Partagez|

We can be heroes just for one day | Clay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: We can be heroes just for one day | Clay Dim 29 Déc - 18:22

Il s’agissait pas d’une affaire facile, Juliana en avait conscience. D’autant qu’elle avait repris le boulot que récemment et pour tout dire, elle n’était pas sûre de tenir longtemps comme ça, mais elle ne le disait pas. En parler était déjà suffisamment difficile, alors elle préférait ne même pas y penser. Autant se concentrer sur l’intervention et faire en sorte de retrouver la petite montée d’adrénaline qui la grisait à chaque fois que le danger était proche, elle en avait tellement besoin pour se sentir vivante, rien qu’une fois. Et ces dernières semaines, elle avait plutôt l’impression d’être un cadavre récemment sorti de terre plutôt qu’un être humain. Et bordel, il commençait à faire chaud par-ici. Un incendie de cette importance, ça n’avait jamais rien de drôle, surtout quand il y avait des victimes en jeu, comme c’était le cas à présent. Jul’ serrait les dents et se concentrait sur la tâche à accomplir. En l’occurrence, l’incendie était sûrement d’origine criminelle, même si pour l’heure, c’était pas franchement sa principale préoccupation. Sortir les victimes et faire en sorte que tous les copains restent en vie jusqu’à la fin de l’intervention, c’était déjà ça.

Juliana avait cessé de penser et avait l’impression de fonctionner au ralenti, comme dans un film. Penser, c’était hésiter et donc, se mettre en danger. On ne pouvait pas hésiter alors que tout brûlait tout autour de nous, c’était pas franchement le truc à faire dans ces conditions. Puis elle poussa une exclamation en avisant un corps inerte, quelques mètres plus loin, avant de se précipiter. Une personne inconsciente. L’un de ses collègues se chargea de la récupérer et de tourner les talons pour la sortir de là au plus vite. S’ils avaient bien compté, normalement, il s’agissait de la dernière victime. Juliana l’espérait. Mais tous continuaient de braver les flammes, de tout tenter pour les éteindre et quelques vieilles images ressurgirent dans son esprit. Encore et encore. Des hurlements, la charpente s’effondre et puis plus rien, le silence. Cet abominable silence qui lui compressait le cœur. On la héla avec violence car, sans s’en rendre compte, elle venait de se figer face à ces souvenirs. Elle avait perdu pied pendant une seconde, ce qui n’aurait jamais dû arriver. Comme elle n’aurait peut-être jamais dû reprendre le boulot aussi vite, même si elle en avait besoin, de tout son être, pour penser à autre chose, oublier l’alcool, oublier ces semaines éprouvantes et ces rendez-vous qui n’en finissaient plus.

Et puis, sans vraiment comprendre, elle se retrouva dehors, à l’air libre, bien loin de l’atmosphère étouffante. Ses collègues prenaient la relève, il n’y avait plus de victime à l’intérieur, l’incendie serait bientôt maîtrisé. Ces mots, on les prononça devant elle, mais elle ne les écouta pas. D’un pas vif, elle se dirigea vers le camion et ôta son casque et ses gants avant de saisir la première bouteille d’eau qui lui tombait sous la main pour en boire une grande gorgée. Elle n’avait sûrement pas fière allure, avec ses cheveux en bataille et la sueur qui perlait au coin de son front, mais c’était bien le cadet de ses soucis. Aujourd’hui, une fois de plus, elle avait accompli son devoir et c’était tout ce qui importait. Elle n’avait qu’une hâte, se changer, enlever cette combinaison qui l’étouffait et revêtir quelque chose d’un peu moins oppressant.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Mar 31 Déc - 15:10

Clay était dans son bureau. Il ne restait plus beaucoup de personnes au poste, seulement ceux qui étaient de garde. S'il y avait une grosse urgence on pouvait toujours contacter les officiers qui étaient chez eux via leur téléphone portable. Le shérif s'était mis à l'aise, les jambes croisées sur son bureau, il nettoyait et entretenait son arme de service, un Colt Python 4 pouces. Clay avait toujours préféré les revolvers aux pistolets semi-automatiques d'aujourd'hui tel les Glock et les Sig Sauer qui équipaient la plupart de ses hommes. Le Colt Python avait une puissance de feu impressionnante qui avait séduit le jeune shérif et c'était un flingue qui avait de la gueule.

Alors que Clay vérifiait le barillet de son revolver, sa secrétaire Janet entra dans son bureau après avoir frappé deux coups.

- Clay on a un incendie sur Eagle Point, Tracy Avenue, des pompiers sont déjà sur place. Tu veux que j'envoie Mattheson pour un rapport ?

- Nop Janet, je m'en charge personnellement !

Ni une, ni deux, Clay décroisa les jambes, il remit ses six balles dans son revolver puis se leva. Il rangea son Colt dans son holster puis se dirigea vers le porte manteau de son bureau. Il enfila sa veste et déposa son chapeau de cow-boy sur sa tête. En sortant de son bureau il vit ses officiers taper des rapports et analyser certains faits sur un paperboard. Clay alla au tableau où les clés des véhicules de police étaient accrochées. Il prit la voiture la plus rapide des forces de police, une Dodge Charger. Il sortit à la hâte du bâtiment de police et monta dans le véhicule. Il démarra, gyrophares allumés et sirènes hurlantes il quitta Shady Cove en direction d'Eagle Point.

Après une dizaine de minutes de trajet, il arriva enfin à Eagle Point, Tracy Avenue, là il vit les camions de pompiers et l'intense brasier auquel les soldats du feu faisaient face. La scène était impressionnante, c'était le plus gros incendie auquel Clay était confronté depuis qu'il était shérif. Certains pompiers s'étaient sans doute rendus à l'intérieur du bâtiment en flammes pour sauver des vies. D'ailleurs, lorsque Clay sortit de son véhicule il vit une poignée de pompiers ressortir avec sur leur dos des personnes inanimées. Les ambulances étaient en train d'arriver, leur sirène se faisant de plus en plus proche. D'autre pompiers avec leur lance à incendie s'affairaient à maîtriser le feu depuis l'extérieur.

Clay s'approcha de la scène après avoir montré son badge à un pompier qui avait délimité un périmètre de sécurité. Il continua d'avancer vers le camion de pompiers et vit de dos un soldat du feu ôter son casque laissant ainsi découvrir une chevelure blonde décoiffée. Clay reconnaissait cette personne, c'était Juliana Stewart, une femme avec qui il avait beaucoup travaillé sur de nombreuses affaires d'incendies criminels mais c'était aussi une très bonne amie à lui. D'un pas assuré Clay marcha vers la jeune femme.

- Hey Jul' ! Comment tu vas ? lança le jeune shérif en voyant que Juliana n'avait pas bonne mine, normal étant donné les circonstances et la puissance du feu. Sacré brasier ! Vous avez réussi à extraire des survivants ? dit Clay le visage fermé.

Derrière eux, les ambulances prenaient en charge les corps. Clay ne savaient pas s'ils étaient vivants ou morts. Il irait voir les chefs ambulanciers pour les pronostics vitaux tout à l'heure.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Mer 1 Jan - 11:34

Juliana n’avait qu’une hâte, c’était d’enfuir fuir le lieu de ce sinistre. Oh, elle n’était pas choquée, bien sûr, puisque les incendies, c’était son rayon. Même s’il ne s’agissait pas du plus gros de son travail, son équipe était souvent appelée en renfort alors elle était habituée. Enfin, il était quand même rare qu’elle intervienne sur d’aussi importants feux. Là, en l’occurrence, le bâtiment entier était concerné et heureusement que la plupart des habitants avaient réussi à s’échapper avant qu’il ne soit trop tard – sauf quelques uns. Mais malgré tout, elle ne se sentait pas très à l’aise, sans vraiment savoir pourquoi. Il fallait penser à autre chose, vite. Alors qu’elle s’éclaboussait le visage d’un peu d’eau, elle entendit une voix familière dans son dos et se retourna. Un large sourire éclaira son visage quand elle reconnut le shérif de Shady Cove, avec qui elle bossait régulièrement depuis son arrivée. De fil en aiguille, ils s’étaient bien entendu et Jul’ l’appréciait beaucoup.

« Salut Clay ! J’te le fais pas dire, une vraie fournaise à l’intérieur. Et ouais, quelques uns. Enfin, j’espère qu’ils survivront » rajouta-t-elle en voyant les blessés pris en charge par les quelques ambulances présentes sur les lieux. « C’est plus vraiment de mon ressort… »

Oui, elle espérait vraiment que tous aient survécu. En tout cas, eux, ils n’avaient trouvé aucun cadavre à l’intérieur et c’était une excellente chose. A chaque victime qu’elle ne parvenait à sauver, Juliana avait beaucoup de mal à mettre suffisamment de distance pour ne pas être choquée. Alors elle célébrait chaque sauvetage, même minime. Chaque être humain qui prenait la peine de la remercier…

« Mais je vais bien, contente que ce soit terminé, ça fait des heures qu’on est là. Et toi, qu’est-ce que tu fais là ? T’as pas envoyé un de tes sous-fifres faire le sale boulot ? »

Exténuée, elle s’assit à l’arrière du camion pour dévisager le shérif. Non pas qu’elle n’était pas contente de le voir, au contraire ! Mais elle n’avait pas forcément à faire à lui, surtout sur les incendies – enfin, il faut bien dire que celui-là, il était plutôt énorme. Elle acheva sa bouteille d’eau et la déposa à côté d’elle, avant de refaire rapidement le chignon qui maintenait ses cheveux serrés. Après cette intervention, elle aurait sûrement droit à un peu de repos, sauf si elle était appelée en urgence sur un nouveau cas à Shady Cove. Elle ne l’espérait pas franchement, parce que là, il fallait bien le dire, ses jambes étaient en plomb tant ces dernières heures avaient été éreintantes.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Mer 1 Jan - 22:13

Comme l'avait dit Clay : « Sacré Brasier ! ». Le jeune shérif était aux côtés de Juliana et regardait le bâtiment en feu, les ordres venaient de partout, des pompiers qui essayaient de maîtriser le feu depuis l'extérieur aux ambulanciers qui prenaient en charge les victimes. Un son et lumière impressionnant mais sinistre entre tout ces gyrophares. Le crépitement du feu faisait face à la pression de l'eau qu'on déversait sur lui. Clay reposa son regard sur Juliana, ça avait dû être l'enfer pour elle à l'intérieur et son visage en disait long sur ce que la jeune femme avait dû éprouver. De même, le nombre de brancards qu'il y avait témoignaient de la violence de l'incendie. Clay le visage fermé regardait les ambulanciers. Comme le disait Juliana la survie de ces hommes et de ces femmes n'étaient plus de son ressort. On ne pouvait plus qu'espérer.

- On doit faire confiance au personnel médical dit Clay en posant sa main sur l'épaule de Juliana ! Tu as fait du bon boulot !

Le jeune shérif vit Juliana s'asseoir à l'arrière du camion de pompier. Cela faisait des heures qu'elle était ici, elle méritait bien de se poser quelques instants. La jeune femme se posait la question de savoir pourquoi Clay avait fait le déplacement personnellement au lieu d'envoyer un de ses officiers.

- Non, j'avais besoin de bouger un peu, ça fait une semaine que je ne fais que de la paperasse au poste et puis je dois aussi t'avouer que secrètement j'espérais te voir ici ! dit Clay avec un sourire tout en répondant au regard dévisageant de Juliana. Je reconnais que c'est pas le meilleur endroit ! avoua le shérif en réajustant son chapeau. Le jeune shérif posa ensuite un pied sur l'arrière du camion tout en s'accoudant sur sa cuisse. Mais bon, ça faisait longtemps qu'on avait pas bossé ensemble sur un incendie. J'effectuerais des relevés demain si le foyer est complètement maîtrisé ! Tu sais ce qui a déclenché l'incendie ?

Clay se retourna et observa deux ambulancier en train d'effectuer un massage cardiaque sur une personne qui avait sans douté été en insuffisance respiratoire. Le shérif plissa les yeux pour bien distinguer la réaction des deux paramedics. Le feu et les lances à incendie émettaient un bruit sourd et Clay ne pouvait pas entendre ce que les deux hommes disaient. Le shérif continua de les fixer. Il distinguait seulement cette répétition « 1, 2, 3 » qui rythmait le massage cardiaque. Au bout d'un moment, les deux hommes se retournèrent vers le shérif et lui firent un signe de tête indiquant « non ». Clay acquiesça de la tête pour montrer qu'il avait reçu le message mais le visage du shérif se ferma. Cette personne avait peut-être de la famille, elle aussi entre la vie et la mort. Le shérif allait devoir se renseigner sur la victime.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Jeu 2 Jan - 19:58

Juliana n’était pas mécontente de voir Clay, au contraire. En général, après ce genre d’interventions, on avait besoin de parler à quelqu’un, même de banalités, seulement pour ne pas être seul à ruminer ce qui venait de se passer. C’était surtout le cas quand il y avait des morts parmi les victimes et Jul’ espérait vraiment que ça ne soit pas le cas aujourd’hui, elle n’aurait pas le cœur à y faire face. Elle s’efforçait de ne pas regarder les ambulanciers prendre en charge les blessés, certains graves, car elle craignait de flancher. Mieux valait continuer de regarder Clay et de sourire, toujours. C’était sa marque de fabrique. D’ailleurs, Clay se rapprocha pour poser sa main sur son épaule et la féliciter sur son job, et elle hocha la tête

« Merci. Mais quand je vois tous ces blessés, je me dis parfois que c’est pas suffisant… »

Evidemment, elle aurait toujours aimé faire plus, tous les sauver, mais ça n’était pas possible Elle le savait, ils en faisaient déjà énormément et elle méritait de souffler, mais elle n’était jamais entièrement satisfaite de sa façon de réagir et de se comporter sur les interventions Elle pouvait toujours s’améliorer et ne cessait d’apprendre Un léger rire lui échappa quand il répondit espérer la voir sur le lieu du sinistre Bon, il plaisantait sûrement, mais ça lui faisait plaisir malgré tout. En cette période, la moindre petite attention lui réchauffait le cœur.

« J’avais oublié que tu trouves toujours les bons mots pour te faire apprécier, toi ! »
lança-t-elle, amusée. « Mais j’suis contente de te voir aussi, ça faisait un bail. Bon, j’suis d’accord, question romantisme, y a mieux ! »

Elle aimait plaisanter avec lui sur le sujet, c’était toujours marrant. Et comme il était un des rares mecs à qui elle faisait à peu près confiance, elle en profitait. Il redevint sérieux en évoquant l’incendie et elle réfléchit une seconde, avant d’hausser les épaules. Avant chaque intervention, avant d’entrer dans le moindre bâtiment, ils faisaient une longue reconnaissance pour connaître les moindres détails du sinistre – pour parer au moindre problème. Mais pour le coup, ils avaient été appelé en renforts et elle n’avait pas beaucoup réfléchi avant de courir aider ses collègues d’Eagle Point à l’intérieur de la bâtisse.

« Pas vraiment, les causes ne sont pas encore connues précisément. C’est un vieil immeuble résidentiel, le feu prend vite et… sûrement une négligence dans un appartement, mais vu l’ampleur des dégâts… ça peut tout aussi bien être criminel ».

Elle n’avait pas réponse à lui fournir car en général, les réponses venaient après. Mais elle n’espérait pas que ça soit criminel, justement. Elle poussa un long soupir puis surprit son regard posé sur deux ambulanciers chargés de secourir une victime. Elle vit également quand l’un d’eux releva la tête en direction du shérif pour secouer la tête, et sa bouche s’assécha. Elle n’osa prononcer la moindre parole mais baissa les yeux, comme pour échapper à la scène. Et merde. Ça ne serait peut-être pas la première et dernière victime. Heureusement, Juliana n’avait pas à annoncer ça à la famille, ce serait le genre de choses qu’elle ne supporterait pas. Sauf quand la famille était présente sur les lieux du sinistre, comme ce jour où elle n’avait pas réussi à venir en aide à une personne coincée dans un immeuble en flammes. Mais elle chassa ces souvenirs de sa tête et se concentra sur ses genoux, pour éviter de voir ce qui se passait tout autour.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Ven 3 Jan - 20:38

L'endroit et la situation étaient sinistres pour des retrouvailles. Clay et Juliana ne s'était pas vus depuis un petit moment. Leur boulot leur prenait énormément de temps et c'était peut-être triste à dire mais ces derniers temps les rares fois où ils s'étaient croisés, c'était dans ce genre de situation, sur des incendies, des catastrophes et des sinistres. D'ailleurs ça bouffait Clay, il appréciait véritablement Juliana et il aurait aimé passer un peu plus de temps avec elle mais chacun avait un devoir à accomplir et l'intérêt de la population passait bien souvent avant l'intérêt personnel. C'était parfois dur à accepter mais c'était comme ça, Clay et Juliana en avaient eu conscience dès lors qu'ils avaient enfilé pour la première fois leur uniforme.

Un uniforme que Clay s'efforçait d'honorer au mieux tout comme son amie qui visiblement ne semblait pas satisfaite du travail qu'elle avait fourni ce soir. Elle aurait aimé pouvoir faire plus. Le shérif reconnaissait bien là Jul', c'était une femme d'une grande abnégation, dévouée et très critique envers elle-même. Beaucoup de personnes devraient prendre exemple sur elle et son attitude que Clay trouvait admirable. Cette femme avait été forgée pour devenir un soldat du feu et son courage et sa personnalité ne faisait que le prouver. Le shérif pouvait s'estimer fier d'être ami avec une personne qui avait autant de cœur. Juliana semblait s'en vouloir de ne pas pouvoir intervenir auprès des victimes.

- Je suis sûr que tu as fait tout ton possible. Ce soir pour ces gens tu as agi en héros, maintenant j'espère que tous s'en sortiront et je prie pour ça.
dit Clay compatissant.

L'atmosphère était lourde mais visiblement Clay avait réussi l'instant d'après à apaiser un peu tout ça. En effet, quand Juliana chercha à savoir pourquoi il s'était déplacé lui même ici, il avait répondu non sans une certaine légèreté pour ne pas dire ironie qui sembla plaire à Juliana ou du moins qui lui avait fait retrouver le sourire ce qui était déjà un bon point pour le shérif. Pour Clay, Juliana était tellement investie dans son travail qu'elle en oubliait parfois de s'en détacher. Bien sûr cet investissement était une grande qualité mais il pouvait aussi ronger la personne et Clay avait parfois l'impression que Juliana était rongée par son travail et par la peine qu'elle voyait et ressentait sur les lieux de drames. Le rôle d'un ami c'était d'épauler mais aussi de redonner le sourire à son semblable, ce que Clay était manifestement parvenu à faire, Jul' affirmant qu'elle était heureuse de revoir le shérif malgré ces circonstances. Clay répondit à Jul' par un large sourire et un petit clin d’œil.

Accidentelles ou criminelles ? Les causes n'étaient pas encore bien déterminées, Clay allait appelé un de ses hommes pour délimiter un périmètre de sécurité et pour veiller sur les lieux du sinistre durant la nuit. Le shérif se saisit de son téléphone et contacta le poste. Un de ses agents allait être dépêché sur place. Clay espérait sincèrement ne pas avoir affaire à un incendie criminel. Non pas qu'il rechignait le travail mais il détestait profondément les pyromanes et leur psychologie révoltante.

- Très bien, j'inspecterais le bâtiment demain à la lumière du jour et lorsque tout sera maîtrisé, j'imagine que certaines parties de la charpente et du bâtiment risquent de s'effondrer.

Clay hésita ensuite quelques instants. On lui annonça la mort d'une des victimes. Le shérif mit quelques secondes avant de porter son regard sur Jul' et il vit qu'elle se sentait comme coupable. Elle avait baissé les yeux et semblait être résignée. Clay pouvait le comprendre quand on vivait et luttait pour sauver des vies en perdre ne serait-ce qu'une était déjà insoutenable.

- J'ai appelé un de mes agents, il va patrouiller et veiller sur les lieux du sinistre cette nuit. Tu... tu veux qu'on aille prendre l'air ensemble, manger un morceau ou un truc comme ça ? Je peux dire à ton chef qu'on va faire un débrief'... Après cette soirée ça nous fera du bien de se retrouver un peu et de parler non ? Et puis mon rapport peut attendre demain. dit Clay le visage un peu torturé.

Au fond de lui il pensait qu'il avait bien fait de faire cette proposition à Jul' mais elle pouvait sembler déplacée tant la soirée avait été lourde physiquement et émotionnellement pour son amie.


______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Ven 3 Jan - 21:23

Juliana ne pouvait qu’être reconnaissante à Clay de lui remonter ainsi le moral, il y avait bien longtemps qu’on ne l’avait pas considérée tel un héros. Cette idée peinait à s’incruster dans son esprit mais n’était finalement pas déplaisante. Ce boulot, elle voulait le faire depuis toujours, par vocation, malgré les difficultés et, parfois, le manque de reconnaissance. Mais jamais elle n’avait eu à regretter son choix, à part peut-être quand son collègue, et ami, avait perdu la vie lors d’une intervention, en Angleterre. Elle avait cru que jamais elle ne pourrait reporter l’uniforme mais il s’était imposé à elle et, une fois son deuil achevé, elle avait tout recommencé, ici, aux Etats-Unis. Elle le remercia du regard et se perdit une seconde dans ses souvenirs. Oui, ils étaient tous des héros. Et quelque part, Clay l’était aussi, même de façon différente. Lui aussi menait une vie dangereuse et jamais à l’abri d’un accident ! Mais au moins, ils se comprenaient. Et Juliana était tellement heureuse de savoir qu’elle pouvait au moins compter un allié sur cette foutue terre.

Elle hocha la tête pour confirmer ses paroles. Espérons qu’ils s’en sortent, oui, qu’il n’y ait aucun mort à déplorer. Et si maintenant l’alcool lui était proscrit, elle s’efforcerait de fêter dignement cette victoire-là. Ils évoquèrent ensuite les causes possibles de l’incendie mais, sans enquête approfondie, ils ne résoudraient rien ce soir. Ce qui n’était pas plus mal, Juliana ne se sentait pas d’humeur à réfléchir davantage.

« Oui, c’est d’ailleurs une chance que le plafond ne se soit pas effondré quand on était encore dedans ! » répondit-elle en réprimant un frisson d'effroi. « Vaut mieux attendre que la zone soit complètement sécurisée. Et puis on n’est pas à l’abri d’une reprise de feu… En tout cas, tiens-moi au courant des avancées de ton enquête, alors. Surtout si c’est d’origine criminelle ».

Jul’ ne se souvenait que trop bien d’un jeune pyromane, en Angleterre, qui avait débuté par des feux de poubelle avant de s’en prendre à plus imposant. Heureusement, il avait fini par être arrêté, mais il restait dans sa mémoire. Heureusement, ce ne serait sûrement pas le cas ici, simplement un banal incendie comme ils en traitaient malheureusement souvent. La mort d’une première victime chamboula un peu Jul’ qui préférait ne pas y penser, mais elle ne dit rien. Ce serait inutile. La vie continuerait et le lendemain, elle le savait, il faudrait se lever tôt et continuer comme si de rien n’était. Heureusement, son optimisme inébranlable la sauvait et l’empêchait de sombrer car, malgré tout, elle gardait espoir.

Clay lui fit ensuite une proposition qui la déconcerta un peu, car elle ne s’y attendait certainement pas ! Mais un sourire timide éclaira de nouveau son visage tandis qu’elle approuvait, heureuse. Depuis qu’elle s’efforçait de ne plus accompagner ses collègues prendre un verre en fin de journée, prétextant à chaque fois une excuse bidon, elle n’avait plus trop l’habitude de sortir suite à une intervention pour le moins difficile. Mais s’arrêter à un fast-food ou à un café – elle fuyait les bars comme la peste, maintenant – était une perspective tout à fait alléchante.

« J’adorerais, ouais. J’sais pas si je pourrais avaler quoi que ce soit, mais je veux bien essayer » conclut-elle en se relevant maladroitement, les jambes toujours lourdes. « C’est gentil de proposer, en tout cas… Mais t’es sûr que ça ne te dérange pas ? J’veux dire, t’as pas quelqu’un qui t’attend ce soir, chez toi ? »

En fin de compte, elle ne connaissait pas grand-chose de la vie sentimentale du shérif. Ça n’avait jamais été son problème, même s’ils étaient amis, elle n’osait pas trop fourrer son nez dans les affaires des autres de peur de dire ou faire quelque chose de mal. Mais il savait autant qu’elle un débriefing était nécessaire après une intervention et lui aussi avait peut-être besoin de parler, finalement. Et se retrouver dans un contexte un peu plus sympa qu’un lieu d’incendie, c’était toujours bon à prendre, Jul’ ne savait pas quand serait la prochaine fois qu’ils se verraient. Son regard balaya les environs, à la recherche de la voiture du shérif.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Sam 4 Jan - 15:08

La soirée fut difficile à encaisser pour Juliana et Clay en avait conscience. Carter allait bientôt arriver pour prendre la relève du shérif. L'agent veillerait à ce qu'aucune personne n'approche de la zone du sinistre. C'était un peu le sale boulot et Clay avait préféré déléguer cela à un de ses officiers qui devait certainement le maudire pendant qu'il faisait la route jusqu'à Eagle Point. Clay allait profiter de la venue de son agent pour emmener Juliana dans un autre endroit. Ils devaient tout deux se changer les idées et évacuer les émotions de la soirée même si Clay reconnaissait que Juliana en avait plus bavé que lui ce soir. Finalement, lui n'avait pas fait grand chose à part constater l'étendue des dégâts. Son vrai travail commencerait demain lorsqu'il devrait analyser les lieux de l'incendie et taper son rapport. Même s'il était shérif, il ne négligeait pas le travail de terrain au contraire il avait besoin de ça. Ce n'était pas devenu un gratte-papier et il n'était pas prêt de le devenir. Certes, il n'avait pas utilisé son arme depuis un moment mais shérif ce n'était plus à celui qui dégainerait le plus vite maintenant. Il y avait des enquêtes de voisinage, du travail d'analyse. L'époque où l'on sortait le revolver sur des suspicions était révolue.

Finalement, Juliana accepta la proposition de Clay ce qui lui fit grandement plaisir. Il était content que Jul' veuille bien passer du temps avec lui et il pensait sans doute que c'était réciproque. Cependant, la jeune femme lui demanda si cela ne le dérangeait pas, s'il n'était pas attendu autre part, en l'occurrence chez lui. Clay eut un petit rictus. Cela faisait des mois que ce qui l'attendait chez lui n'était autre qu'une canette de bière fraîche dans son frigo. Il était célibataire maintenant, il avait encore du mal à s'y faire mais il faisait des efforts et essayait d'aller de l'avant au jour le jour. Cette sorte de thérapie commençait à porter ses fruits. Il n'avait plus la même nostalgie du passé et apprenait à revivre petit à petit sans se lamenter ou s’apitoyer sur son sort.

- Non bien sûr que non ça ne me dérange pas au contraire. Puis tu sais je vois pas trop ce qui m'attend chez moi à part un plat de pasta entamé depuis 2 jours et une bière fraîche... Je pense pouvoir dire que ta compagnie surclasse largement ces deux éléments ! dit Clay avec un grand sourire. Je vais avertir ton chef de notre départ.

Clay s'éloigna de Juliana quelques instants pour rejoindre son chef. Il informa ce dernier qu'il emmenait Juliana avec lui pour un débriefing sur l'incendie de ce soir. L'homme semblait au départ réticent car l'incendie n'était pas totalement maîtrisé et il affirma que des pompiers d'Eagle Point seraient plus à même de le renseigner. Clay ne plia cependant pas et insista. Après quelques minutes de pourparlers assez mouvementés, le shérif revint vers Juliana le sourire aux lèvres.

- Ma voiture est là bas.

Il se dirigea vers son bolide de shérif en compagnie de Jul'. Une fois à l'intérieur du véhicule, il démarra et se mit à parcourir les rues d'Eagle Point. Il avait entendu parlé d'un très bon Dinner ambiance 70's. Ça pourrait être sympa. Le feu passa au rouge, il n'abusa pas de sa sirène et de son gyrophare pour griller le feu de signalisation. Il en profita pour converser avec Jul'. Bien sûr c'était un peu délicat de lancer des sujets après la soirée qu'elle venait de passer.

- Dure soirée ! dit Clay alors qu'il était stoppé au feu. Ça va tu tiens le choc ? lança le shérif pas très sûr de sa question. Ça ... hum... ça me fait plaisir qu'on puisse se retrouver un peu, j'aurais préféré que ce soit dans de meilleures conditions mais j'ai eu beaucoup de travail ces temps-ci et... j'ai juste pas pris le temps de t'appeler, je t'avouerai que je m'en veux un peu dit il avec un sourire gêné et coupable ou beaucoup. Le feu passa au vert, Clay redémarra et un pâté de maison plus loin se situait le Dinner.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Sam 4 Jan - 18:55

Juliana ne s’attendait pas à ce que Clay lui propose d’aller manger un truc ou simplement prendre l’air, ces temps-ci c’était tellement rare ! Il y avait longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus en dehors du boulot et il faut dire aussi que la jeune femme n’avait elle non plus pas eu le temps. Mais qu’il prenne ainsi l’initiative lui fit plaisir et elle ne pouvait pas refuser, ils en avaient tous les deux besoin. Par mesure de précaution, elle voulut s’assurer avant que personne ne l’attendait chez lui et il répondit par la négative. Au fond, ça ne l’étonnait guère. Tous les deux possédaient un boulot tellement compliqué que mener une vie sentimentale en parallèle se révélait fort compliqué. Juliana n’avait jamais réellement essayé, sachant parfaitement quelle cruelle désillusion ce serait. Et puis elle n’avait pas non plus eu la tête à ça ces derniers mois. Néanmoins, un sourire ironique éclaira son visage tandis qu’elle répliquait :

« Ne casse pas le mythe ! J’étais persuadée qu’en tant que shérif, tu n’avais aucune soirée de libre et que tu passais ton temps à fréquenter le monde extérieur. Que t’avais la belle vie, un truc du genre. Vraiment, je suis déçue ».

Bon, Clay n’avait pas une tête à sortir au restaurant tous les soirs ou à mener une vie de star nationale, il restait shérif après tout. Mais une espèce d’aura l’entourait, une aura qui surprenait toujours un peu Juliana. Décidément, il n’était vraiment pas comme les autres. Mais elle n’osa le charrier davantage sur le sujet et en vint simplement à la conclusion que, dans le fond, il était comme elle. Enfin, Jul’ n’était plus toute seule quand elle rentrait le soir, il y avait sa sœur. Mais ce n’était pas pareil. Le jeune homme s’éloigna ensuite prévenir son chef de son départ et elle l’observa négocier durant quelques minutes, de loin. Elle n’aurait pas dû s’enfuir comme ça, telle une voleuse, mais pour le coup, elle en avait cruellement besoin. Un irrépressible besoin de fuir cette atmosphère oppressante.

Le shérif revint quelques minutes plus tard et ensemble, ils se dirigèrent vers la voiture. Jul’ avait encore son uniforme de pompier, n’ayant pas eu le temps de se changer, mais elle s’en souciait peu. Les gens allaient juste lui jeter des regards en biais, surpris par le boulot qu’elle exerçait. Il faisait nuit et la jeune femme appréciait cette ambiance, ça avait le don la rasséréner. Quand elle avait besoin de souffler, elle prenait la voiture et elle conduisait, rejoignait Eagle Point, ou plus loin encore. Une activité certes un peu cliché mais qui fonctionnait avec elle. Clay profita d’être à un feu rouge pour lui faire la conversation. Dure soirée, ouais.

« A qui le dis-tu ! Je me réconforte en me disant que c’est pas la première fois… Ni la dernière non plus ». Il semblait se sentir un peu coupable de ne pas l’avoir appelé ou pris de ses nouvelles, et elle le rassura aussitôt d’un sourire sincère. « T’as pas à t’en vouloir, c’est aussi de ma faute, pas tant à cause du boulot mais… J’étais pas franchement en état de toute façon, la fin d’année, c’est jamais une partie de plaisir ».

Surtout cette année-là, songea-t-elle avec amertume. Faut dire que les premiers jours, elle était restée cloîtrée chez elle, et avec ses problèmes d’alcool… Elle aurait jamais eu le cran de revoir son entourage. Encore aujourd’hui, elle stressait un peu à l’idée de revoir un ami dans un contexte autre que le boulot, puisqu’elle serait encore plus vulnérable. Elle craignait de rechuter, ça lui était déjà arrivé les semaines suivant sa décision, craignait toujours de perdre le contrôle et de faire quelque chose de regrettable. Mais tout ça, elle se garda bien de le dire à Clay. S’il y avait bien une chose qu’elle détestait par-dessus tout, c’était se lamenter sur son sort et se faire plaindre. C’était pas son genre, elle était trop forte pour ça. Autant se concentrer sur les problèmes des autres et tâcher de leur apporter un peu d’aide, comme elle faisait toujours dans son job !

« Bref » conclut-elle, d’un ton qu’elle s’efforçait de rendre dégagé, tandis que la voiture redémarrait pour sillonner les rues. « On était tous les deux occupés, alors… tâchons de rattraper un peu le temps perdu ! »

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Dim 5 Jan - 19:34

Clay s'était mis à rire à la remarque ironique de Juliana. Il n'avait pas beaucoup de soirées de libres en effet mais c'était plutôt à cause du boulot. D'ailleurs, il aimait rester tard le soir au poste, il avait encore un peu de mal à rester dans cette maison. Il s'était tellement projeter dedans avec son ex-compagne et sa petite fille qu'il essayait d'y passer le moins de temps possible. Bien sûr il y revenait tous les soirs mais c'était rarement avant 23h. La belle vie ? S'il était objectif, il dirait qu'il n'avait pas à se plaindre, il était en bonne santé, il avait une vie sociale pas trop merdique et il faisait un boulot qu'il aimait mais qui malheureusement avait ruiné sa vie sentimentale et personnelle. Gabriela et Abigail le quittant quelques mois seulement après sa prise de fonctions. Il avait eu du mal à encaisser le choc, mais la vie allant, il commençait à s'y faire même s'il ne voyait pas assez sa petite fille à son goût. Bien entendu, il y avait les mails, les SMS et les conversations sur Skype mais c'était loin d'être suffisant. Clay avait peur de mettre les pieds à Los Angeles pour tenter d'aller la voir. Comme quoi pas très courageux le shérif. Il n'avait pas peur de son ex-compagne ni de la ville en elle-même bien qu'il l'imaginait répugnante. Il était simplement effrayé par le fait de faire remonter de trop douloureux souvenirs et de ne pas pouvoir se séparer de sa fille une seconde fois.

- Tu trouves que je casses le mythe ? Mince, un shérif solitaire aux allures de cow-boy je trouve ça plutôt cool comme mythe moi. lança un Clay amusé par le cliché qu'il représentait. Ça n'était pas pour se la jouer, c'était simplement son style qu'il avait cultivé depuis sa plus tendre enfance et qui lui avait valu de nombreuses moqueries au lycée.

Alors que Clay et Juliana était tous deux dans le véhicule du shérif pour faire une petite virée et essayer d'avaler quelque chose. Clay se sentait coupable de ne pas avoir pris de nouvelles de Jul' depuis un (trop) long moment. Fidèle à elle-même Jul' le rassura d'une voix et d'un regard sincère. Clay lui fit un grand sourire. La jeune femme représentait énormément pour le shérif, il se reconnaissait dans les valeurs de Juliana et il admirait franchement son altruisme aussi bien dans son travail qu'en amitié.

- J'te le fais pas dire... les fins d'années, j'ai toujours détesté ça ! Traumatisme d'enfance sûrement dit Clay en rigolant. Mais je continue de croire que j'aurais dû t'appeler. affirma le shérif d'un air un peu têtu

Clay ne pouvait qu'approuver son amie lorsqu'elle lui dit qu'il fallait rattraper le temps perdu et ça tombait bien puisqu'ils arrivèrent devant le Dinner.

- J'ai pensé que le Dinner ça pouvait être sympa, j'invite et j'insiste dit Clay en commençant à sortir de sa voiture.

Il ne prit pas la peine de se débarrasser de son arme de service, d'ailleurs techniquement il était toujours en service alors... il remit en place son holster et son chapeau de cow-boy puis avança vers la porte d'entrée du restaurant rétro. Il ouvrit la porte et en bon gentleman, laissa rentrer Juliana avant de lui emboîter le pas. Ils s'installèrent à une table et une serveuse vint rapidement prendre leur commande malgré la longue hésitation de Clay à se décider pour choisir ce qu'il voulait manger. Il était tard mais bizarrement il avait faim, il n'avait pas avalé grand chose au poste ce soir.

- Je vais prendre votre double burger bacon et un grand soda citron lança Clay. Il reporta ensuite son regard sur Juliana. Tu promets de pas te moquer de moi quand je vais manger mon burger, j'ai jamais su mangé ces trucs là proprement ! dit Clay relativement amusé. Relativement parce que ce serait sans doute un peu gênant de le voir se mettre du ketchup un peu partout et amusé parce que lui-même était conscient du ridicule que pouvait donné la situation.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Mar 7 Jan - 19:42

Avec un peu de chance, Juliana parviendrait à oublier cette intervention difficile et à passer une bonne soirée en tête-à-tête avec Clay. C’était tout ce à quoi elle aspirait ce soir-là, elle avait eu sa dose d’adrénaline pour la semaine ! Heureusement, ce type d’interventions restait relativement rare. Et peut-être que le malaise qui enserrait son cœur se dissiperait avec un repas devant elle. Enfin, rien que d’y penser, elle avait la nausée, alors… Tandis qu’elle se retenait de courir dans les plates-bandes, elle écouta Clay répondre à sa remarque ironique. Oui, en fin de compte, il incarnait tout autant le mythe du shérif. Elle l’imagina en cow-boy solitaire avec son chapeau et son fidèle chien complètement con, à la manière de Lucky Luke. Elle approuva d’un hochement de la tête, en partant dans un léger rire.

« Ok, je m’incline, un shérif solitaire, c’est super classe ! »

Une fois dans la voiture, elle se détendit un peu plus, comme si elle prenait conscience qu’enfin, après des heures debout à combattre les flammes d’un gigantesque incendie, elle allait enfin s’éloigner et goûter à un peu de repos. Ça n’était pas trop tôt ! Elle s’appuya à l’appui-tête et ferma les yeux, tandis que Clay démarrait, et la voiture s’écarta enfin du sinistre pour arpenter les rues encore animées d’Eagle Point. Juliana regardait par la fenêtre, l’œil distrait. Se détacher complètement de l’intervention était encore impossible et elle ne pouvait s’empêcher d’y songer, surtout en voyant tous les gens dehors, dans la rue, ou dans leurs véhicules, sans savoir ce à quoi les pompiers venaient d’être confrontés. Elle avait risqué sa vie, une victime avait perdu la sienne et d’autres luttaient au même moment pour la garder. Triste période.

Bientôt, le jeune homme se gara devant le restaurant et avant même qu’elle ne puisse ouvrir la bouche, insista pour l’inviter. De nouveau, un léger sourire éclaira le visage de Juliana, touchée par ce geste. Bon, elle aurait bataillé quarante ans pour payer sa part, mais voyant son visage très sérieux, c’était peine perdue ! Elle ne savait pas qui, entre deux molosses enragés, pouvait emporter la bataille, mais elle n’avait pas très envie de se battre ce soir. Alors elle leva les mains en guise de capitulation et le suivit à l’intérieur. Pas beaucoup de monde. Ils s’installèrent à une table vers le fond de la salle tandis que la serveuse, quelques minutes à peine plus tard, revenait pour prendre leurs commandes. Elle réfléchit encore un instant, ne sachant trop quoi dire.

« Ce sera juste une salade Ceasar pour moi. Ah, avec un Dr Pepper en plus » commanda-t-elle. Une fois la serveuse repartie, elle leva les yeux vers Clay et souffla « Je sais que c’est un crime de prendre une salade quand on voit tous les hamburgers proposés, mais là… là, j’peux vraiment rien avaler de plus ! Et promis, je me moquerai pas de toi. J’crois de toute façon qu’on perd toute dignité quand on mange dans ce genre de restau ! »

Quand leurs commandes arrivèrent enfin, un peu plus tard, son œil brilla de convoitise en avisant la salade. Et surtout le Dr Pepper. Cette boisson très sucrée, à la cerise, qu’elle avait découvert en arrivant aux Etats-Unis quelques mois plutôt, était son péché mignon. Elle lui souhaita un bon appétit avant d’attaquer son assiette. Bien décidée à faire la conversation malgré tout, elle reporta son attention sur Clay et demanda :

« Pourquoi t’as eu tant de boulot en décembre ? C’est vrai que je t’ai pas vu souvent, ça m’intrigue. Y avait tant d’affaires que ça à régler à Shady Cove ? »

Bon, elle n’était pas non plus un modèle puisqu’elle avait pris quelques jours de congé pour rester cloîtrée chez elle, enfin chez sa sœur, mais parler du boulot de Clay lui permettait au moins d’éviter d’évoquer ses propres problèmes. Elle se confiait plus facilement à lui qu’aux autres, c’était une évidence, mais pour un sujet aussi grave… Elle avait un peu honte. Autant parler de choses plus légères, c’était toujours plus facile. L’ambiance était détendue et elle se surprit même à penser que finalement, elle pourrait oublier l’incendie de ce soir, grâce à Clay.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Jeu 9 Jan - 20:47

Il fallait bien l'avouer, si Clay avait accepté de se rendre sur les lieux du sinistre c'était uniquement parce qu'il espérait trouver Juliana sur cette intervention. Son instinct n'avait pas joué un rôle primordial, sa secrétaire lui avait en effet révélé avant qu'il ne décide de se rendre à Eagle Point qu'une unité de pompiers de Shady Cove était sur les lieux. La réaction du shérif avait sans doute été un peu égoïste. Il reconnaissait avoir fait passé son intérêt personnel avant l'intérêt de la justice. De coutume, il détestait ça, c'était à proprement parlé un réflexe de politicard mais ce soir il s'en fichait. Après tout c'était un homme, il avait ses défauts, ses limites. Ce qu'il avait fait n'était peut-être pas très réglo ou peut-être pas très moral d'autant que des victimes étaient à déplorer mais il éprouvait juste ce simple besoin de se retrouver avec Juliana. Un besoin qui était à présent comblé puisque lui et elle étaient tout deux dans un dinner d'Eagle Point. Manger un morceau c'était simplement un prétexte, Clay avait peut-être faim mais ce n'était pas ce qui importait, il voulait simplement se poser un peu et prendre le temps pour discuter avec Juliana. Du temps, il n'en avait pas eu beaucoup ces dernières semaines, alors ce soir il ferait tout pour profiter au maximum de ce répit.

Clay aurait aimé que les secours puissent sauver cette personne qui avait péri ce soir. Le shérif avait bien vu la réaction de Juliana lorsque l'annonce du décès avait été fait. Elle avait été abattue et il l'avait vu plus d'une fois dans cet état. Ils étaient intervenus ensemble sur plusieurs autres affaires qui avaient eu un dénouement malheureux. Bien sûr Clay avait toujours un pincement au coeur lorsque l'on déplorait des victimes mais il n'avait pas cette sensibilité, celle que Jul' avait et qu'il trouvait touchante. Elle donnait tellement de sa personne pour sauver les autres que chaque victime était une perte considérable pour la jeune femme et Clay le ressentait comme ça même si Juliana voulait le rassurer en lui disant qu'elle faisait avec, qu'elle en verrait d'autres demain et après-demain. Le shérif espérait simplement faire oublier au moins pour ce soir tous les troubles que Juliana pouvait ressentir et éprouver.

Lorsque Clay et Juliana passèrent leur commande, il se rendit compte que son amie n'avait pas très faim. Cela était compréhensible au vu de la soirée qu'elle venait de passer. Lutter contre des flammes, extraire des corps, on pouvait penser que ça donnait faim mais ce devait être tellement épuisant qu'on ne devait même plus avoir la force de manger.

-T'en fais pas va je comprends dit Clay avec un petit sourire et puis j'adore les salades Caesar aussi alors... J'ai juste pris un burger pour flatter ma virilité, seulement comme tu dis, ma dignité risque d'en prendre un coup ! ajouta Clay en plaisantant.

Une fois leur commande passée, Clay se fit prendre un peu au dépourvu par la question de Juliana. Elle lui demandait pourquoi il avait eu tant de boulot et les affaires qu'il avait eu à résoudre. Il y avait eu une grosse affaire, d'autres plus banales mais surtout il y avait eu sa fille, Abigail qui était venu chez lui une semaine et demi. Il ne savait pas comment répondre à Jul', il ne savait pas s'il devait lui parler de sa fille, mais en même temps pourquoi devrait-il cacher des choses à son amie ? Il s'en voudrait d'occulter ce fait et de lui mentir en quelque sorte. Il y avait une énorme confiance mutuelle entre Clay et Juliana et il ne voulait pas l'écorner. Il se devait de jouer franc-jeu avec Jul' même s'il était maladroit.

- J'ai eu une grosse affaire, un groupe qui volait du bétail et qui cherchait à le revendre au marché noir, on a même retrouvé certaines têtes mortes. J'ai dû travaillé avec un détective privé, un sale type qui essayait de me prendre de haut... j'en ai collé au trou pour moins que ça... bref une affaire pas évidente, qu'on a réussit à boucler récemment. Sinon après pas grand chose, des petits délits, conflits de voisinage, la routine quoi.

Les commandes de Clay et Juliana arrivèrent au moment où le shérif s'apprêtait à renchérir. Cela allait lui donner du répit. Il ne savait toujours pas s'il devait évoquer Abigail. Clay se retrouva devant son burger et perdait un peu ses moyens.

- Bon appétit !

Il mordit dans son burger. Il avait réussit à limiter la casse, la sauce ne dégoulinait pas, le steak ne se barrait pas. Enfin, il ne s'en était pas foutu partout. Il avala ensuite une gorgée de son soda. Il réfléchissait toujours et prit une grande inspiration.

- Puis le mois de décembre c'est aussi les fêtes et les vacances scolaires, j'ai... hum... j'ai eu ma fille à la maison pendant une semaine. Sacré père hein ?! lança Clay avec un sourire crispé. Il appréhendait tellement la réaction de Juliana, il abaissa son regard, reprit une gorgée de soda avant de renchérir rapidement et toi ton super mois de décembre ? comme pour esquiver toute question sur sa fille même s'il était évident que cela allait interpeller Jul'. Est-ce qu'il s'en voulait d'avoir révéler l'existence de sa fille à son amie ? Non pas vraiment, il n'avait absolument pas à avoir honte de son bout de chou et il n'avait pas à cacher sa vie, surtout pas à Juliana en qui il avait confiance. Ce soir c'était aussi l'occasion pour chacun de se dévoiler un peu plus.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Sam 11 Jan - 11:04


Juliana n’aurait jamais pensé un instant se retrouver dans un fast-food de ce style ce soir-là, surtout pas après une intervention de ce type. D’habitude, elle et ses collègues faisaient un débriefing rapide en fin d’intervention, pour permettre à chacun de s’exprimer, puis ils rentraient chez eux et soufflaient un peu, avant d’en discuter plus en profondeur le lendemain. Mais là, ses plans avaient été chamboulés et ça n’était pas pour lui déplaire. Un peu de nouveauté ne lui faisait pas de mal et pouvoir discuter avec quelqu’un d’extérieur à la caserne, surtout quand ce quelqu’un s’appelait Clay, lui faisait un bien fou ! Ils commandèrent rapidement tout en continuant de discuter, comme deux potes qui se retrouvaient pour la première fois depuis longtemps. Avec Clay au moins, l’ambiance était toujours détendue, il n’y avait jamais eu de froid entre eux. Même au début, le courant était bien passé. Elle s’efforçait de ne pas songer à l’intervention précédente, de ne pas voir les victimes emportées par les ambulances ou d’autres qui mouraient déjà malgré les soins apportés. C’était la dure loi de la vie, mais Jul’ savait d’avance qu’elle s’en remettrait. Enfin presque. Maintenant, il n’y avait plus l’alcool qui pouvait l’aider à surmonter ça, alors… Fallait trouver autre chose.

Elle rit légèrement à la réplique de Clay et hocha la tête. Les salades, c’était sympa aussi. Moins que les hamburgers, évidemment, mais bon. Au moins, elle pourrait manger soigneusement tout en regardant le shérif en mettre absolument partout, ce serait vachement marrant. Bref, elle l’écouta attentivement lui raconter en quoi son mois de décembre avait été très pris et en effet, il avait été sur une importante affaire. Lui non plus, décidément, n’avait pas un boulot facile.

« Ouais, la routine » souffla-t-elle. « J’te comprends, il m’est arrivé de bosser avec des types parfois odieux, une vraie catastrophe. J’sais pas ce qui me retenait de leur balancer la lance à incendie dans la tête… Question d’éthique, sûrement. Mais si vous avez réussi à boucler l’affaire, c’est génial, c’est toujours ça ! »

Jul’ aurait pu devenir flic, elle en avait le mental pour, mais courir après des criminels, ça n’avait jamais été son truc. Elle préférait courir après les incendies. Alors évidemment, elle admirait toujours ceux qui se démenaient pour rétablir paix et tranquillité dans la région. D’autant plus que Clay avait du mérite d’occuper un poste aussi important. Quelques minutes plus tard, leurs commandes arrivèrent enfin et, tandis que Clay se jetait sur son hamburger, Juliana jeta un coup d’œil à son énorme salade. Ça avait l’air bon. Alors qu’elle se demandait par quoi commencer, le shérif reprit la parole pour évoquer les vacances de Noël et elle tilta. Sa fille ? Il avait une fille ? Avec qui ? Enfin… Comme il lui avait clairement dit que personne ne l’attendait ce soir, elle en déduit qu’il devait sûrement être séparé. Elle approuva d’un hochement de la tête et répondit :

« J’savais pas que t’avais une fille. Comment elle s’appelle ? »

Elle n’aurait jamais pensé que le shérif puisse être père, mais l’idée était intéressante. Elle se rendit vraiment compte qu’elle ne connaissait en fin de compte pas grand-chose de sa vie et cela la désola un peu. Et comme il venait de lui confier quelque chose qu’il ne criait sûrement pas sur tous les toits, elle se décida de lui parler un peu d’elle-même.

« Oh, mon mois de décembre… Pas de tout repos, en fait. J’ai pris quelques jours de congé, c’est sûrement pour ça que tu m’as pas vu. J’en avais besoin, je crois. C’était… vital.  Enfin, maintenant ça va mieux ».

Pas tout à fait. Elle tenta de sourire. Se plaindre, ce n’était pas dans ses habitudes, d’autant qu’elle n’avait encore jamais évoqué le problème avec quelqu’un, donc… Elle ne savait pas bien comment faire. Mais Clay était son ami, si quelqu’un devait savoir, c’était bien lui. Même si elle devait se sacrifier un peu et pour ça, montrer toute l’étendue de sa vulnérabilité.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Dim 12 Jan - 20:30

Clay avait réussi à se poser un peu et à souffler, chose qu'il n'avait pas pu faire ces derniers temps à cause de son travail. Ce soir, il avait pris un peu de temps pour lui et il passait une soirée qui débutait très bien avec Juliana. Au fond il était tout de même un peu gêné notamment vis à vis des victimes qu'il y avait eu ce soir. Il se sentait un peu égoïste de s'être autorisé ce break alors que des personnes étaient entre la vie et la mort. Il avait l"impression de faire passer son intérêt avant celui des autres, de ceux qu'il se devait d'aider. C'était une chose qui l'agaçait toujours un peu, comme s'il voulait s'interdire des choses, comme si de par son métier il ne devait pas être heureux, il ne devait pas s'occuper de lui mais constamment penser aux autres, à la population, aux victimes mais aussi dans une moindre mesure aux suspects. Il relativisait néanmoins en se disant que ce soir le destin des personnes que Juliana et son équipe avait secouru était entre les mains des médecins. Il ne pouvait pas faire grand chose. Il n'avait par contre pas pris le soin d'appeler les familles des victimes, il avait délégué cela à un de ses agents, comme s'il fuyait ses responsabilités. Il aurait dû le faire, il aurait dû leur téléphoner. D'habitude il ne fuyait jamais ses responsabilités et remplissait toujours son devoir mais ce soir, ce soir il ne pouvait pas. Il n'avait pas pu, il saturait un peu et il avait besoin de reprendre un peu de temps pour lui même s'il culpabilisait même si cela lui donnait l'impression qu'il était faible et égoïste. Clay avait l'esprit torturé depuis sa séparation, il avait toujours peur de mal agir et de mal faire les choses. En bref, il avait perdu énormément de confiance en lui alors que son boulot en demandait pas mal. Face aux autres et surtout au boulot, il essayait d'être sûr de lui dans ses décisions mais intérieurement il y avait beaucoup de conflits.

Heureusement, la présence de Juliana chassait ses mauvaises pensées à chaque fois qu'il la regardait ou qu'il l'entendait prendre la parole il ne regrettait pas et était heureux de la retrouver et de prendre du bon temps avec elle. Le fast food n'était peut être pas le meilleur endroit mais c'était classique et se retrouver autour de quelque chose à manger ça marchait toujours. Il espérait que cette soirée allait lui faire oublier un petit peu le boulot même s'il fallait y retourner demain avec le lot de soucis que cela comportait. Ce n'était pas trop le cas pour l'instant puisque Clay évoqua avec Juliana une affaire sur laquelle il avait travaillé durant tout le mois de décembre et même avant. Un cas assez lourd de vol de bétail. Tous les suspects étaient derrière les barreaux aujourd'hui et Clay n'était pas peu fier de son travail qui s'il était envahissant apportait son lot d'adrénaline et de satisfaction lorsqu'une enquête était bouclée.

- Ouaip, content qu'on ait pu mettre ces salopards au trou, ça fait toujours du bien au moral de résoudre de grosses affaires comme ça.

Clay s'était bien gardé de dire qu'il avait du abattre un des voleurs qui l'avait mis en joue. Il avait beau ressembler à un de ces shérifs que l'on voit dans les films, il n'aimait jamais évoquer les fois où il avait dû se servir de son arme. C'était rare qu'il tire et généralement quand il tirait c'était pour blesser pas pour tuer mais là il n'avait pas pu faire autrement. Avec beaucoup d'hésitation il avait changé de sujet pour parler de sa fille. L'hésitation venait du fait qu'il ne savait pas comment Juliana pourrait réagir face à cette nouvelle, il avait peur qu'elle puisse mal le prendre. Cela n'avait pas été le cas, Jul' se montrait intrigué par la fille du shérif ce qui lui fit plaisir.

- Elle s'appelle Abigail dit Clay avec un petit sourire. Attends. Le shérif s'essuya les mains avec une serviette en papier, il fouilla dans la poche de sa veste pour en extraire son portefeuille. Il l'ouvrit puis se saisit d'une photo de sa fille. Tiens regarde lança Clay en tendant la photo à Jul'. Elle a eu sept ans le mois dernier, cette photo a été prise lors de son anniversaire je l'ai reçu il y a quelques jours. Le visage du shérif s'illuminait lorsqu'il évoquait sa fille.

Au fond il était heureux d'avoir révélé l'existence de son petit ange à Juliana même si maintenant elle aurait peut-être une vision différente du shérif réputé renfrogné. Enfin il n'avait jamais été acariâtre avec Juliana. Il l'estimait beaucoup et il la considérait certainement comme la personne mieux à même de le comprendre et dieu sait que ce n'était pas facile de comprendre Clay surtout lorsqu'il traversait des périodes difficiles. Il avait tendance à se renfermer, à être lunatique et surtout bougon. A sa demande, Juliana évoqua à son tour le déroulement de son mois de décembre. Elle avait apparemment pris quelques jours de congés nécessaires voire vitaux selon son expression. Il y avait anguille sous roche, Jul' adorait son métier, elle n'était pas du genre à prendre des jours de congés comme cela, il devait y avoir une sacrée raison en plus de la fatigue.

- Oh ! Tu as eu des soucis de santé ? dit Clay la mine peu rassurée.

Le shérif délaissa quelque peu son hamburger pour prendre une gorgée de soda. Il était dans l'expectative, il espérait que rien de grave n'était arrivé à Juliana.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Lun 13 Jan - 19:06

Juliana s’attendait tout naturellement à en apprendre un peu plus sur Clay ce soir-là, puisqu’ils prenaient rarement le temps de se voir en dehors du boulot, mais ça dépassait vraiment toutes ses espérances. Elle était heureuse de le connaître davantage, car elle savait pertinemment qu’elle pouvait compter sur lui et qu’il était un excellent ami, mais sa vie vraiment privée, elle n’avait jamais cherché à obtenir plus d’informations. Jusqu’à ce soir. Elle manqua de s’étrangler avec sa gorgée de Dr Pepper et tenta de garder peu de dignité qui lui restait tandis que Clay lui apprenait qu’il avait une fille, Abigail, âgée de sept ans. Non, il ne l’aurait jamais cru, d’autant que tous les deux avaient pratiquement le même âge et qu’elle, la maternité la faisait franchement flipper. Se dire que son ami, le shérif de la ville, était père d’une enfant de sept ans dans ce qui semblait être une autre vie lui semblait bizarre. Mais elle accepta la photo qu’il lui tendait avec un large sourire et jeta un coup d’œil dessus.

« Elle est très jolie » s’enthousiasma-t-elle avec sincérité, en reconnaissant quelques traits de Clay sur le visage d'Abigail. « Donc… Tu ne la vois que les vacances, c’est ça ? Où est-ce qu’elle habite ? »

Elle aimait bien les enfants de cet âge, on pouvait commencer à avoir de vraies discussions. Mais rien que l’idée de devoir s’occuper d’un bébé, alors qu’elle était incapable de s’occuper d’elle-même, lui filait des boutons. Elle avait hâte d’en apprendre plus sur cette fillette, même si elle ne voulait pas harceler Clay de peur qu’il l’interprète mal. Mais c’était super intéressant et une révélation choc ! Le dire n’avait peut-être pas été une chose facile et Juliana savait que c’était à son tour, de dire quelque chose. Mais aborder son problème était amplement plus difficile. Elle se tortilla légèrement sur sa chaise et baissa les yeux sur sa salade. Merde, qu’est-ce qui lui avait pris de prendre ça ? Elle ne pourrait rien avaler de plus, sa gorge venait de se nouer. Ce n’était pas seulement la honte qui la submergeait, mais la crainte de descendre dans l’estime de Clay, qu’il ne la voit plus comme le pompier héroïque mais comme la pauvre alcoolique trop fière pour reconnaître qu’elle avait un problème.

« Bah… Ouais, si on veut. C’est… C’était compliqué ».

Et se dire qu’elle ne serait jamais tirée d’affaire lui donnait envie de pleurer. Jusque-là, même si elle n’avait pas vraiment pu les premières semaines, elle s’était accrochée pour rester sobre, au nom de sa sœur, d’elle-même, de son boulot, de tous ceux qu’elle avait encore à sauver. Mais plus le temps passait et plus elle le savait, elle craquerait de nouveau. C’était aussi simple que ça. Il ne le fallait pas, mais son métier lui mettait trop de pression. Elle tenta de sourire, comme pour ne pas l’inquiéter. Puis elle inspira profondément.

« Disons que j’ai eu quelques problèmes ». Elle se tut à nouveau, hésitante, puis se décida à lui raconter brièvement toute l’histoire. « Je m’étais pris la tête avec ma sœur, qui m’héberge, alors j’ai passé pas mal de temps à l’auberge. Jusqu’à ce qu’on ne puisse plus faire machine arrière. Elle m’insinuait d’être… Enfin, d’avoir un problème avec l’alcool. Et elle avait raison. Ils avaient tous raison… »

De nouveau, un silence. Elle n’arrivait toujours pas à le prononcer, ce foutu mot, qui lui brûlait la gorge à chaque fois qu’elle tentait de le prononcer. Bon, ses propos étaient sûrement décousus et peut-être que Clay ne comprendrait pas tout, mais elle avait dit l’essentiel. Elle avait littéralement pété un plomb à l’auberge, quand sa sœur et Ryan étaient venus la récupérer, et il était hors de question de revivre ça. Alors même si c’était difficile, Juliana le savait, c’était à elle seule de se reprendre en main. Elle se força à relever les yeux, pour guetter sa réaction.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Mar 14 Jan - 18:57

Clay n'était pas au mieux ces temps-ci, la privation de sa fille le faisait souffrir. Si petit à petit il arrivait à accepter le fait que lui et Gaby c'était définitivement terminé, il avait encore beaucoup de mal à accepter de voir son petit ange seulement de manière périodique. Eliza et Christopher l'avait beaucoup aidé pour qu'il commence à tirer définitivement un trait sur le passé. Cependant, sa fille n'appartenait pas au passé et la voir seulement quelques jours pendant les vacances scolaires était loin de le contenter. Néanmoins et assez paradoxalement, le fait de parler de sa fille n'était pas un tabou, cela ne lui procurait aucune douleur bien au contraire. En parler l'apaisait, lui mettait du baume au cœur et il se disait à chaque fois qu'il ressortait cette photo qu'il avait une fille vraiment magnifique et qu'il pouvait être fier d'être le père de cette enfant.

Montrer cette photo à Juliana, c'était un aveux et une confession pour lui. Au fond de lui, il se sentait tellement heureux d'avoir eu le courage de parler de sa fille à Juliana et il appréciait cela d'autant plus que Jul' manifestait beaucoup d'intérêt envers Abigail. Clay avait eu un peu peur que Juliana puisse lui en vouloir. En effet, cette révélation arrivait peut-être un peu tardivement et il aurait été légitime que son amie remette en cause la sincérité du shérif à son égard. Ils étaient amis depuis longtemps maintenant mais Clay n'avait jamais vraiment évoqué sa vie privée avec Jul' et il le regrettait aujourd'hui. Juliana aurait pu être un énorme soutien pour lui lors de sa séparation... mais il n'avait jamais osé parler de la chose avec elle jusqu'à ce soir et encore c'était à demi-mots.

Bien sûr qu'il avait pensé mettre Jul' dans la confidence plus tôt mais il n'avait pas eu envie de l'embêter avec ses problèmes, ses remords et ses regrets. Il se sentait un peu bête tiens. Jul' était quelqu'un de sincère et elle l'avait toujours épaulé quand elle le pouvait. Clay s'était vraiment privé d'une force incroyable, il s'était renfermé pendant une longue période après sa séparation. En public il n'avait jamais trop montré sa déprime, dirigeant son commissariat avec poigne, souriant aux gens qu'il connaissait dans la rue... mais les soirs chez lui avait été interminables, seul, ruminant, s'alcoolisant même parfois. Aujourd'hui il allait mieux et il devait aller mieux pour sa fille mais aussi pour son entourage et ses amis. Parler de tout cela à Jul' allait l'aider il en était convaincu, il lui restait encore du chemin à parcourir, mais chaque jour il remontait un peu plus la pente et cette pente serait moins raide avec l'aide de son amie Juliana. Les questions de son amie à l'égard de sa fille lui fit retrouver pour la première fois un sourire réellement sincère.

- Ouais je ne la vois que pendant les vacances, mais on se parle beaucoup sur internet. Je ne remercierais jamais assez les développeurs de Skype. Elle et sa mère vivent à Los Angeles donc c'est pas vraiment évident. J'essaie de m'y rendre de plus en plus, quand je peux, mais c'est loin et je déteste cette ville. dit Clay avec une moue assez significative.

Clay, se saisit de son hamburger en prit une bonne bouchée. Il se sentait libéré d'un certain poids au fond de lui et il trouvait que depuis cet hamburger avait plus de goût. Il restait néanmoins inquiet. Juliana lui avait parlé de son break du mois de décembre. Cela avait intrigué Clay qui ne voyait pas Jul' prendre des vacances comme ça. Il avait osé poser une question assez délicate et il avait visiblement visé juste. Les craintes qu'il avait eu dans sa question était confirmée... son amie avait eu quelques soucis de santé. Il voyait bien que Jul' hésitait à évoquer franchement le sujet, ce devait être grave et assez douloureux pour elle. Clay avait lâché son hamburger, il s'essuyait machinalement les mains. Il était pendu aux lèvres de Juliana, le visage inquiet. Il sentit son estomac se nouer et ses lèvres s'assécher...

... Le shérif était abasourdi par ce qu'il venait d'apprendre, sa gorge se noua à son tour, il n'arrivait pas à prononcer un seul mot. Sa bouche s'était entrouverte mais aucun son n'en sortait. Juliana avait des problèmes avec l'alcool et il ne lui en fallut pas plus pour comprendre. Il n'avait jamais été là, il n'avait jamais rien fait et il s'était lamentablement pavané en exhibant une photo de sa fille. Il était le type le plus maladroit du monde. Clay reprit la photo de sa fille qui était restée sur sa table il la fit glisser rapidement et la remit dans sa poche. Le shérif était sonné par ce qu'il venait d'apprendre. Il avait remarqué et il savait que Jul' avait fait un effort incroyable pour lui révéler son alcoolisme... Ses petits soucis de séparation lui paraissait maintenant bien maigre. Il s'était apitoyé sur son sort, il n'avait pensé qu'à son malheur qu'il n'avait même pas vu celui de Juliana. Elle ne voudrait pas de sa pitié... Jul' n'était pas comme ça, elle ne s'apitoyait pas comme Clay l'avait si souvent et lamentablement fait. Peut-être accepterait elle alors son aide. Clay réunit toute ses forces et son courage.

- Jul', je... je ne sais vraiment pas quoi dire, j'ai toujours été maladroit pour réconforter les autres tu le sais. Mais j'estime que je suis plutôt doué lorsqu'il s'agit d'aider et je t'aiderais. Si cette saloperie revient à la charge, je serais là, tu n'as pas à traverser cette épreuve toute seule. Je n'étais pas là mais maintenant c'est fini, je ne veux pas et je ne laisserais pas cette.... chose te détruire et tu sais que je suis une sacrée tête de mule quand je m'y mets. dit Clay déterminé, inconsciemment il posa sa main sur celle de Jul' et lorsqu'il s'en aperçut, il la retira lentement.

Clay devait redonner un sens à sa vie, aider Juliana à s'en sortir allait peut-être lui redonner ce sens après lequel il courait depuis des mois et des mois. Il ne laisserait pas l'alcool l'emporter sur son amie et à partir d'aujourd'hui, il voulait jeter ses forces dans la bataille pour mieux aider Jul' à combattre et vaincre ce fléau, cette maladie.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Mar 14 Jan - 20:58


Ils abordaient des points un peu plus sensibles de leur vie personnelle et Juliana s’en doutait, Clay ne devait pas être très à l’aise, lui non plus. Elle était heureuse qu’il lui ait parlé de sa fille, car c’était la preuve qu’il lui faisait confiance, qu’elle comptait pour lui, et son cœur se réchauffa un peu. Ses amis à Shady Cove, ses vrais amis du moins, elle les comptait sur les doigts d’une main atrophiée. Mais Clay, elle en avait maintenant la certitude, faisait partie de ceux-là. Alors évidemment, elle ne pouvait que s’intéresser à sa fille et était trop contente qu’il l’évoque, même s’il ne l’avait pas fait plus tôt ! Ainsi, Abigail et sa mère vivaient à Los Angeles. C’était certes assez éloigné, mais dans un sens, Clay avait de la chance. Ce n’était pas comme si c’était sur la côte Est, à l’autre bout du pays. Son regard demeura fixé sur la photo de la fillette, et son sourire s’élargit. Ça devait être tellement difficile pour Clay, de ne pas la voir aussi souvent qu’il le voulait. Et Jul’ ne pouvait s’empêcher de se sentir attristée à cette idée, car personne ne méritait ça, encore moins Clay. D’autant plus qu’elle le comprenait, la ville, c’était horrible. Rien ne valait la campagne, la vraie, avec son air pur et ses collines verdoyantes. Elle adorait tellement cet endroit.

« Je comprends » souffla-t-elle. « Etre séparée d’elle comme ça, ça ne doit pas être facile… Même si tu la vois pendant les vacances ».

Elle ignorait quoi dire d’autre. Elle comprenait, bien sûr, même si elle n’avait jamais expérimenté la chose. Quand sa sœur avait fait le choix de quitter l’Angleterre pour les États-Unis, elle en avait ressenti un profond déchirement. Hélas, elle ignorait quoi rajouter d’autre face à Clay car elle le savait, c’était sa vie privée et elle ne pouvait rien faire pour l’aider. Si ce n’est s’injurier mentalement pour ne pas avoir été présente ces derniers temps pour le soutenir, même si elle avait des circonstances atténuantes. Maintenant, elle s’en voulait.

Puis ce fut à son tour d’évoquer son mois de décembre pour le moins chaotique et la réaction de Clay lui fit comprendre que son problème était plus important qu’elle ne l’aurait cru. Elle l’avait toujours sous-estimé et caché du mieux possible, mais elle se rendait maintenant compte qu’elle avait eu tort. Ce n’était pas rien, au contraire. Elle l’écouta attentivement, les joues légèrement rosies, et sursauta quand il posa sa main sur la sienne, avant de la retirer tout aussi vite. Elle ne s’y attendait pas. Elle l’écouta alors sans rien dire et ses lèvres s’étirèrent en un sourire attristé. Il assura qu’il serait là pour elle, si ça devait revenir. Si elle devait replonger.

« Merci » dit-elle simplement, avant de se taire, soucieuse. « T’sais… J’savais pas que ça pouvait faire autant de mal, l’alcool. Pas seulement pour moi, mais pour tout les autres. C’est plus pareil, maintenant. Je me suis rendue compte que je n’étais pas la même quand je buvais. Je devenais quelqu’un d’autre, quelqu’un de violent et… Clay, je ne pouvais pas t’en parler avant parce que… J’te jure, si tu m’avais vu, tu m’aurais pris pour une cinglée. J’suis désolée… »

Elle ignorait pourquoi elle s’excusait, en réalité. De ne lui avoir rien dit avant, d’avoir tu un tel secret. Ou bien peut-être, Jul’ était tout simplement désolée d’être elle-même. Elle avait parlé sans interruption, de peur de ne pas avoir le cran de continuer, de tout dire. Et plus que tout, elle craignait de reboire beaucoup et de redevenir celle qu’elle avait été devant sa sœur, celle qu’elle avait été pendant ces derniers mois. Heureusement, maintenant, Clay était au courant. Il était le premier à qui elle le disait spontanément. Mais ça ne serait sûrement pas suffisant, même si l’on répétait que l’entourage était très important pour un malade alcoolique. De nouveau, une tentative de sourire. Elle appréciait ce qu’il tentait de faire. Il le reconnaissait lui-même, il avait toujours été maladroit pour réconforter les autres, mais Juliana aimait mieux ça. Faire de grands discours larmoyants débordants de sentiments mielleux, très peu pour elle. La seule chose dont elle avait besoin, c’était de savoir qu’elle n’était pas seule. Le reste n’avait plus d’importance. Elle aurait dû le savoir, pourtant, qu’elle pouvait compter sur lui, mais elle n’en avait jamais pris conscience. Et elle en avait la certitude, si un jour il lui arrivait quelque chose, elle saurait lui renvoyer l’ascenseur.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Mer 15 Jan - 21:06

Clay passait par tous les états possible et imaginable, il était bouleversé, attristé, en colère... Il ne savait pas quel sentiment prenait le pas sur l'autre, c'était un mélange de tous, une confusion totale. Face à cette situation compliquée et bouleversante, il avait su garder une certaine lucidité. Il voulait aider Juliana, il ne voulait pas la laisser seule face à cette maladie dévorante. Cela devait être une épreuve de tout les jours pour son amie, elle avait eu énormément de courage pour lui révéler son alcoolisme tout comme elle avait énormément de courage pour aller travailler tout les matins. D'ailleurs au fond Clay savait que ce qui permettait à Jul' de tenir c'était son job, elle était trop attaché à son métier, c'était sa vie et il le savait. Heureusement qu'elle avait ça pensait-il, mais maintenant elle pourrait aussi compter sur Clay. Il veillerait sur elle et surtout il l'empêcherait de replonger car c'était surtout ça le plus dangereux et ça demandait une certaine vigilance. Il était certain que Jul' avait une volonté de fer et que c'était ce qui l'avait aussi maintenu mais malgré ça, on ne savait jamais quand ça pouvait revenir.

Bien sûr Clay comprenait que Juliana ne lui en ait pas parlé avant. C'était quelque chose de lourd, qui devait la ronger et sans cesse revenir à la charge. C'était un lourd secret et le shérif était touché que Jul' lui ait fait cette confession ce soir, elle n'avait pas du le dire à beaucoup de personnes au vu de la gravité du sujet et de la difficulté qu'elle avait eu à l'évoquer. Cela signifiait beaucoup pour Clay. C'était décidé, le shérif allait reprendre sa vie en main. Juliana se devait de pouvoir compter sur un ami fort et fiable. Clay ne se laisserait plus aller et ne laisserait plus son amie dans la détresse. Jul' lui avoua qu'elle n'avait pas pris complètement la mesure et la gravité de son problème, ce que le shérif ne pouvait que comprendre. Il était très difficile de se dire que l'on était tombé dans une spirale infernale et que petit à petit on devenait quelqu'un d'autre... Juliana évoqua rapidement ces moments où elle était devenue une autre personne, une personne qui devenait violente et qui ne se contrôlait plus. L'alcool faisait vraiment des ravages et il était en colère contre cette substance. En effet, il ne pouvait pas s'imaginer une Juliana autre que celle qu'il connaissait. Une personne à l'écoute, altruiste, courageuse et très digne. Il avait du mal à se la représenter violente, faisant du mal aux autres alors qu'elle sauvait chaque jour des vies.

Clay avait complètement délaissé son assiette et ce qu'il se passait autour, il regardait Juliana, son regard n'était ni accusateur, ni dans la compassion. Il était simplement pur, il ne jugeait pas son amie.

- Tu n'as pas à être désolée, je ne peux pas comprendre ce que tu as traversé, cette violence, cet autre toi. Je ne peux pas comprendre ce que tu peux traverser encore aujourd'hui mais je peux comprendre que tu ne m'en ait pas parlé. C'est quelque chose de douloureux qu'on avoue pas facilement. Clay marqua un temps de pause. Le fait que tu m'en parles je... enfin je ne t'aurais pas pris pour une cinglée, j'aurais juste vu une amie qui avait besoin d'aide. Tu n'as pas à avoir honte, pas avec moi. Maintenant je veux être là pour toi, je veux t'apporter de l'aide... Clay comme à son habitude dans ce genre de situation avait du mal à trouver ses mots. Je sais que tu es courageuse et forte mais tu n'as pas à subir cela toute seule à t'infliger toute cette douleur. Plus tu t'isoleras et plus tu souffriras et plus il y aura de risques que... enfin tu vois... laisse moi t'aider, ne me refuse pas ça... s'il te plaît.

Clay n'avait qu'une parole, s'il voulait aider Jul' alors il l'aiderait à 200%, elle pourrait l'appeler n'importe quand, n'importe où. Si elle se sentait mal alors elle pourrait compter sur sa présence. Certes Clay avait un travail très prenant mais il saurait aménager son emploi du temps et se rendre disponible. Le travail n'était pas aussi précieux que ses véritables amis et Clay saurait définir et ajuster ses priorités en conséquence.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Jeu 16 Jan - 19:42

Juliana était finalement plutôt soulagée d’avoir dévoilé tout un pan de sa personnalité à Clay. Peut-être contente d’elle, puisque révéler l’un de ses plus importants travers avait été assez difficile, mais au moins, elle était libérée d’un lourd fardeau. Rien d’autre ne comptait. La réaction de Clay la déstabilisa un peu, elle ne s’attendait pas à ce qu’il se montre si prévenant, si compatissant. Il avait toujours été adorable avec elle, même au début, mais jamais on ne lui avait tenu de telles paroles et elle sentit son petit cœur fondre face à tant de chaleur humaine. Faire sa connaissance avait été une des meilleures choses qui lui était arrivé depuis son arrivée aux Etats-Unis. Elle ne regrettait plus son installation à Shady Cove, même si pour cela elle avait dû quitter son Angleterre natale, car ici, au moins, elle avait rencontré Clay. Et il était sûrement le meilleur ami qu’on puisse avoir dans le coin.

Elle écouta attentivement son discours et hocha la tête. Oui, elle avait bien fait de lui parler, même si cela signifiait aussi renoncer à une part de sa fierté – et ce n’était un secret pour personne, la fierté de Jul’ était particulièrement développée ! C’était bien pour cette raison qu’elle n’avait prévenu personne de ses problèmes. D’abord, parce qu’il était hors de question de les embêter avec ça. Ensuite, parce que merde, elle était pompier. Un pompier fort qui ne se laissait pas abattre. Ses soucis, elle en faisait des confettis ou les noyait dans l’alcool. Même si dernièrement, elle s’était clairement rendue compte que ses soucis savaient nager et remontaient donc toujours à la surface.

« J’sais pas comment te remercier » continua-t-elle, un peu gênée face à tant de prévenance. « Parce que j’ai rien fait pour toi et… Enfin, j’ai pas l’habitude qu’on me dise ça, tu vois. Et j’suppose aussi que t’as pas l’habitude de le dire non plus. Alors… la seule chose que je peux te promettre, c’est de t’appeler si jamais il y a un problème. Si jamais… Si jamais la tentation est trop forte, je ne ferai qu’une chose, je t’appellerai d’abord ».

Il lui avait demandé de le laisser l’aider, alors elle ne lui refuserait pas. Bien sûr que non. Les premiers jours, elle avait eu tellement envie de boire qu’elle avait cédé à ses pulsions, en cachette, bien à l’abri du regard du monde. Même si ce n’était pas la meilleure chose à faire et même si elle s’en voulait toujours après. Maintenant, il fallait essayer de se convaincre que ce n’était plus la solution. Que Clay était présent. Même si franchement, l’idée de le déranger à trois heures du mat’ parce qu’elle avait envie d’un bon whisky n’était pas l’idée la plus folichonne qui soit. Elle verrait bien, après tout. Peut-être que ça ira. Peut-être qu’elle s’en sortirait seule, désormais.

Elle inspira profondément et jeta un coup d’œil au restaurant presque vide. Elle avait oublié qu’ils se trouvaient là, dans ce fast-food banal, devant une salade et un hamburger tout à fait appétissant. Comme si le temps s’était arrêté. Elle sourit légèrement, tout à coup délivrée d’un poids. Peut-être même qu’elle pourrait finir sa fichue salade. Et son soda affreusement calorique.

« Bon ! » conclut-elle d'un ton qu'elle s'efforçait de rendre dégagé, malgré sa gorge nouée. « Tu crois qu'on va réussir à le terminer un jour, notre repas ? »

Non parce que là, elle se sentait complètement chamboulée, toujours un peu à l'ouest, qu'un tremblement de terre ou une tornade pouvait bien détruire le restaurant et toute la région, ça ne l'étonnerait même plus.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Ven 17 Jan - 22:26

Clay ne pouvait pas laisser Juliana affronter seule son problème. Il avait presque insisté pour l'aider. Il souhaitait lui prouver qu'il pouvait être quelqu'un sur qui elle pouvait compter durablement. Depuis sa séparation, Clay n'était pas très beau à voir, il avait lui-même arrêté de se jeter des regards dans le miroir. Il avait perdu du cœur et beaucoup de valeurs qu'il estimait essentielles. L'altruisme, la bienveillance... la liste était tellement longue. Aider Juliana l'aiderait aussi il en était persuadé. Il pourrait peut-être redevenir le Clay d'avant, celui qui mordait la vie à pleine dents qui se souciait de tout et qui partageait tout.

Il allait devoir se montrer fort pour apporter de l'aide à son amie, c'était un véritable défi et il le relèverait dignement. Ensemble il vaincraient cette maladie, ensemble ils seraient plus forts et chacun pourrait s'entraider. Peut-être que Jul' ne s'en rendait pas encore compte, mais Clay avait énormément besoin d'elle. C'était en étant à ses côtés dans l'épreuve de tout les jours qu'elle affrontait qu'il deviendrait quelqu'un de meilleur. Il pourrait alors se sentir mieux dans sa peau, réapprendre à se considérer et être un ami plus précieux encore. Il devait reprendre confiance en lui. Il commençait d'ailleurs petit à petit ce soir. En effet, Jul' en lui révélant son lourd secret et cette douloureuse confidence avait fait prendre conscience au shérif qu'il pouvait être quelqu'un de valeur et digne de confiance. Cela le rassurait un peu dans le fond mais maintenant il allait devoir assurer pour ne pas décevoir son amie qui était toujours étonnée de la prévenance et du volontariat de Clay.

- T'as pas à me remercier ! dit Clay avec un sourire. D'ailleurs c'est faux tu as fait quelque chose pour moi ce soir... Tu as accepté de partager ce délicieux repas qu'on arrive même pas à finir continua Clay avec un sourire plus prononcé. Plus sérieusement, je sais que tu ferais la même chose Jul'... c'est vrai que j'ai pas ou plus l'habitude de dire de telles choses mais si je les ai dites c'est que tu comptes vraiment pour moi !

Ce soir, Clay avait laissé ses soucis personnels s'envoler. Il se souvenait d'une conversation qu'il avait eu avec un ami, Christopher. Le shérif réapprenait à relativiser chose qu'il n'avait plus faite depuis bien longtemps. Les problèmes de Clay était bien loin maintenant et il allait devoir continuer à les mettre de côté et à les repousser sans cesse dès qu'ils reviendraient à la charge. Il n'avait plus le temps de se lamenter, d'avoir des pensées négatives. Il devait positiver et se montrer plus courageux pour aider au mieux Jul'. Il serait plus présent et plus disponible maintenant, c'était une certitude. Fini les périodes de creux et de blanc où il ne contactait plus personne et où il se laissait aller.

La conversation entre Clay et Jul' avait repris un ton un peu plus normal ce qui allégea un peu l'atmosphère qui avait été particulièrement rude auparavant. Il était question de savoir s'ils pourraient finir leur assiette à présent. Il était vrai que l'appétit de Clay s'était fait la malle avec tout ça.

- Eh bien, je pense qu'il est de mon devoir de terminer ce burger, en bon américain que je suis, ce serait un crime de gâcher cela et en bon justicier que je suis il est de mon devoir d'éradiquer le crime. dit Clay sur un ton ironique et faussement héroïque pour remettre une ambiance un peu plus sereine et apaisante.

Le shérif rapprocha son assiette. Il lui restait seulement deux bouchées pour terminer son hamburger. Il l'avala sans grande envie puis termina par la suite son soda. Il prit ensuite une serviette en papier et s'essuya minutieusement la bouche. Il s'apprêta à se lever pour chercher d'autres serviettes lorsqu'un grand fracas retentit. Clay ne mit pas longtemps à comprendre ce qu'il se passait... un braqueur armé d'un 9mm venait de faire irruption. Il n'avait sans doute pas vu la voiture de police garée dans la rue adjacente. Clay ne portait pas son uniforme, seulement une simple veste. En revanche, il avait son arme sur lui mais manque de chance il était face au braqueur et ne pouvait pas dégainer. Le malfaiteur hurlait des ordres à la serveuse, il lui ordonnait de vider la caisse.

Il s'adressa ensuite à Jul' et Clay en leur disant que s'ils bougeaient, il refroidirait cette pauvre serveuse.

- Reste calme murmura Clay à Jul'. Il aurait aimé lui dire plus, la rassurer mais s'il parlait trop, il risquait d'exciter le braqueur.

Il ne manquait plus que ça, il fallait l'avouer pour l'instant Clay ne savait pas comment il s'en sortirait. Laisser partir cet homme avec la caisse ? Rien que d'y penser ça le mettait hors de lui... c'était son devoir de l'arrêter mais s'il bougeait ou exécutait un faux mouvement il mettait en danger tout le monde dans ce restaurant y compris Jul'.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Juliana Stewart
• Pompier •

Messages : 649
Date d'inscription : 24/03/2013

Description du personnage
Âge : 32 ans
Côté cœur : Célibataire
Conjoint(e) : /

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Mar 21 Jan - 18:07

Juliana était persuadée que cette soirée s’achèverait parfaitement bien, puisqu’elle avait réussi à se confier à Clay, et savoir qu’il était présent à ses côtés la libérait d’un lourd fardeau. Si bien qu’elle avait recommencé à manger, ou tout du moins à goûter sa salade, en la trouvant excellente. C’est fou ce que se savoir entouré pouvait effacer la douleur. Elle en vint presque à oublier la douloureuse intervention de ce soir, durant laquelle ils n’avaient pas réussi à sauver certaines victimes. Elle se reposerait cette nuit et dès le lendemain, retournerait au boulot comme si de rien n’était et affronterait une journée de plus. Cette perspective lui semblait pour le moins alléchante. Et qui sait, elle pourrait même squatter la salle de bain de chez Alyssa pour se prendre un bain revigorant, et penser pour une fois à elle-même. Ainsi, elle se sentit beaucoup mieux et osa même un petit sourire. Clay lui assura qu’elle avait déjà fait quelque chose pour lui en acceptant ce dîner et elle laissa échapper un léger rire. Il trouvait toujours les mots pour la rassurer, c’est clair ! D’autant qu’il avait raison, elle ferait la même chose pour lui si une emmerde devait lui arriver. C’était la moindre des choses. Plus que le confident qu’elle voyait auparavant en lui, elle vit en lui un excellent ami, si ce n’est le meilleur. Et il avait le don de la faire rire, ce qui n’était pas donné à tout le monde.

Oui, mais voilà. La soirée ne se déroula pas comme prévu. Clay venait de quitter leur table quand des cris rompirent le silence et Juliana, dos à la porte d’entrée, tourna aussitôt la tête, l’air inquiet, tandis que son ami s’immobilisait en plein milieu de la salle. Elle comprit en un instant en apercevant un grand type cagoulé et armé faire irruption dans le fast-food. Oh bordel, songea-t-elle, tétanisée. Ses pensées se bousculaient dans son esprit, alors que pourtant, elle était rôdée face à la peur. Sérieusement ? Qu’est-ce que ce type voulait braquer en débarquant ici, hein ? Des frites et des sachets de ketchup ? Mais comme il leur aboyait de ne pas bouger, elle obéit. Il n’était pas question de se faire flinguer ce soir. Sa gorge s’assécha tandis qu’elle essayait de contrôler les battements de son cœur. Merde, merde, merde, ne cessa-t-elle de se répéter en boucle. Clay lui souffla de rester calme et pour toute réponse, elle hocha la tête. Rester calme, c’était plus facile à dire qu’à faire, mais au moins, elle était assise, contrairement à Clay. Sans défense contre un type armé et prêt à en découdre, Jul’ n’avait pas l’intention de se rebeller. Elle était pompier, pas flic. Mais elle craignait que Clay ne tente quelque chose, lui.

« Clay... » souffla-t-elle d’un ton suppliant, à peine audible.

Elle n’osa continuer de peur d’énerver le type, mais son regard larmoyant en disait long sur sa pensée. Elle voulait lui dire de ne rien tenter, de rester immobile. Il n’obéirait sûrement pas puisque c’était le shérif-adjoint, mais Juliana ne voulait pas qu’il intervienne. Il risquait d’être blessé ou pire, et elle ne supporterait pas de le perdre, pas maintenant. Alors elle serra les poings et lui envoya des signaux pour qu’il ne bouge pas, tout en priant pour qu’il les reçoive.

______________________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Clay O'Donavan
• Shérif •

Messages : 91
Date d'inscription : 08/12/2013

Description du personnage
Âge : 31
Côté cœur : Séparé(e)
Conjoint(e) :

MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay Lun 3 Mar - 22:11

La situation actuelle était relativement compliquée. Un braqueur avait fait irruption et tenait en joue une serveuse pour qu'elle vide la caisse et lui donne son contenu. Le forcené semblait assez tendu cependant il n'en n'était pas moins attentif et jetait régulièrement des coups d'oeil en direction de la salle pour voir si un client n'allait pas jouer les héros. Pour le moment il n'avait pas remarqué que Clay était de la police ce qui était un avantage et Clay allait devoir en tirer profit à un moment ou un autre. Le shérif n'avait pour l'instant pas la force d'agir. La soirée avait été riche en émotions pour lui et les confidences auxquelles ils s'étaient livrées Juliana et lui avait puisé une énergie assez importante en lui. Il était encore chamboulé des révélations que Jul' lui avait faite et il n'était pas dans un moment très propice à la lucidité et à la clairvoyance. Il ne pouvait seulement pas laisser ce délinquant partir avec le butin.

Jul' était toujours assise alors que lui était debout les mains en l'air. Il avait essayé d'adresser quelques mot à l'intention de Jul' en lui disant de rester calme. Cela ne devait pas la rassurer outre mesure, d'ailleurs le shérif n'était pas rassuré non plus malgré son métier. Il fallait dire que le comté n'était pas rongé par le banditisme, la délinquance et le meurtre. Clay n'avait pas eu à se servir beaucoup de son arme même s'il avait du ouvrir le feu à quelques reprises. Les affaires de braquages étaient rares mais elles existaient. Il était déjà intervenu sur des affaires sensibles. Quelques-unes s'étaient terminées par la force mais la plupart avait été résolues grâce au dialogue et à la force de persuasion de Liam Hunter un de ses officiers plutôt doué avec les mots et les sentiments. Ce soir pas de Liam à l'horizon et Clay n'excellait pas particulièrement dans le dialogue. Il n'avait pas réussi à dialoguer pour sauver son couple alors pour empêcher un braqueur de soutirer de l'argent... c'était plutôt mal parti.

Clay tourna légèrement la tête vers Jul' qui avait les yeux larmoyants et qui tentait de contenir son émotion. Elle prononça son nom de manière presque inaudible. Clay se mordit la lèvre inférieur... Il n'arrivait pas à réfléchir, tout était confus. Il n'était pas lucide face à la situation. S'il agissait, il mettait sa vie et celle des autres en danger et d'ailleurs il ne savait pas comment il pourrait agir mais en même temps il ne pouvait pas laisser quelqu'un de dangereux dans la nature. Clay tenta de se calmer, plus facile à dire qu'à faire, il respira lentement. Il vit que le braqueur s'empara d'un sac plastique avant de se tourner vers lui. Son arme le long du corps, le forcené fixa Clay un moment... Il leva ensuite son arme et la pointa sur Clay qui vit sa vie défiler l'instant d'une seconde... le coup de feu allait-il retentir ?

Le forcené s'approcha lentement de Clay, ses chaussures rompant le silence qui s'était installé dans la salle. L'homme malveillant intima l'ordre au shérif de lui donner son portefeuille pour le dépouiller des quelques dollars qu'il avait. Clay vit la une occasion de jouer les héros, il approcha sa main de son manteau pour en extraire son portefeuille mais au dernier moment il se ravisa et décocha un violent coup de poing au malfaiteur qui surpris perdit l'instant d'une seconde ses repères. Clay en profita pour lui bondir dessus et le pousser contre le comptoir. Il tenta de contrôler l'arme que le braqueur avait toujours dans les mains. Elle était à présent pointée en l'air. Un coup de feu retentit, des cris également. La balle s'était logée dans le plafond.

Le malfaiteur reprenait un peu le dessus sur Clay et l'arme commençait à redescendre et à pointer dangereusement vers le shérif. Pas adepte du coup de boule, Clay tenta le coup. Cela fonctionna il reprit légèrement le dessus. Il frappa la main du malfaiteur sur le comptoir à plusieurs reprises. Ce dernier lâcha son arme et Clay asséna un nouveau coup de poing au visage du braqueur. Ce dernier envoya un rude coup de coude à Clay qui recula. Le braqueur s'était dégagé et plongea sur son arme. Clay se précipita vers lui pour l'empêcher de faire feu. Il n'avait pas pris le risque de dégainer son arme. Les deux hommes étaient au sol mais le voleur avait récupéré son arme. Clay était en position de force, il frappa encore le braqueur. Deux coup de feu retentirent.

Clay se dégagea et recula lentement sur ses fesses. Il s'aidait ses mains. Il soupirait bruyamment, son visage était en sueur, sa bouche en sang et un bleu énorme allait s'inviter pendant de nombreux jour sur sa pommette gauche. Sa jambe droite était raide comme un piquet du sang coulait sur le sol et un trou était visible sur sa cuisse, le tissu de son jean était déchiré. Le malfaiteur était allongé sur le dos, inanimé, du sang s'échappant de son ventre. Clay s'adossa au comptoir et lâcha l'arme du crime...

- Appelez le 911 lança Clay d'une voix éreintée... Il enleva sa ceinture et la serra autour de sa cuisse qui le faisait atrocement souffrir. Les mains en sang, il osa enfin lancer un regard vers Jul' avant de lui adresser un petit sourire. Les quelques clients qu'il y avait et les serveuses semblaient consternées par ce qu'il venait de se produire.

______________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: We can be heroes just for one day | Clay

Revenir en haut Aller en bas

We can be heroes just for one day | Clay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shady Cove :: A L’EXTÉRIEUR DE SHADY COVE :: 
A proximité de la ville
 :: Eagle Point
-
Sauter vers: