention, elle l’observe s’assoir sur le bord de la scène et se pencher en avant de manière à poser ses coudes sur ses genoux.  Petite. Ce surnom qu’Alexandra déteste tellement sonne comme une incantation du bonheur aux oreilles de la brunette.

« Simple curiosité » répond-t-elle le plus naturellement possible en s’arrêtant à quelques pas de lui « J’avais juste envie de … » elle hésite quelques instants. Vite une excuse ! « Enfaite, je m’intéresse a l’option théâtre … donc j’avais envie d’avoir quelques informations en plus. » Elle fait un pas sur le côté, avise un siège, puis s’y installe et dépose son sac à ses pieds « Je vous avoue n’avoir encore jamais été sur scène … mais je pense que jouer devant un public ne peut qu’être bénéfique, peut importe quel métier on compte exercer » elle l’observe quelques instants penchant légèrement tête sur le côté « Vous avez commencez tôt vous, non ? Votre père est aussi un acteur renommé. J’imagine que vous avez ça dans le sang, sinon je ne vous aurais pas surprise à interpréter le monologue de Henry XI aussi parfaitement, non ? »

Oui, Alexandra a fait des recherches sur cet homme au charme terrifiant. Dès qu’elle a sut qu’il s’agissait de Flóki Thorsen, elle a bien rapidement commencé à s’informer à son sujet. Elle sait maintenant, par le biais d’internet, qu’il s’agit d’un acteur Islandais, né à Reykjavik et ayant déménagé en Norvège –à Oslo- à l’âge de 9 ans. Son père c’est Mikkel Thorsen, acteur renommé lui aussi. Et évidement, Alexandra a aussi cherché et télécharger illégalement des films lesquels apparaissait Flóki. Elle ne pouvait se lasser de le voir à l’écran … ou même à le voir assit ici, sur la scène, devant elle, à jouer avec la bouteille d’eau et à l’observer avec cet air de beau ténébreux.

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Ven 13 Sep - 20:39

Il ne lui en veut pas de l'avoir interrompu. Ce n'était pas son but après tout. Ce n'est pas comme si elle l'avait interpellé franchement, comme si elle avait fait du bruit, comme si elle l'avait vraiment dérangé. S'installant au bord de la scène, il n'a pas franchement de mal à la resituer, lui demande ce qu'elle fait là. Il ne croit pas qu'elle soit dans un domaine artistique. Ici, il est un peu chez lui. Si elle est venue, c'est sûrement pour une raison précise. Raison dont il fait peut-être parti. Seulement, Alexandra répond que ce n'est que par curiosité. Ce que Flóki peine à croire. Honnêtement. La jeune femme commence à s'expliquer, hésite, et avoue finalement qu'elle veut quelques informations à propos de l'option théâtre.

L'acteur l'observe lorsqu'elle prend un siège au premier rang, un peu face à lui. En fait, il ne la quitte pas des yeux. Elle dénote par quelque chose. Il est des gens comme ça, qui sont tout simplement beaux. On ne sait pourquoi, on ne sait comment. Ils le sont. Là en l’occurrence, ça marche avec elle. De même que d'autres étudiants d'ailleurs. Pas que Flo soit attiré ou quoique ce soit du genre. Il sait juste reconnaître la beauté quand il la voit. Sans dire un mot, il l'écoute parler, mais reste sceptique sur la véracité de ce qu'elle veut. Elle explique ne jamais avoir été sur scène, mais que ça ne peut qu'être bénéfique. Peu importe le métier que l'on veut faire. Elle marque un sacré point. Cet aspect n'est plus à démontrer au norvégien, de toute façon.

Il hoche simplement la tête, ne l'interrompt pas. Elle continu en lui demandant confirmation sur le fait qu'il ait commencé à jouer très tôt. Elle sait aussi qui est son père. Qui ne le sait pas, après tout. Il ne tic pas, ne montre aucune réaction. Il a l'habitude, même s'il n'apprécie pas plus que ça. Être encore désigné comme étant le fils de Mikkel Thorsen a quelque chose de déprimant, après tout ce qu'il a fait. Alexandra lui dit ensuite que le talent doit certainement se transmettre par le sang, avant de se fourvoyer. Il fronce légèrement les sourcils, et la rectifie immédiatement.

— Henry V. Ensuite, il sourit en coin. Mais c'était loin d'être parfait. Je m'amusais, simplement. Personne n'était censé voir ça. Il rigole un peu. Et en effet, j'avais 6 ans lorsque j'ai débuté.

Il s'arrête ensuite de parler, arrête de jouer avec la bouteille d'eau, laisse passer un instant de silence. Puis, s'appuyant d'une main, il descend de la scène souplement. Quelques pas plus tard, et il est devant Alexandra. Sans la quitter du regard. Il sait, il sent qu'il y a quelque chose de plus. Sauf qu'au lieu de creuser davantage de front, il choisit de contourner le problème. Il s’accroupit face à elle, bloquant ses yeux dans les siens. Pour assurer son équilibre, il pose une main sur l'un des accoudoirs du siège de la brune. Et en plus, inconsciemment, ça l'empêche de se dérober à l’examen minutieux du regard scandinave.

— Tu n'as pas besoin de prendre des cours de théâtre pour être plus à l'aise, souffle-t-il. Tu es sûre de toi. Tu ne serais pas là sinon, ou tu ne serais pas entrée. Tu ne t'appelles pas Stark pour rien, il sourit doucement, parce qu'il est coutumier des noms et prénoms qui, au final, décrivent à eux seuls une personnalité. Puis Flóki reprend une expression sérieuse en penchant un peu la tête sur le côté. Tu as vaincu un cancer, non ?

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Ven 13 Sep - 21:06

Lorsque cet homme la corrige, Alexandra baisse le regard, rougissant légèrement de honte. Pourquoi n’a-t-elle pas réfléchit d’avantage ? Sur le coup, elle aurait aimé disparaître dans un trou de souris. Mais le doux rire de l’homme chasse son malaise aussi brusquement qu’il l’a fait apparaître. Il n’est pas rancunier en ce qui concerne cette faute. Déglutissant discrètement, elle s’autorise un sourire amusé en réponse à son rire, avant de reprendre une expression plus sérieuse et relever d’avantage le regard vers l’homme, lorsque celui-ci descend de la scène.

Bouche légèrement entre ouverte, une expression indescriptible sur le visage, un mélange de panique, de fascination et d’envie se lisant dans ses yeux, la jeune femme observe l’homme s’approcher d’elle. L’air lui manque, son cœur s’emballe lorsqu’il plante son regard dans le sien. Ne pouvant détacher son regard de celui de Flóki, comme si celui-ci l’avait ensorcelé, la retenant à sa merci, elle le laisse s’approcher, le détail lorsqu’il s’accroupit en face d’elle et inspire l’air de manière audible lorsqu’il reprend la parole.

Il lui dit qu’elle n’a pas besoin de prendre des cours de théâtre pour être plus à l’aise, sinon elle ne serait pas entrée dans cette salle, argumentant qu’elle ne s’appelle pas Stark pour rien. Les yeux légèrement écarquillés, la respiration d’Alexandra se bloque lorsqu’il lui parle de son cancer. Le choc de savoir que l’homme connait sa situation, se transforme en surprise puis en haine. Comment ose-t-il ? Comment ose-t-il lui parler de ça ? Comme ose-t-il évoquer ce sujet comme si s’était la chose la plus naturelle du monde ?

« ça ne te concerne pas » grogne-t-elle en se renfrognant. Les sourcils froncés, le regard sombre, les dents serrées, elle fixe Flóki qui est toujours sur place devant elle. Ne détournant pas les yeux, elle se rend compte qu’inconsciemment, il lui bloque le passage, l’empêchant de partir. Mais veut-elle partir ? Non, bien sur que non. « Tu n’as pas le droit d’évoquer ça. Pas comme ça. Pas comme si … si … c’était une chose normale » ses poings se sert sur ses cuisses et détourne le regard « Mais tu as raison … oui. Même si … même si je ne suis pas tout à fait sortie d’affaire, je l’ai vaincu. Une fois. » elle ferme les yeux « Mais je ne suis pas sûre de pouvoir le refaire une seconde fois … » reprend-t-elle dans un souffle.

Pourquoi dire ça ? Pourquoi se lamenter de cette manière face à cet homme qui lui est carréement inconnu ? Il n’a rien demandé, ça ne l’intéresse sans doute pas. Mais sa faute à lui. La faute à ce regard doux et cette expression de confiance qu’il a affichée sur son visage. La faute à ces mains qui sont posées sur les accoudoirs de la chaise sur laquelle elle est assise. La faute à cette proximité de son corps.

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Ven 13 Sep - 22:10

Cette jeune fille est pleine de vie. C'est sûrement ça qui la rend si belle. Lumineuse peut-être. En tout cas, ce n'est pas tous les jours que l'on rencontre de telles personnes. Une fois de plus, Flóki touche en plein dans le mille en parlant de son cancer. Alexandra passe par plusieurs émotions, avant lui répliquer que ça ne le concerne pas. Elle oublie du même coup la politesse mais de ça, l'islandais n'en a rien à faire. Il est au courant pour ce qu'elle a vécu, bien sûr. Quelque chose comme ça ne reste pas longtemps loin de ses oreilles. Et même si cela fait partie, plus ou moins, du passé, il n'a pas oublié. Pour une raison bien précise.

En réaction à l'expression du visage de la brune, Flo reste calme. Elle est un peu en colère, cela est naturel. Mais lui reste plutôt neutre. il maintient le contact visuel sans ciller. Finalement, il a eu bon nez de placer sa main là. Alex lui dit sèchement qu'il n'a pas le droit d'évoquer son cancer comme si c'était une chose normale. Il note du coin de l'oeil qu'elle serre les poings. Puis elle détourne les yeux, expliquant qu'en effet, elle l'a vaincu une fois. Sans le vouloir, son regard de Flóki se fait plus doux. Malgré la gravité des paroles, il n'empêche pas un fin sourire d'orner ses lèvres. il laisse sa bouteille sur le sol, et vient poser sa main sur le genoux de la jeune femme. Ainsi, il a son attention.

— Si les dieux t'ont donné la force de le battre une fois, c'est que tu auras la force pour deux. Il cherche un instant son regard, et sourit légèrement. Crois-moi, je sais reconnaître une personne forte et courageuse quand j'en vois une.

Il lui tapote un peu le genou, puis se relève en attrapant sa bouteille d'eau. Cette petite. Derrière la force de son caractère, il existe bien une faille. Quoique ce n'est pas le bon mot. Il y a plutôt une partie d'elle qui fait encore petite fille. Petite fille qui a besoin d'être protégée, rassurée, aimée. Son cancer l'a peut-être forcée à grandir un peu trop vite. A réaliser toutes ces choses qui ne devraient pas nous préoccuper à la fac. Mais il ne fait nul doute qu'elle saura vaincre la maladie si celle-ci revient. Il faut qu'elle ait confiance en elle. Flóki s'étire ensuite, puis reporte son attention sur Alexandra. Cette fois-ci, il ne sourit pas.

— Dernier détail : ma mère est morte d'un cancer. Cela fera 5 ans dans quelques semaines. Donc si, 'ça' me concerne.

Il ne dira rien de plus. En temps normal, il ne parle pas de lui. De ce qu'il a vécu. Voire, de sa famille. A ce moment-là pourtant, cela lui a parût nécessaire. Alexandra aurait pu y passer à cause de cette foutue maladie, elle aussi. Elle a réussi à la vaincre une fois, grâce à son caractère et à sa jeunesse. Elle ne doit pas abandonner la partie suivante avant même qu'elle ne commence. Elle n'a pas le droit d'abandonner tout court. Non seulement pour elle, mais pour son entourage. Flóki a bien vu où il a failli terminer à cause du décès de sa mère. Aucun journaliste n'a réussi à lui tirer les vers du nez sur cette partie de son existence, ses addictions. Malgré les fuites, les faits avérés comme la raison de son éviction d'un tournage. Il n'en parle pas. Et plus personne n'ose poser de questions.

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Ven 13 Sep - 22:31

Pourquoi ? Juste, pourquoi. Une question qui traverse l’esprit d’Alexandra et qui se laisse décliner sous d’innombrables formes. Pourquoi cet homme fait-il tout pour la rassurer ? Pourquoi sa voix est-il si douce et si mielleuse ? Pourquoi ses paroles ont-elles l’air si sincères ? Pourquoi pose-t-il sa main sur son genou après lui avoir fait comprendre que si, Alexandra aura bien la force de combattre une seconde fois le cancer ? Pourquoi est-il tellement sexy ? Pourquoi …

La jeune femme inspire profondément et déglutit lorsque Flóki lui tapote le genou puis, la relâchant, se lève. L’endroit de sa jambe, touché par le comédien, devient chaud. Une sensation agréable. Un frisson parcoure l’échine de l’américaine, alors qu’elle relève son vers l’homme. Ce même homme qui reprend la parole, pour dire quelque chose de très personnel. Alexandra déglutit et sent des larmes d’émotion lui picoter les yeux. La mère de Flóki est morte d’un cancer. Comment la peut-elle être aussi cruelle ?

Sans quitter le scandinave des yeux, elle se lève lentement et lui fait face. En le voyant là, devant elle, légèrement courbé, Alexandra n’a qu’une seule envie : le prendre dans ses bras et le serrer contre lui, lui murmurer des mots doux à l’oreille, trouver les mots qui rassurent et lui dire que tout ira bien. Mais rien n’ira bien. Cet homme a perdu sa mère à cause de la même maladie qui a choisit d’épargner celle d’Alexandra.

« Je suis désolé » souffle-t-elle simplement avant de faire un pas en avant et poser une main sur son bras. « Je ne savais pas que … que tu étais aussi concerné que ça … par cette merde. » Elle s’approche d’avantage et baisse le regard, sans pour autant lui lâcher le bras « Désolé. »

C’est tout ce qu’elle sait dire là, en cet instant. Fermant fortement les yeux afin de retenir les larmes, elle pince les lèvres et ravale la tristesse et le désespoir qui menace de la submerger. Elle n’a pas le droit de se laisser abattre. Même Flóki est fort en face d’elle, alors que ça le concerne directement. Elle ne peut tout simplement lui infliger ça.

Alors, elle décide de changer de sujet. En entrant dans cette pièce il y a un peu moins de 10 minutes, elle a fait face à un homme sûr de lui qui se tenait fièrement sur scène, comme si le théâtre et tout ce qui s’y rapporte l’aidait à oublier et surmonter sa peine. Relevant le regard, Alexandra lui offre un doux sourire qui se veut rassurant. Elle lui caresse tendrement le bras, puis le relâche et se recule.

« Et si tu me jouais à nouveau le monologue d’Henry IV … V, hm ? » demande-t-elle doucement « Sans t’arrêter en plein milieux comme avant. » elle incline légèrement la tête sur le côté « Qu’est-ce que tu en dis ? »

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Ven 13 Sep - 23:26

Après la mort de sa mère, Flo a sombré un peu plus dans la drogue et l'alcool. Pour tenir encore le coup. Jouer la comédie lui permettait de s'évader, certes. Mais son optimisme et sa joie de vivre avaient pour ainsi dire disparu. En dehors de la scène. C'était minime au début. Et le cercle vicieux s'est aggravé. Il aurait pu passer par la prison. Heureusement la vie en a décidé autrement. Parce que jouer est pour lui si important, lorsqu'il a pris conscience que ce qu'il aime faire le plus au monde était menacé, il a arrêter la machine. Ce fût dur, mais il s'en est sorti. Alors, oui, de temps en temps, un petit joint, pourquoi pas. Mais c'est tout. Et aujourd'hui, il peut encore s'adonner à sa passion.

Flóki a fait son deuil. Même s'il n'en parle jamais. Il a continué à vivre, a appris à accepter ce que la vie donne et reprend. D'un côté, il ne comprend pas pourquoi Alexandra réagit avec autant d'émotion. Quoiqu'elle pense, elle n'y est pour rien si le cancer a fauché la mère de l'acteur, alors qu'elle a réussi à survivre. L'islandais ne la tient pas le moins du monde responsable. Il la regarde s'approcher, ne bouge pas, croit un instant qu'il aura droit à un câlin réconfortant, puis entend dans ses premiers mots toute la misère du monde. Du point de vue de l'aîné, cela ne sert à rien de se lamenter sur une chose passée. Il ne repousse cependant pas la main qui vient se poser sur son bras.

Son regard passe de cette main, à ce regard sincère. Il ne quitte pas Alexandra des yeux lorsqu'elle s'approche, baissant la tête, et réitérant un "désolé". Il ne bronche, même s'il est surpris. Elle prend vraiment ça très à cœur. Sur l'instant, il la serrerait bien dans ses bras. Elle lui rappelle sa sœur. Elles doivent pratiquement avoir le même âge en plus. En dehors de son grand-frère, c'est d'elle dont il est le plus proche. Mais pour raisons diverses, ils ont eu une passe à vide avant de recommencer à se parler. Flóki s'en veut d'ailleurs de ne pas avoir été là pour elle lorsque leur mère est morte. Il faudrait juste qu'Alex soit blonde.

— C'est pas de ta faute, t'as pas à être désolée, souffle-t-il en toute simplicité.

Il n'a pas grand chose d'autre à dire. L'acteur ne peut que regarder la tristesse lisible sur le visage de l'étudiante. Il ne se sent pas assez proche d'elle pour avoir un geste affectueux et rassurant. Autant briser les espaces vitaux de certaines personnes pour s'amuser sans être sérieux, Flo en est capable. Autant là, il se sent démuni. Lui-même ne ressent pas une telle tristesse. Il reste fort. Après ce qu'il a vécu, il ne peut en être autrement. Et puis d'elle-même, Alexandra reprend contenance avec doux un sourire. Elle lui caresse un instant le bras, se recule. Lui est persuadé que quelque chose est caché, c'est de plus en plus net. Et à côté de ça, il voit bien qu'en changeant de sujet, elle essaie aussi de se protéger du désespoir. Alors il sourit à son tour, pour l'aider.

— Avec plaisir, assieds-toi, dit-il, avant de directement remonter sur scène sans passer par les escaliers sur les côtés.

Se redressant, il se tourne face à la jeune femme, qui a repris un siège. Il prend une petite inspiration. Il mobilise sa concentration pour se remettre en condition. Pour prendre l'état d'esprit du roi Henry V à ce moment de la pièce, lors du siège d'une ville française. Et il refait tout le monologue comme s'il y était. Avec l'énergie où il faut quand il le faut. Avec l'expression. Avec le regard. Avec le ton. Il aurait été en face d'une armée qu'il l'aurait motivée à envahir tout un pays. A la fin, il peut enfin se détendre et laisser l'intensité s'évacuer. Après quelques instants, il salue, comme s'il était face à un vrai public. Quoique Alexandra soit en effet un public. Se redressant, il arbore un grand sourire. Finalement, il l'a encore mieux joué que toute à l'heure, de son point de vue. Et sans préparation, il s'en est vachement bien tiré.

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Sam 14 Sep - 7:55

Evidement qu’Alexandra n’y peut rien au fait que la mère de Flóki soit mort. Elle n’y peut rien si quelqu’un ou quelque chose ait décidé de l’épargner, elle. Mais elle prend cette histoire très a cœur, elle-même n’étant pas passé loin de ce genre de fin. C’est pour cela qu’elle réagit avec une telle émotion. Pas parce qu’une personne inconnue à ses yeux soit morte, mais parce que ça aurait put être elle. Mais aussi parce que ça touche directement Flóki. Et même s’il reste l’homme droit et fier qu’il soit, Alexandra remarque bien cette petite lueur de tristesse qui scintille dans ses yeux et se lit sur ses traits. Elle est discrète. Mais bien présente.

Alors, la jeune femme décide de changer de tactiques. Après avoir caressé le bras de l’homme, voulant ainsi le rassurer, elle se recule d’un pas et lui propose de remonter sur scène. Elle sait que c’est là, debout en hauteur, que le scandinave se sent bien, qu’il s’épanouit et qu’il peut oublier un peu tout ça. D’ailleurs, il n’hésite pas bien longtemps. Se reculant encore d’un demi-pas, Alexandra le laisse se détourner pour monter sur scène. Souriant simplement en l’observant se tourner vers elle, l’américaine croise les bras, attentive et prête à l’écouter.

Et il ne la déçoit pas. Dès que les premiers mots ont franchis ses lèvres, il ensorcelle Alexandra. Perdant peu à peu son sourire, elle décroise lentement ses bras. La bouche légèrement entre ouverte, les yeux quelque peu écarquillé, l’admiration prend possession de ses traits. Un long frisson parcoure son échine, l’électrice et lui donne la chaire de poule. Comment cet homme peut-il mettre tant d’émotion et tant de cœur dans ce monologue ? Alexandra sait que ce monologue apparaît dans l’œuvre de Shakespeare lors du siège d’une ville française. Si s’était Flóki tel qu’il est là maintenant, à la place du roi, autant dire qu’il aurait réussi à motivé toute sa troupe et à détourner l’attention des français. Eventuellement les faire fuir et la rallié à eux. Bref.

Lorsqu’il se tait, le visage d’Alexandra s’éclaircit à nouveau. Répondant au sourire de l’islandais, par un encore plus grand sourire, la jeune femme s’avance et pose ses mains sur la scène. Ainsi aux pieds de l’homme, elle lève un regard des plus admiratifs vers lui.

« J’ai dit que ta performance d’avant était époustouflante, non ? » sourit-elle « Eh bien je retire ce que j’ai dit. Ça … » elle donne un coup de tête en directement de l’homme comme « … ça c’était magnifique. Si j’avais fait partie de tes troupes, dieu sait que je t’aurais suivis dans le combat jusqu’à ma mort sans me poser des questions » elle rigole doucement puis hausse les épaules et, reprenant son sérieux, elle se dresse un peu sur la pointe des pieds, s’appuyant légèrement la scène « Dit, Flóki, ça fait quoi d’être sur scène ? Devant un public ? Je suppose que ça doit être impressionnant, non ? »

Elle aimerait tellement testé, une fois. Peut-être que cet homme l’accepterait quand même dans l’option théâtre ? Qui sait.

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Sam 14 Sep - 22:21

Malgré le fait qu'il ne montre rien, Flóki est tout de même un peu touché par la sollicitude de la jeune femme. Elle n'est même pas obligée de réagir comme ça, d'être triste pour lui. Elle l'est quand même. L'acteur est cependant ravi qu'elle lui propose de rejouer le monologue de tout à l'heure. Il ne se le fait pas dire deux fois avant de remonter sur scène, et de se lancer de nouveau. Comme d'ordinaire, il ne remarque pas les réactions d'Alexandra. Lorsqu'il est sur les planches, il n'y a plus rien qui compte, pas même le public. Ce n'est que lorsqu'il termine sa prestation, qu'il revient sur terre, qu'il aperçoit l'expression d'admiration.

Juste avant qu'elle ne s'atténue derrière un immense et magnifique sourire. L'acteur fait quelques pas, imitant la jeune femme qui s'est elle aussi avancer jusqu'à poser ses mains aux bords de la scène. Le regard qu'elle lève sur lui le touche en plein coeur. Flóki n'est pas un sans coeur, un insensible. Pas face à des sentiments vrais. Les hypocrites il les abaissé plus bas que terre sans remords. Bien qu'il passe son temps à prétendre le contraire, à faire des farces, à ne rien prendre au sérieux.

Alexandra est totalement sincère dans ses compliments. Ce qui n'est pas toujours le cas lorsque Flo en reçoit. Certains ne se doutent pas qu'il est loin d'être dupe, et le brossé dans le sens du poil pour l'avoir dans leur projet. Sauf que le norvégien est tout, sauf manipulable. En revanche, que ce soit Alex qui lui dise que sa prestation était époustouflante, ça, ça lui fait plaisir. Le sourire de l'homme ne diminue pas, et encore moins quand la toute jeune femme lui demande ce que cela fait d'être sur scène. Pour de vrai. Il note dans un coin de sa tête que son prénom prononcé par la brune a une note très agréable. Comme c'est déjà arrivé avec d'autres.

— Impressionnant, sans doute, commence-t-il en regardant le sol un instant, puis il fait un pas et s'assoit en tailleur, juste en face de l'étudiante. Mais quand tu as commencé très tôt, tu ne pense plus la même chose. Il esquisse un sourire en posant ses yeux sur Alexandra. Pour moi, jouer la comédie est aussi simple et aussi vital que respirer. Que ce soit face à une caméra ou dans un théâtre. Si je ne peux plus faire ça, je ferais aussi bien de mourir.

Ces mots sont graves mais tellement véridiques. S'il ne pouvait plus remonter sur scène pour telle ou telle raison, s'il ne pouvait plus jouer la comédie, il se suiciderai purement et simplement. Certains le prennent pour fou. Lui est juste lucide. Mais bon, ce n'est ni l'heure, ni le moment de penser à des choses pareilles. Il a encore l'usage de ses deux jambes et il a toute sa tête. Donc ce n'est pas demain la veille qu'il arrêtera sa passion. Son attention se reconcentre sur la brune, et son envie de monter sur les planches. Ses coudes sur les cuisses, les mains liées, il se penche vers elle, inclinant légèrement la tête sur le côté.

— T'aurais envie de faire du théâtre toi aussi, Alexandra. Pourquoi ? demande-t-il simplement, avant de faire un geste de la main. Et oubli tout de suite c'que t'as dit tout à l'heure, t'as trouvé ça au dernier moment pour te justifier. Si tu fais pas ça pour ton propre plaisir d'abord, ça sert à rien.

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Dim 15 Sep - 8:54

Peut importe comment on tourne la vision, peut importe comment elle voit l’homme devant elle, Alexandra ne peut s’empêcher de se dire qu’il est des plus sexy qui soit. Lorsqu’il répond à sa question avec autant de cœur que lorsqu’il jouait, il parvient à émerveillé la jeune femme. Celle-ci se surprend à rêvé. Et si elle avait commencé le théâtre plus tôt ? Et si elle n’avait pas seulement suivit ces deux heures au collège ? Elle est tellement perdue dans ses pensées qu’elle ne remarque pas que l’homme lui avoue préférer mourir que d’être dans l’incapacité de continuer à être comédien.

Mais le mouvement en avant de Flóki la sort de ses pensées. Se redressant légèrement, elle reste néanmoins sur place lorsque l’islandais vient s’assoir en face d’elle. Ils sont maintenant au même niveau et Alexandra peu sans mal se noyer à nouveau dans ce regard si intense, si pur. Puis, Le scandinave se penche en avant, pose ses coude sur ses genoux. Et ce, sans quitter Alexandra des yeux. Celle-ci, restant là où elle est, se retrouve maintenant tellement près de Flóki qu’elle peut sentir son souffle sur sa joue. Elle sent son odeur. Une odeur indescriptible. Son odeur. Unique comme celle du gingembre ou de la pluie du désert.

Il reprend la parole, confirmant une seconde fois qu’Alexandra veut faire du théâtre, avant de lui demander pourquoi. Se redressant légèrement, intensifiant d’avantage son regard, il la prévient de ne pas venir avec la même excuse qu’avant, étant donné qu’il ne sert à rien de commencer le théâtre si on ne veut pas le faire pour soi-même.

« Hm … » reprend Alexandra en penchant légèrement la tête sur le côté, affichant un air espiègle « Si je veux faire du théâtre pour gagner plus de confiance en moi-même, n’est-ce pas pour moi seule que je le fait ? » demande-t-elle avec un sourire malicieux en coin, avant de se pencher légèrement vers Flóki « Mais t’as raison, ce n’est pas la raison exact » souffle-t-elle, laisse planer le mystère encore quelques instants, puis agrandit  son sourire et se recule à nouveau.

Faisant un pas sur le côté, elle s’appuie sur la scène, donne une impulsion avec ses pieds et monte dessus sans problème. Se redressant, s’époussetant ses mains sur son pantalon, elle commence à marcher et contourner la scène. Liant les mains dans son dos, elle inspecte rapidement la scène puis se tourne et fait face à la salle. Flóki la suit du regard mais ne s’est toujours pas levé. Souriant, elle s’approche de lui et se place, debout, à ses côtés.

« C’est vrai que c’est pas mal impressionnant tout ça. Rien que le fait d’être seul sur la scène … sans public je veux dire, te donne l’impression d’être invincible » elle sourit, amusé avant de se tourner vers Flóki et lui donner une petite tape sur l’épaule « Bon, dit moi, qu’elle sont des raisons valables pour que tu m’accepte ? Qu’est-ce que tu veux entendre ?  Que je m’intéresse au théâtre ? Que j’ai toujours voulut savoir ce que ça faisait que d’être ici, sur scène ? Que je le veux absolument parce que … je le veux, tout simplement ? » elle se penche et s’accroupie, revenant à l hauteur du scandinave « Hm ? Dit moi ? » elle arque un sourcil interrogateur.

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Dim 15 Sep - 13:58

Elle n'a pas compris le mot "plaisir" ou bien... ? Si on fait du théâtre pour avoir plus confiance, bien sûr que ça revient à le faire pour soi-même. Mais ce n'est pas synonyme de prendre du plaisir à jouer. Ça donne même une sorte d'obligation. Alors que ça ne devrait pas être la raison première pour se retrouver sur scène. C'est sûr que si ça peut donner plus confiance, c'est un plus. Mais si c'est la seule raison, ça ne va pas beaucoup aider. Alexandra a un petit air malicieux, en avouant que ce n'est effectivement pas la vérité. Flóki hausse légèrement les sourcils, attendant la suite. Or, la jeune femme décide de laisser un mystère. Elle sourit, puis grimpe sur scène à son tour.

Le professeur la suit du regard, l'observe faire le tour du propriétaire, et revenir sur le devant. Face au public, se plaçant à côté de Flo, elle dit que c'est impressionnant même sans personne. Le scandinave sourit doucement, sans se lever ou quoique ce soit. Tout le monde a la même réaction la première fois. Lui a toujours une espèce de trac, mêlé d'impatience, avant d'entrer en scène. C'était seulement lorsque il était petit qu'il était impressionné. Et encore, ça n'a pas duré longtemps. L'expérience joue beeaucoup. Quand la jeune femme dit se sentir invincible, Flóki part à rire.

— Si tu crois ça tu vas vite déchanter, t'es loin d'être invincible sur scène. Au début en tout cas. Si t'as pas l'assurance nécessaire, un petit détail qui change peut te troubler et te perdre dans ton texte. Il sourit en coin, posant ses yeux sur elle. Quoique je me fais pas trop de soucis pour toi.

Alex paraît à l'aise, c'est vrai. Il n'empêche que, peut-être, elle perdra tout ses moyens face à un vrai public. C'est déjà arrivé. Suite à ça, la jeune femme lui donne une tape sur l'épaule en lui demandant ce qu'elle doit dire pour qu'il l'accepte. Faut-il qu'elle s'intéresse au théâtre, qu'elle dise qu'elle fait ça uniquement parce qu'elle le veut ? Elle s'accroupit, lui demandant une réponse.

— Eh! Tu perds pas le nord toi, lance-t-il, amusé. Il se recule un peu, s'appuie sur ses bras, et délie ses longues jambes, tout en réfléchissant un instant. Tu dis ce que tu veux, du moment que c'est la vérité. Il tourne les yeux vers elle. Et du moment que c'est pas à cause d'une contrainte que t'es là. Ensuite, je verrais comment tu te débrouilles. Juste par curiosité hein. Après tu verras avec l'administration. il hausse les épaules. S'ils veulent pas, en raison de tes cours par exemple, j'peux te donner des cours particuliers, puis un petit rôle dans une pièce.

Un petit rôle, bien sûr. Pas quelque chose qui nécessite d'être pro. Que ce soit à Medford, Ashland, ou Grant Pass, il y a des théâtres, et donc des pièces de théâtre. Comme il connaît certains metteurs en scène, Flóki ne doute pas que s'il demande, il pourra être tenu au courant s'ils recherchent une comédienne. Même en remplacement. Flo a déjà fait ça, apprendre en quelques semaines un rôle pour sauver la mise à un ami. Ç’avait été très amusant. Soit. De cette façon, même si ce n'est pas par l'Université qu'Alexandra s'initie au théâtre, c'est toujours possible pour elle de monter sur scène. C'est bien d'avoir des relations, finalement.

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Dim 15 Sep - 16:32

Alexandra est bien contente de s’être délibérément perdue du côté de cette salle de théâtre de l’université. D’autant plus qu’elle a eu l’occasion de voir Flóki jouer et que, maintenant, elle discute là, seule, avec cet homme au charme si irrésistible que ça en fait peur. Lorsqu’elle lui dit que se tenir sur scène donne l’impression d’être invincible, il la fait descendre bien rapidement de piédestal en lui disant qu’elle a une trop fausse approche de la chose. Pourtant, il ne la rabaisse pas pour autant. Ou du moins n’est-ce pas l’impression qu’il lui donne. Soit.

Après qu’il lui ait dit qu’au début, quand on est tout jeune dans ce milieu, il suffit d’un petit détail pour nous déstabiliser, Alexandra s’accroupie à côté de lui et lui demande directement ce qu’il veut entendre pour qu’il comprenne qu’elle veut faire du théâtre. Il lui répond simplement qu’elle doit être sincère et dire la vérité. Ah ouais. La vérité c’est que t’as un charme fou, que t’es sexy à faire trembler Baldr, que je veux te toucher partout où je n’ai pas le droit ? Alexandra sourit tendrement et hausse doucement les épaules, avant que son cœur ne s’emballe à nouveau lorsque Flóki propose de lui donner des cours particuliers. Il est sérieux ? hm ….

« Même si l’administration acceptait … »[b] dit-elle [b] « Je ne serais quand même pas contre des cours particuliers » lui susurre-t-elle à l’oreille, tout en gardant sa main posée sur son épaule. Après être resté quelques instants immobile dans cette position, elle sourit, lui tapote le creux de l’épaule et prend appuie sur lui pour se relever « Bon et si on … » elle se tait subitement et lance un coup d’œil à sa montre « Oh non ! Merde ! » s’exclame-t-elle en se reculant d’un pas « Désolé, faut que j’y aille, le bus … » elle saute de la scène et attrape son sac. Se dirige en marche rapide vers la sortie « A une prochaine ! »

Elle sort rapidement de la salle et se met à courir dans les couloirs déserts. Le dernier bus pour Shady Cove par dans 3 minutes exactement. Se elle se dépêche elle peut encore l’avoir. Mais c’est sans compter sur le sale temps, les pavés glissant et les sales con. Arrivé à la sortie du hall de l’université, elle s’immobilise un instant en observant la pluie torrentielle, soupire puis sort. Les yeux plissés, elle traverse à toute allure la cours, vire à droite, s’engage sur le trottoir et … voit le bus démarrer sous ses yeux. Malgré les grands moulinets qu’elle fait avec ses bras, le chauffeur l’ignore. Pestant contre lui, Alexandra soupire lourdement, désespéré.

Comment elle va rentrer maintenant ? Ses parents ne sont pas là, Morgan est rentré depuis longtemps et Shady Cove est bien trop loin pour qu’elle puisse rentrer à pied. En Taxi éventuellement … mais elle n’a pas sous sur elle. En faisant de l’auto stop ? Pour se retrouver dans une ruelle en compagnie d’un vieux pervers, non merci. Soupirant à nouveau, elle se tourne …

… et rencontre le sol plus vite qu’elle aurait put dire ‘Flóki’. Son sac lui échappant des mains, elle a tout de même le reflex de se rattraper pour ne pas s’éclater la mâchoire contre les pavés. Le contenu de son sac –avec les livres et les cahiers- se répand au sol. Se redressant, Alexandra hurle et traite, celui qui l’a poussé, de connard. Mais a part un regard étonné, il ne lui porte pas d’avantage attention et reprend son chemin comme si de rien n’était. Occupé à traiter la vie de tous les noms d’oiseaux qui lui passent par la tête, elle commence à rassembler ses affaires, gorgées d’eau de la pluie.

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Dim 15 Sep - 23:05

Flóki n'aime pas donner de faux espoirs à ses élèves. Ce n'est pas son boulot de faire croire que tout est facile. Même s'il peut donner cette impression lorsque lui-même joue. Et puis, surtout pour les jeunes de ce cursus qui veulent, à terme, en faire leur métier, il est important de les garder sur terre. Quand quelque chose ne va pas, il le dit. Et quand quelque chose marche, il le dit aussi. Lui ne mâche pas ses mots, comme certains de ses collègues. Ça lui attire parfois quelques emmerdes, mais il a encore le droit de faire son travail comme il l'entend. Enfin soit.

Alexandra ne répond pas vraiment, à part un sourire et un haussement d'épaule. Et puis, lorsqu'il lui propose des cours particuliers si jamais elle ne pouvait pas intégrer l'option, elle dit que dans tous les cas, elle ne serait pas contre. Flo l'inspecte du coin de l’œil, et se dit que cette proposition là n'est pas si innocente que ça. En partie à cause de la proximité de la brune. Elle le cherche ou quoi... Alex se relève ensuite, et souhaite dire quelque chose. Mais elle est subitement rappeler à l'ordre par sa montre, qui lui indique que l'heure du bus est arrivée. Elle s'anime d'une énergie étonnante, si bien que Flóki n'a pas le temps de dire grand-chose. Il arque un sourcil, en la regardant sortir d'un pas rapide.

— A bientôt, lance-t-il assez fort, sans doute, pour être entendu.

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, elle a disparu derrière la porte. Le scandinave laisse planer un moment, un tantinet perplexe. Puis il se relève, époussette son pantalon, va récupérer sa bouteille d'eau, puis retourne en coulisses pour récupérer ses affaires. Il prend tout de même son temps, il n'a aucune obligation. Il s'empare de son bandoulière, de sa veste, puis se lance dans les couloirs pour sortir. Il ne pense déjà plus vraiment à Alexandra. Elle reviendra le voir de toute façon, il n'en doute pas. Au détour d'une fenêtre, il voit la pluie torrentielle qui s'abat au dehors. Il pousse un léger soupire, et enfile déjà sa veste. Lorsqu'il atteint l'extérieur, il relève la capuche de son gilet noir, tout remerciant tout de même le ciel d'avoir pensé à prendre son manteau ce matin.

En sortant, se dirigeant vers la place de parking où il a garé sa voiture, son regard tombe sur une silhouette. Alexandra — évidemment —, sous la pluie, occupée à ramasser ses affaires sur le trottoir. Sans même réfléchir plus que ça, il prend sa direction en trottinant. Il arrive un peu derrière elle. Enlevant sa veste, il la pose sur la tête de la jeune femme, la protégeant aussi en raison de la longueur de l'habit, au moment où celle-ci se relève. Elle a visiblement récupéré ses affaires, mais une bonne partie a goûté à l'eau de pluie. Alors qu'elle se retourne, sans aucun doute surprise, Flóki lui offre un ravissant sourire. Il voit toujours un peu des traces de son énervement. La vie n'a visiblement pas été clémente pour elle ces cinq dernières minutes.

— T'inquiète pas pour le manteau, j'suis résistant au froid, lâche-t-il. Il se redresse, jette un œil aux alentours, puis repose son attention sur elle. J'imagine que t'as loupé le bus. J'vais te ramener.

Ce disant, il passe une main dans son dos, au niveau de ses épaules, et lui indique silencieusement d'avancer dans la direction de sa Volvo noire. Il l'incite également, gardant toujours sa main dans son dos, à forcer un peu l'allure. La pluie, ce n'est pas vraiment agréable.

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Lun 16 Sep - 15:36




Life´s a bitch". Alexandra est occupé a traité la vie et le connard qui l´a poussé, de tous les noms, autant intérieurement qu´à haute voix, qu´elle ne remarque que trop tard que sa haine se transforme en profond désespoir et qu´elle doit redoubler d´effort pour lutter contre les larmes qui menacent de couler, en voyant ses cours ilisibles. C´est vraiment la dernière chose qu´elle souhaitait. Mais, ne se prenant pas la peine de les classer à nouveau, elle foure tout dans son sac et se redresse.

C´est à ce moment là qu´elle sent quelque chose de doux et de chaud sur son dos, recouvrant ses épaules et sa tête. Se tournant, surprise, les battements de son coeurs s´accélèrent lorsque son regard tombe sur Flóki. Qu´est-ce qu´il fait là? Sa chemise est trempé et les cheveux lui collent sur le front. Aditionnant 1+1, Alexandra se rend compte que c´est la veste du scandinave qui se trouve elle. Ouvrant la bouche, s´apprêtant à protester, l´homme est plus rapide qu´elle et lui dit être resistant.

Se relevant, souriant timidement, Alexandra épaule son sac et frissonne. Non pas à cause de la pluie ou du froid, mais bel et bien à cause de cette main posée dans son dos. Cette main qui dégage une chaleur sans précédent, ainsi qu´une sensation des plus agréables. Cette même main qui pousse l´américaine vers une volvo noire et qui l´oblige à presser le pas. Ce n´est qu´une fois à l´intérieur de la voiture, sans la proximité de Flóki, qu´Alexandra remarque que ses tremblements sont surtout du au froid qui se dégage de ses vêtements mouillés.

"Merci flóki" dit-elle aprés s´être attaché et avoir remit la veste en place sur ses épaules "Je sais pas ce que je ferais sans toi" elle se tasse un peu plus dans le siège et monte la capuche sur sa tête, lui cachant la moitié du visage.

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Lun 16 Sep - 19:30

Sauver la demoiselle en détresse. Ça peut être une bonne technique d'approche. Mais pour le coup, Flóki ne cherche même à pas à atteindre ce but. Alexandra est très belle, là n'est pas la question. Si elle avait quelques années de plus, Flo ne dirait pas non. Mais là, il se prendra un temps de réflexion. Pour une fois qu'il ne foncera pas tête baissée dans le lit d'une ravissante jeune femme. Il ne fait que l'aider. Lui éviter la pluie. La ramener chez elle. Rien de plus. C'est simple, si c'était plus, il risquerait son poste. Puisque c'est une élève. Et puis autant les rumeurs à Shady Cove peuvent être amusantes, autant une insinuant qu'il se tape une gamine est inenvisageable. Il ne sait pas exactement son âge, mais ils doivent avoir près de 10 ans de différence.

C'est à peu de chose près ses pensées lorsqu'il s'installe derrière le volant. Avec un soupire, il rejette sa capuche trempée en arrière. Pas mal de gouttes sont passées au travers des mailles. Mais la douche a été évitée. D'une main, il s’ébouriffe les cheveux par habitude, puis met le contact. Il remarque sans mal que Alexandra frissonne. Sûrement ses fringues. Il monte alors le chauffage de quelques degrés. Il met sa ceinture, puis démarre et sort du parking, et baisse par réflexe le son de la radio. Tandis que la jeune femme le remercie. Elle se demande ce qu'elle ferait sans lui. Regardant à droite et à gauche, il s'engage sur la route, arborant un petit sourire.

— Tu serais en train de mourir de froid sous la pluie, cherchant en vain une solution pour rentrer à Shady Cove, je suppose, dit-il en lui jetant un regard.

La sortie d'Ashland se fait comme un pur mécanisme. Le silence qui s'est installé entre les deux, seulement troublé par la musique de l'autoradio, n'est pas gêné ou quoique ce soit. Pas le genre qu'on n'a envie de briser pour dissiper un quelconque malaise. En tout cas, du point de vue de Flóki, ce n'est pas plus mal. Il ne dit mot au mois jusqu'à l'autoroute. Là, une question plutôt, voire carrément, importante lui vient à l'esprit. C'est une chose de ramener Alexandra jusqu'à Shady Cove, mais encore faut-il la conduire jusqu'à chez elle. Et quand on ne connaît l'adresse, c'est tout de suite plus difficile.

— Et sinon, je te dépose où ?

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alexandra Stark
• Étudiante •

Messages : 542
Date d'inscription : 09/05/2013

Description du personnage
Âge : 21 ans
Côté cœur : Craque pour quelqu'un
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Mar 17 Sep - 15:21

Alexandra est extrèment contente d´être dans la voiture, protégée de la pluie et du froid. Aussi, Flóki, en remarquant les tremblements de la jeune femme, monte le chauffage de quelque degré et baisse le son de l´autoradio. Blottie sous la grande veste du scandinave, capuche lui recouvrant le visage, Alexandra sourit en sentant la douce chaleur. Trés vite l´habitacle est réchauffer et l´américaine sent comment le froid la quitte peu à peu. Son sourire s´agrandit d´avantage et se fait plus amusé lorsque Flóki répond à sa question -qui n´en n´était pas vraiment une, au final- en disant que sans lui elle serait surement entrain de mourir de froid et de chercher en vain une solution pour rentrer.

"t´as pas tord" dit-elle, sans détourner son regard de la route "Mon sauveur..." souffle-t-elle pour elle-même, de maniére à ce que Flóki ne l´entende pas. Du moins, espère-t-elle que ce soit le cas. Enfin.

Le scandinave s´engage silencieusement sur l´autoroute. Le silence entre eux n´est pas tendu. C´est un silence plutôt agréable, dans lequel on se plait. le silence de ceux qui se comprennent sans échanger de mots. Alexandra est enchanté, elle ne savait pas que l´islandais savait si bien tenir un simple silence. Enfait, elle ne sait rien sur lui, si ce n´est ses origines et ce qu´il a fait avant. Et pourtant, rien que l´évocation de son nom fait naitre en elle des sentiments nouveaux. Et tellement agréable.

Mais Flóki ne la laisse plonger dans les abîmes de ses pensées, car il lui demande si elle oú elle habite. Alexandra s´avance un peu et tourne la tête vers lui, juste assez pour appercevoir son visage. Il est tellement beau quand il est concentré sur la route. Secouant doucement la tête pour ne pas tomber à nouveau dans la contemplation de cet être diaboliquement sexy, elle ouvre la bouche et la referme. Elle vient de s´apprêter à donner l´adresse de ses parents, alors qu´elle n´habite plus chez eux.

"Rogue River Drive" dit-elle en reportant son attention sur la route "N° 43" puis elle retombe dans le silence ... avant de s´avancer et d´augmenter un peu le volume de l´auto radio "ça te dérange pas? C´est juste que j´adore cette chanson"

Icarus de Bastille. Sa chanson préféré du moment et qui reflète un peu ce qu´elle ressent en ce même instant.

______________________________________________________________________________

   
"Living in ruins of a palace within my dreams"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Flóki Thorsen
• Professeur d'art dramatique •

Messages : 300
Date d'inscription : 07/09/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans.
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : X

MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé] Mar 17 Sep - 19:07

L'atmosphère se réchauffe dans la voiture. Simplement grâce à au chauffage hein. Rien d'autre. Flóki n'hésite pas à répondre à Alexandra, qui lui concède d'ailleurs qu'il a complètement raison. Le scandinave entend qu'elle rajoute quelque chose, mais il ne parvient pas à saisir quoi. Il ne pose pas de questions, et laisse un silence s'installer. Il n'est pas de ceux à avoir toujours quelque chose à dire. Il ne parle pas lorsqu'il n'a rien à dire. Si c'est pour raconter des conneries, autant se taire. Un silence doux est toujours plus agréable qu'une phrase qui se ponctue par une gêne. Mais finalement, il rompt ce silence pour demander où est-ce qu'il doit ramener la jeune femme.

Elle lui donne une adresse. N°44, Rogue River Drive. Il hoche simplement la tête, montrant qu'il a entendu. Puis Alex se penche pour augmenter un peu le volume de la radio. A cause de la chanson. Flóki secoue doucement la tête, de façon négative. Ça ne le dérange pas. Et puis, la chanson n'est pas mal. Les quarante cinq minutes de trajet se déroulent entre chansons, et parfois quelques paroles échangées. Flo lui pose quelques questions, notamment pour se renseigner sur ses connaissances en théâtre, et aussi sur ses passions. Cela lui permet de mieux la cerner dans tout les cas.

Elle lui pose aussi pas mal de questions, axées sur sa carrière et sur le théâtre en général. Parfois sur ses goûts aussi. Ils font donc connaissance. Et les minutes passent plus vite. Lorsqu'ils pénètrent dans Shady Cove, Flóki a le sourire aux lèvres et se remet d'un éclat de rire. Tournant plusieurs fois, il s'engage sur Rogue River Dr., se disant que c'est la fin d'un bon moment. Il la reverra, c'est sûr, mais sa compagnie n'est tout de même pas déplaisante. Roulant au pas, il s'arrête finalement devant la maison qu'elle lui indique.

— Bon et bien, on y est, lâche-t-il en posant les yeux sur Alexandra. Il lui sourit. Mademoiselle est arrivée.

L'étudiante lui rend son sourire, avant de le remercier de l'avoir déposée. Il lui dit qu'il n'y a pas de mal, puis lui dit au revoir alors qu'elle s'extirpe de l'habitacle, laissant sa veste sur le siège passager. Flóki l'observe un moment, jusqu'à ce qu'elle atteigne la porte d'entrée. Il démarre ensuite, et prend le chemin pour rentrer chez lui. Il avait bien fait de ne pas partir directement après les cours, finalement.

[Fin de la scène.]

______________________________________________________________________________

 There's a thin line between genius and insanity. I've erased this line.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: once more unto the breach, dear friends [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

once more unto the breach, dear friends [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shady Cove :: A L’EXTÉRIEUR DE SHADY COVE :: 
A proximité de la ville
 :: Ashland
-
Sauter vers: