Partagez|

On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mar 18 Mar - 11:01

Shady Cove, lundi matin, 3h26.

Christopher est allongé sur le dos, le regard fixé au plafond, tentant de penser à autre chose qu'aux pulsions douloureuses de sa cheville. Car depuis New-York, donc depuis presque deux mois, elle s’est à nouveau réveillée. Au début, la douleur était encore supportable et n’était pas constante. Mais depuis un peu moins de deux semaines, elle l’empêche de dormir une nuit entière. Il est réveillé chaque heure par des vagues de douleurs et, depuis deux jours, aussi avec des crampes au mollet.

Cette nuit là est pire que tout. A tel point qu’il a carrément l’impression d’être revenu 2 ans en arrière à quelques jours après son accident. A côté de lui Morgan dort à poings fermés. Ainsi, Christopher préfère se lever pour ne pas gêner le doux sommeil de son amant. Si déjà l’un ne peut pas dormir, il ne voudrait pas que l’autre en pâtisse. Ce serait fort égoïste de sa part étant donné qu’il n’aimerait pas être dans le cas de son amant. Bref. Repoussant donc la couverture, il se redresse et s’assoit sur le bord du lit. Soupirant doucement, il se passe une main sur le visage et dans les cheveux puis prend appuie sur ses genoux et se lève. C’est à ce moment là qu’il prend un mouvement à côté de lui en compte. En se retournant, il remarque que son amant l’interroge du regard.

« C’est rien » souffle-t-il à son attention avec un petit sourire « Je reviens vite »

Il se lève ensuite et, d’un pas lent et irrégulier, il se dirige vers la porte, enfilant un jeans et un pull au passage,  puis sort dans le couloir et descend dans la cuisine. Chaque pas est un vrai calvaire. Christopher a l’impression que, à chaque fois qu’il  pose le pied gauche au sol, des millier d’aiguilles lui traversent la cheville et remontent lentement sous sa peau en direction du genou.  C’est sans doute pour cette raison qu’il se demande comment il a réussi à atteindre la cuisine. Enfin. Maintenant qu’il est là, il en profite pour se faire un thé et prendre un cachet d’anti douleur avant d’aller s’installer sur le canapé. Tasse en main, il pose son pied sur un coussin et soupire lourdement, n’ayant pas d’autre choix que d’attendre que la douleur passe.

C’est, alors que le sommeil commence tout doucement à le gagner à nouveau, que le téléphone se met à sonner. S’effrayant brillamment, Christopher se redresse vivement. Trop vivement, car il renverse une bonne partie de sa boisson sur lui. Fort heureusement, il a mit un jeans et ne s’est pas assit en boxer sur le canapé, sinon il n’aurait pas que mal à la cheville. Enfin.  Soupirant encore une fois, il se redresse un peu et pose la tasse sur la table basse avant de tourner son regard vers le téléphone qui continue de sonner.  Au même moment apparaît Morgan dans l’encadrement de la porte et, après avoir lancer un coup d’œil en sa direction, se tourne vers le téléphone et décroche. Christopher souffle doucement, soulagé, et gratifie son amant d’un sourire et d’un hochement de tête reconnaissant.

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mer 19 Mar - 21:31

Depuis de nombreux jours, Christopher a du mal à dormir. Morgan le sait, parce qu’il lui est arrivé plusieurs fois de se réveiller car il le sentait se tourner et se retourner. Pour sa part, il dormait bien, profondément, sans cauchemars ou rêves perturbants. L’ancien militaire le réveillait de temps en temps, certes, mais sans le vouloir. Cette nuit-là, l’anglais dort profondément. Le fait que son amant soit réveillé ne l’affecte tout d’abord pas, ce n’est que lorsqu’il se lève que l’étudiant ouvre les yeux. Merlin se retourne alors, et le fixe d’un regard ensommeillé et interrogateur. Chris le rassure rapidement, lui disant qu’il revient vite. Hochant furtivement la tête, le britannique referme les yeux en se tournant complètement sur le côté.

Il l’entend faiblement s’habiller un peu, marcher de façon irrégulière, ouvrir la porte, puis descendre les escaliers. Les minutes qui suivent sont assez vagues dans l’esprit de Morgan il somnole, mais n’arrive pas à retrouver le sommeil. Il se repositionne plusieurs fois, puis décide à son tour de se lever. Cela fait beaucoup de temps que Chris s’est levé, et ça l’inquiète un peu. Il sait que tous ces troubles sont à cause de la cheville de l’ancien officier, et il a peur que ce ne soit plus grave qu’il n’y paraît, car ça n’arrête pas d’empirer. Descendant les escaliers, encore un peu dans le brouillard, il se dit qu’il va prendre un verre d’eau, tout simplement.

Le téléphone se met alors à sonner. S’arrêtant au milieu des marches, il fronce les sourcils en se demandant qui peut appeler à une heure pareille. Cependant, personne ne décroche. Morgan se rend au salon  et aperçoit Chris sur le canapé. Il ne lui faut pas longtemps pour se dire qu’il est plus près du téléphone, et que son amant doit sûrement s’en voir avec sa cheville. C’est donc lui qui décroche.

— Allô ?

Une femme à l’autre bout du fil lui répond immédiatement, d’un ton pressé, presque angoissé. Elle est à deux doigts de lui demander qui il est, de s’excuser en même temps, et de demander aussi si elle est bien au bon numéro. Il n’arrive pas vraiment à en placer une. Néanmoins, avec ce flot de paroles, et malgré son esprit encore un peu embrumé, il croit reconnaitre une voix, celle de la mère de Christopher. Ca fait bien un siècle qu’il ne l’a pas entendue, mais pour appeler à une heure aussi tardive et vouloir à tout prix parler à Chris, ce doit être sa mère.

— Oui, oui je vous le... Je vous le passe, arrive-t-il à placer, tout en approchant de son amant assis sur le canapé.

Il lui donne ensuite le téléphone, remarque les tâches de thé sur le pantalon de l’américain, et la tasse sur la table, mais ne fait aucun commentaire. Morgan préfère regarder l’expression et écouter les paroles de son cher et tendre. Il sent que cette histoire ne sera pas banale.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mer 19 Mar - 22:45

Si Christopher a décidé de se lever du lit, c’est en première partie parce qu’il n’avait pas envie de gêner le sommeil de son amant. Mais ça n’a pas réussi car il est obligé de le rassurer par la parole qu’il reviendra vite. Malheureusement, sa cheville ne lui permet pas de remonter directement après s’être fait un thé. C’est ainsi que l’ancien militaire se retrouve assit sur le canapé, à attendre que la douleur ne passe.  Mais c’est aussi à ce moment là que le téléphone se met à sonner. Après s’être brillamment effrayé et avoir renversé son thé sur lui, il se met à maudire celui ou celle qui appelle à cette heure là et se redresse, hésitant à aller décrocher.

Fort heureusement, Morgan l’aide dans sa décision. Faisant son apparition dans le salon, il n’a qu’à tendre le bras et attraper le téléphone. C’est ce qu’il fait. Avec un sourire et un hochement de tête reconnaissant, Christopher l’écoute dire un simple ‘allô’. Lorsqu’il le voit avancer et continuer de parler sur un ton plus hésitant, l’ancien officier fronce légèrement les sourcils, l’interrogeant du regard. Se redressant d’avantage, il attrape le combiné, demandant silencieusement à son amant qui est au bout du fil. Mais celui-ci n’a pas le temps de lui répondre, qu’il porte déjà le téléphone à son oreille.

«A... allô… ? » demande-t-il sur un ton hésitant. En entendant la voix à l’autre bout du fil, Christopher se fige. Sa bouche s’entre ouvre légèrement, ses épaules s’affaissent quelques peu vers l’avant et sa main libre retombe sur ses genoux.

Sa mère. Même s’il ne l’a ni vu ni entendu depuis plus d’un an il n’a absolument aucun mal à savoir que c’est elle. Et pourtant, son ton le trouble plus qu’autre chose. Paniqué, apeuré, triste, désespéré, stressé. Ce n’est pas comme ça qu’il connait sa mère. Dans sa mémoire, Mary Nicholson est une femme d’une douceur extrême, d’une gentillesse inébranlable, sans pour autant être une femme facile. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, mais reste toujours juste dans ses gestes.

« A … attend Maman, doucement » finit-il par la coupé après avoir reprit ses esprits « Calme-toi ok ? … ou voilà…respire… prend ton temps … ok. » il prend une profonde inspiration et lance un furtif coup d’œil à Morgan « Ok… qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que … »

Il ne peut en dire d’avantage car Mary reprend la parole, lui expliquant plus en calme ce qui s’est passé. Et ce qu’elle dit justifie amplement l’état dans lequel elle se trouve actuellement. Ecarquillant plus franchement les yeux, la surprise ne peut que trop bien se lire sur le visage de Christopher. Se détournant de Morgan, il déglutit puis hoche lentement la tête.

« Je … oui … oui …  écoute. J’arrive. » il se redresse « Laisse … laisse moi le temps de me préparer. Je pars tout de suite. Je … oui … à tout à l’heure et … » il prend une profonde inspiration   « Merci » fini-t-il dans un souffle avant de raccrocher.

Il raccroche ensuite et abaisse lentement le téléphone. Regard rivé sur le sol, il met quelques instants pour reprendre complètement ses esprits et ordonner ses pensées. C’est Morgan, encore une fois, qui le sort de ses pensées en posant une main sur son épaule. Vivement, Christopher se tourne vers lui, le fixe quelques instants puis se redresse.

« Faut qu’on y aille » murmure-t-il en se levant « Enfin je … faut que j’aille a Seattle »

Il n’en dit pas plus car il se détourne directement et se dirige vers les escaliers. Boitant mais ignorant la douleur qui est accentuée à chaque pas, il monte dans la chambre, allume la lumière, attrape son sac et commence à y jeter des vêtements au hasard.

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Jeu 20 Mar - 19:08

Morgan s’est levé, assez inquiet pour Christopher. Il n’arrive plus à dormir aussi, ce qui motive son choix. Le téléphone sonne alors qu’il descend les escaliers et, étant le plus proche, il ne perd pas de temps pour décrocher. Cela évite du même coup à Chris de se lever du canapé. A l’autre bout du fil, une femme débite des paroles sans s’arrêter. L’anglais a bien du mal à en placer une, puis, une fois qu’il arrive à dire que l’ancien militaire est bien là et qu’il lui passe le téléphone, il finit par respirer. Enfin, pas tout à fait non plus. Le combiné à l’oreille, Christopher paraît presque choqué.

Morgan a cru deviner que c’était de sa mère qu’il s’agissait, et il a vu juste. Chris demande à la femme – Mary normalement –, de se calmer un peu. Il est vrai que son ton était empressé et paniqué, c’est pour cela que, de un, l’étudiant a eu du mal à parler, et, de deux, il appréhende la nouvelle. Il échange un regard inquiet avec son amant, patientant en silence. Christopher parle très rarement de sa mère, Merlin ne sait même pas quand il lui a parlé pour la dernière fois. Et à tous les coups, elle n’est pas au courant pour eux, et peut-être même pas pour la colocation. De son côté, le britannique ne lui a pas non plus parlé depuis plusieurs années, depuis qu’il a quitté Seattle, depuis que Chris à quitter Seattle donc, pour entrer dans son école pour officier. Donc, une dizaine d’années. Mais il se souvient d’elle, parfois il allait avec son frère chez Chris, elle lui faisait alors un chocolat chaud avec des gâteaux. Elle le trouvait mignon, adorable, et tout... Comme tout le monde qui le connaissait en réalité.

Maintenant, si elle savait qu’il est en couple avec son fils unique, elle changerait sûrement d’avis. Bien que douce et gentille, elle est aussi croyante, et ce n’est pas un truc qui va vraiment avec l’homosexualité. Enfin soit. Ce n’est sûrement pas le sujet de son appel. Ledit sujet doit d’ailleurs être plus grave qu’il n’en a l‘air, car la réaction de Christopher n’est pas vraiment rassurante. Ce qu’il dit, Morgan ne l’apprécie pas du tout. Il ne comprend pas non plus, pourquoi son amant dit qu’il doit aller à Seattle, immédiatement. S’étant approché de l’américain et ayant posé une main sur son épaule de façon à le réveiller un peu, il passe d’un regard interrogateur à un regard d’incompréhension.

— Que- quoi... ? bégaye-t-il alors que Chris se lève et se dirige directement vers les escaliers.

Il reste un instant interdit, l’ayant suivi du regard. Il n’arrive pas à retrouver la pièce manquante du puzzle. C’est à ce moment que Smaug le rejoint. Il vient s’asseoir à ses pieds, presque avec un petit gémissement, pour quelques caresses. Il doit sentir que quelque chose ne va pas. Morgan baisse les yeux sur lui, lui sourit en allant lui gratouiller la tête, mais le cœur n’y est pas. Il se redresse, puis monte à l’étage rapidement, et retrouve Christopher en train de faire sa valise, de façon un peu bordélique, surtout pour lui, militaire.

— Mais attends, tu ne vas pas partir maintenant, il doit être trois heures et demies du matin ! lance-t-il. Et puis ta cheville, tu boîtes ! Et faut sept heures pour aller à Seattle ! Il soupire, en voyant que ça ne sert à rien. Il a soudain peur que, avec l’état de Chris, cette attitude irréfléchie, il ne lui arrive malheur. Donc, dernière option. Je viens avec toi.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Jeu 20 Mar - 19:50

Que sa mère l’appelle à cette heure est bizarre. Qu’elle l’appelle tout court n’augure rien de bon. Les nouvelles sont obligatoirement mauvaises. Et il avait raison. Alors qu’il prend le combiné, il entend le ton pressé et paniqué de sa mère. Après lui avoir dit de se calmer, il comprend plus. Et ce qu’il apprend a le don de le choquer. Sans  doute que sa réaction est aussi très visible, étant donné que, après avoir raccroché et s’être prit quelques temps pour se calmer lui-même et rassembler ses idées, la main de son amant vient se poser sur son épaule. Se tournant vers Morgan, il l’observe quelques instants puis se lève et lui fait part de son besoin d’aller à Seattle, tout de suite.

Sans laisser le temps au jeune anglais de dire ou faire quoique ce soit, Christopher se dirige vers les escaliers. Boitant mais ignorant la vive douleur, il monte dans sa chambre. Là, il sort un sac et, comme en transe, commence à le remplir d’habits. C’est alors que Morgan refait son apparition. S’avançant vers lui, il lui dit qu’il ne va quand même pas partir maintenant, prenant l’heure relativement tôt comme excuse pour appuyer ses propos. Christopher ne lui lance qu’un furtif coup d’œil mais l’ignore et continu ses allées et venues entre le lit et l’armoire. Morgan revient alors à la charge, remarquant ses déplacements irréguliers puis lui dit qu’il faut sept heures pour aller à Seattle.

« Je sais » assène Christopher, froidement, mais n’a pas l’occasion d’en dire d’avantage, car Morgan lui dit qu’il viendra avec lui. Le regard de l’ancien officier passe de son sac à son amant puis à nouveau à son sac avant qu’il n’hoche la tête « très bien » souffle-t-il carrément soulagé que l’anglais l’ait proposé de lui-même « met quelque chose de confortable pour la route et prépare ton sac. Je ne sais pas combien de temps on reste à Seattle mais … part du principe qu’on y reste au moins le reste de la semaine. »

Savoir que son amant l’accompagnera dans sa ville natale le rassure énormément. Morgan ne se doute surement pas combien ça signifie pour lui, mais peu importe. Le temps n’est pas aux niaiseries. Remarquant sans doute que le temps est quelque chose de précieux, le jeune anglais se dépêche de faire son sac. Pendant ce temps, Christopher redescend, attrape la laisse de Smaug, siffle le jeune chien puis sort. Bizarrement, le petit chiot est tout calme, comme s’il sentait que des bêtises ne seraient pas les bienvenues maintenant. C’est ainsi que, sans se poser de question, il saute sur la banquette arrière et s’y installe.

L’ancien officier, quant à lui, prend place derrière le volant après avoir mit son sac dans le coffre, et attend Morgan. Les doigts tapotant le volant, il se mord la lèvre inférieure, tique qu’il n’a qu’en cas de grand stresse –qui est tout de même très, très rare. Inlassablement, il lance des coups d’œil vers la maison et soupire doucement lorsque Morgan en sort. D’un pas rapide, celui-ci se dirige vers la voiture et s’installe sur le siège passager.

N’attendant même pas que son amant ait mit sa ceinture de sécurité, l’ancien militaire démarre, s’efforçant de ne pas dépasser la vitesse autorisée, ce qui est bien plus simple à dire qu’à faire.

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Ven 21 Mar - 12:10

Bien que Morgan ne sache pas de quoi il en retourne, il se doute fortement que ce n’est pas par pur plaisir que la mère de Christopher l’appelle au beau milieu de la nuit. L’ancien militaire déclare d’ailleurs, après avoir raccroché, qu’il doit se rendre à Seattle. Mais pas partir dans la matinée, ou en début d’après-midi, non. Maintenant. Entreprise qui paraît irraisonnable aux yeux du jeune anglais. Alors que Smaug vient le sortir des terribles scénarios qui viennent à son esprit, il revient sur terre, et grimpe les escaliers quatre à quatre. Enfin, le plus rapidement possible pour lui sans risquer de se ramasser lamentablement. Entrant dans la chambre, il tente plusieurs arguments pour retenir son amant, mais ce dernier, à part un rapide coup d’œil, ne daigne pas lui répondre. Il continu à faire son sac, avant de lui lancer froidement qu’il sait tout ce que l’étudiant lui dit.

Merlin décide alors de venir avec lui. Il a peur qu’il ne fasse une connerie, ou oubli de réfléchir deux secondes. Il sait que ça peut être fatal d’agir comme ça, il est bien placé pour le savoir. Il s’attendait à ce que l’aîné s’interpose à son vœu, et l’oblige à rester ici, pour une raison ou pour une autre. Cependant, à sa grande surprise, Chris accepte en épaulant son sac. Il le presse alors de s’habiller confortablement pour le trajet et de préparer son sac pour plusieurs jours. Morgan acquiesce, puis se met à l’action. Il ne sait pas pourquoi ils doivent s’y rendre, mais il compte bien demander plus tard.

Il fait donc son sac en quatrième vitesse, en espérant ne rien oublier au passage. Dans un coin de sa tête, il se dit qu’il sera dans quelques heures dans la même ville que ses parents. Il espère ne pas tomber sur son père. Il se prépare aussi rapidement, et redescend. Chris est déjà dehors, dans la voiture. D’un regard circulaire, il cherche Smaug mais, ne le voyant ni lui ni sa laisse, il se dit que Christopher a décidé de l’emmener avec eux. Ils n’ont pas vraiment d’autres choix, avec ce départ précipité pour plusieurs jours. Il ferme donc la maison, puis file mettre son sac dans le coffre avant de s’installer côté passager. Le chiot est tout calme, à la différence de l’ancien militaire, qui démarre dès que Morgan a refermé la portière. Le britannique retient un soupire, en même temps qu’il s’attache.

— Tu vas me dire pourquoi on part à près de 4h du mat’, ou tu es trop occupé à maudire les limitations de vitesse ? demande-t-il, portant son regard sur son amant et priant intérieurement qu’il continue à les respecter, ces limitations.

Il jette au passage un coup d’œil à Smaug, sur la banquette arrière. Lui a l’air content d’une balade en voiture, et c’est sans doute bien le seul.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Ven 21 Mar - 12:50

Les nouvelles ne sont pas bonnes et font parties des pires nouvelles que Christopher n’ait eu depuis 2 ans. Peut-être même pire que sa mise à la retraite ? Il ne saura le dire exactement. Toujours est-il que maintenant, le mode automatique est enclenché chez lui. Il ne réfléchit plus, agit seulement. Presque à l’aveuglette, il prépare son sac, descend, ordonne à Smaug de le suivre et se dirige vers sa voiture. Une fois installé derrière le volant, il attend la venue de son amant. Celui-ci, bien que paraissant troublé dans un premier temps, semble avoir comprit qu’il devait se dépêcher s’il ne voulait pas rester quelques jours seuls ici.

Ainsi, Christopher n’attend même pas cinq minutes et Morgan s’installe à ses côtés. Celui-ci à tout juste le temps de refermer la porte que l’ancien officier met le contact et démarre. Bouclant sa ceinture de sécurité, le jeune anglais se tourne vers lui et lui demande s’il va lui dire bientôt pourquoi il parte maintenant ou s’il est trop occupé à maudire les limitations de vitesse. Christopher lui lance un coup d’œil, hésitant s’il doit rire à sa remarque ou s’il doit le considérer avec dédain. Finalement, il se décide pour la première option. Soupirant doucement, il se recule quelques peu sur son siège et desserre son emprise sur le volant.

« C’est vrai que là je préfèrerais franchement qu’il n’y ait pas de limitations de vitesses, mais … on ne va pas risquer de se faire prendre hein » un fin sourire étend ses lèvres avant qu’il ne disparaisse à nouveau lorsque Christopher déglutit « Mon père » reprend-t-il finalement, après un temps de silence « Il … je ne sais pas ce qui s’est passé. Mais il est à l’hôpital, aux soins intensifs. » un frisson lui parcoure l’échine alors qu’il garde son regard rivé devant lui « Coma artificiel » reprend-t-il en un souffle « Ma mère était trop désespérer au téléphone que je n’ai pas put lui demander le diagnostique mais … je ne pense pas que ce soit anodin… »

Sa voix se brise tandis qu’il met le clignotant et qu’il ralentit afin de tourner sur la gauche et s’engager sur l’autoroute direction Seattle. S’engageant dans le trafic très peu dense, il peu enfin accélérer comme bon lui semble, tout en gardant le total contrôle sur la voiture. Il connait le chemin vers Seattle et sait que la plupart du temps ils le passeront sur l’autoroute.

« Tu peux dormir » murmure-t-il finalement en lançant un coup d’œil à son amant « On en a pour pas mal de temps maintenant » Il lui adresse un léger sourire puis allume l’auto radio et augmente un peu le volume afin que lui-même ne s’endorme pas au volant.


Après bien 8h de routes entrecoupées par de nombreuses pauses, il est 12h lorsqu’il se gare sur le parking de l’hôpital. Il pousse doucement Morgan par l’épaule pour le réveiller et lui signifier qu’ils sont arrivés, puis sort de la voiture. Il referme la porte et attend que son amant l’ait rejoint pour s’avancer vers l’entrée. Là, il passe à côté de la réception, prend à droite et monte les escaliers.

Enfaite, l’hôpital n’a vraiment pas changé. Il y était déjà deux fois lui-même quand il habitait encore ici et ça n’avait jamais été une partie de plaisir. Certes, les murs avaient une couleur orange très agréable et le sourire des infirmières, des médecins et des secrétaires sont très charmants. Mais sous cette couleur se trouvent des murs gris et sales et derrière ces sourires se trouvent une personnalité des plus détestables. Christopher n’aime pas les hôpitaux et ce n’est pas près de changer.

Après avoir monté les escaliers, il prend à gauche et marque un temps d’arrêt face au couloir. Là-bas, au bout, dans la chambre 015 se trouve son père.  Déglutissant difficilement, il s’approche de son amant et cherche sa main. La trouvant, il referme ses doigts sur les siens. « Tu restes avec moi, ok ? » demande-t-il en un souffle avant de se redresser et reprendre la marche.

Comme en transe, il longe le couloir, ignore les plaintes des infirmières disant qu’il devait attendre à la porte pour qu’on l’autorise à entrer. Il garde la main de Morgan dans la sienne et ne la lâche que lorsqu’il se retrouve devant la chambre dans laquelle se trouve son père. A côté du lit, assise sur une chaise, dos à lui, il reconnait sa mère.

« Maman … » l’interpelle-t-il doucement.

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
PNJ
• Personnage non joué •

Messages : 130
Date d'inscription : 16/03/2013

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Ven 21 Mar - 14:13



Mary Nicholson, 50 ans, Journaliste.

Voilà maintenant  presque 12h que Mary est ici. Angoissée, stressée et nerveuse, elle aimerait partir prendre l’air, mais ne peut se résoudre à laisser son mari, ici, seul dans cette chambre étouffante. Ryan, cet homme si grand, si fort et si courageux, celui qu’elle aime depuis plus de 30 ans et qu’elle a tant soutenu. Ce même homme semble maintenant si petit et si faible sous ces couvertures. S’il n’y avait pas tous ces câbles accrochés à ses bras et cette machine qui l’aide à respirer, on pourrait penser qu’il ne fait que dormir. Mais ce n’est pas le cas.  A 23h30 la veille, Mary a reçu un appel de la caserne militaire de Seattle, disant que son mari est transférer d’urgence à l’hôpital de Seattle. Trop affolée, elle n’a pas pensée à demander pourquoi, ce qu’il a et ce qu’il s’est passé. Ce n’est qu’en arrivant à l’hôpital elle-même et qu’en se faisant intercepté par le supérieur de son mari –qui est aussi un très bon ami de la famille- qu’elle en apprend plus.  

Ryan, ainsi que ses collègues –ils étaient en tout 5- étaient dehors, devant la caserne entrain de faire une pause. Quelques uns fumaient, mais tout le monde discutaient gentiment et rigolaient même, lorsque des crissements de pneus se sont fait entendre. L’instant d’après, une voiture a percuté le groupe. Ryan a été le premier à être toucher de plein fouet. D’après les dires des témoins, il a atterri sur le pare brise avant d’être projeté plus loin, au sol. 4 ont été blessés, dont deux graves, deux légers et l’autre s’en est sorti qu’avec quelques égratignures.

Mary a toujours été une femme forte. Son enfance n’était pas ce qu’il y avait de plus agréable. Ayant perdu sa mère très tôt et devant faire face à un père alcoolique, elle a dut s’occuper elle-même de son petit frère et sa petite sœur. Ce n’est que, lorsqu’à 18 ans, elle a rencontré  Ryan, que sa vie a changé. Cet homme, ce futur militaire a non seulement redonné un sens à sa vie, mais lui a en plus donné un fils formidable. A 20 ans, elle a mit Christopher au monde. Ce petit aux bouclettes déjà bien visible et aux yeux tellement bleu, est venu parfaire l’amour des Nicholson.

Et pourtant, en apprenant que son mari était tellement mal en point que les médecins ont préférer le mettre dans un coma artificiel. Et pour cause : 4 côtes –dont une qui a perforé le poumon- et clavicule brisés ainsi rate éclatée  sur le côté gauche, traumatisme crânien assez important. Mais tout ça n’est rien comparer au plus grave : un gros hématome appuie sur la moelle épinière au niveau des lombaires bloque  l’utilisation de ses jambes. Avec un peu de chance, tout reviendra à la normale, mais les médecins ont avoué qu’ils doutaient fortement que Ryan puisse remarcher un jour. Et s’il se remet de cet état actuel, il devra apprendre à vivre avec les conséquences de l’accident. Sur le coup, Mary n’a rien put dire, trop choquée et dévastée par l’horrible nouvelle. Ce n’est que lorsqu’elle a revu son mari après l’opération d’urgence qu’il a dut subir, qu’elle n’a plus réussit à retenir ses larmes.

A 3h20, pourtant, elle s’est décidée d’appeler Christopher. Elle avait retrouvé son numéro de téléphone il y a quelque temps déjà, mais n’a jamais put se résoudre à l’appeler, ne sachant pas comment il allait réagir. Et pourtant, elle n’a pas non plus put se résoudre à ne pas le prévenir pour son père. Elle sait qu’ils entretiennent encore et toujours une bonne relation et que Ryan préviendrait Christopher sans hésiter si elle-même était dans cet état. C’est donc ainsi qu’elle compose le numéro de son fils. Elle laisse sonner. Longtemps. Au moment où elle s’apprêtait à raccrocher, on décroche à l’autre bout du fil. Elle sait pertinemment qu’il ne s’agit pas de son fils et pense même s’être tromper de numéro, mais au final, elle entend l’autre homme parler à quelqu’un. L’instant d’après, c’est Christopher qui lui parle, à elle. Après plus d’un an sans lui avoir parlé, elle aurait préférer se montrer calme et forte, mais n’y est pas arrivé. L’appel est court et rapide, son fils lui ayant promis de venir à Seattle, tout de suite. Puis, il a raccroché. Mary sait qu’il viendrait. Elle sait qu’il tient toujours ses promesses. Mais plus les heures passent, plus elle appréhende ce moment où elle fera face à Christopher. Comment est-il ? A-t-il grandit ? A-t-il encore ces cheveux noirs qui le rendent tellement plus pâle et qui ne lui vont pas ? Est-il revenu à sa couleur naturelle ? Elle ne sait même comme il va, s’il s’est remit de son accident et de sa mise à la retraite. Elle n’a plus eu de nouvelles de lui depuis plus d’un an.

Fort heureusement, à 9h, c’est Mary Smith qui débarque dans la chambre avec deux cafés et tout le soutient que peu apporter une bonne amie. Mary ne la connait que par le biais des fils Smith, William et Morgan, le plus âgé ayant été très proche et très complice avec le sien. Enfaite, elles se sont surtout rapprochées lorsque Christopher est partie à Washington à l’école de sous officier et que William est parti, égarer dans la nature sans aucune nouvelles. Elles se sont soutenues mutuellement. Même éloignées l'une de l'autre -Mary S. étant partie vivre en France avec son mari et son plus jeune fils- elles n'ont pas eu de mal à garder contact. Lorsque, 4 ans plus tôt la famille Smith est revenue s'installer à Seattle, les deux femmes ont rapidement prit l'initiative de se voir régulièrement, surtout quand le jeune Morgan est parti lui aussi. Mary N. n’a jamais comprit pour le plus jeune des Smith a fait une telle chose car elle a bien vu à quel point son amie allait mal. Mais elle n’a rien put faire, malheureusement.

C’est donc elle, Mary Smith, qui réussi, comme souvent, à lui changer les idées. Même sans paroles elle réussie à la soutenir et à lui faire comprendre qu’elle n’est pas seule dans cette épreuve. Finalement, un peu avant midi sont amie repart, juste le temps d’aller se chercher quelque chose à manger. Juste avant que Christopher ne vienne. Lorsqu’elle entend sa voix derrière elle, un long frisson lui parcoure l’échine et elle met quelques instants avant de réagir, préférant rassembler ses idées. Puis, se redressant, elle fini par se lever et par se tourner. En le voyant là, posté devant elle, Mary n’a qu’une seule envie : courir vers lui, le prendre dans ses bras et ne plus le lâcher. C’est ce qu’elle fait.

Elle contourne sa chaise, s’avance rapidement vers son fils, lui entour la taille de ses bras et le sert contre elle. Lorsqu’elle remarque qu’il la prend dans par les épaules et qu’il répond à son étreinte, elle ne peut retenir plus longtemps ses larmes. Laissant libre court à ses émotions, elle ferme les yeux, gardant son fils dans ses bras.

- Oh Christopher souffle-t-elle entre deux sanglots Je … je savais que tu viendrais elle resserre d’avantage son étreinte Je le savais sa voix se brise. Ayant ouvert les yeux, son regard est tombé sur Morgan. Ne se demandant même pas ce qu’il fait là et pourquoi il accompagne son fils, elle tend une main et la pose sur l’épaule du jeune anglais Je suis contente que tu sois là, Morgan elle parvient à esquisser un très léger sourire, tandis qu’elle reporte son regard sur Christopher Que vous soyez là puis elle retourne se blottir dans les bras de son fils qui continu de la serrer contre lui
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Sam 22 Mar - 1:32

Une fois dans la voiture, ceintures bouclées et direction l’autoroute, Morgan demande ce qu’il est arrivé pour que Christopher soit dans un état pareil. Rien de bon, assurément. Avec une question bien tournée, l’étudiant arrive à lui arracher un petit sourire – et à le détendre un peu –, ce qui est mieux que rien. Ensuite, l’ancien militaire lui explique alors, assez vaguement, que son père est à l’hôpital en soin intensif, plongé dans le coma. Il précise que sa mère était trop désespérée pour lui parler au téléphone. Merlin hoche doucement la tête, se faisant soudain tout petit. La situation est donc gravissime. Il sait à quel point Chris est proche de son père, ce dernier étant d’ailleurs un militaire. Reste à savoir comment il a pu finir à l’hôpital.

L’américain, s’engageant sur l’autoroute qui les mènera au nord, allume l’autoradio, tout en disant à l’étudiant qu’il peut continuer sa nuit. Morgan acquiesce, ne se faisant pas prier. Il baille, puis s’enquiert de l’état de Smaug, avant de se caler confortablement dans son siège. Il ne dort pas particulièrement bien, mais pas terriblement non plus. Disons qu’il se réveille toutes les heures, sans forcément de raison. Il somnole, regarde le paysage, rassure Bradley d’un message pour les prochains jours... Quelques pauses et près de huit heures plus tard, il se fait réveiller par Chris. Lorsqu’il sort de la voiture, et émerge un peu plus, il se rend compte qu’ils sont sur le parking de l’hôpital. Il ne s’est même pas rendu compte s’être rendormi, pas plus qu’être entré dans la ville. Ça lui fait bizarre de revenir dans cette ville.

Il suit Christopher dans l’hôpital dans un genre de mode automatique. Il ne sait pas où ils vont, mais ils vont, et son amant a l’air sûr de lui. Ce n’est pas tellement l’hôpital qui dérange Morgan en cet instant, c’est plutôt ce qu’ils vont y trouver. Il ne sait pas vraiment ce qu’il fait là, en fait. En soutien à Chris, d’accord, mais expliquer sa présence à Mary Nicholson ne sera peut-être pas évident. Le britannique ne revient sur terre que lorsque l’ancien militaire s’arrête et qu’il évite de lui rentrer dedans de justesse. Il s’apprête à lui demander ce qu’il se passe, quand sa main est prise en otage. Il referme ses doigts sur ceux de Christopher, lui assurant que, oui, il restera avec lui. Il a l’impression d’être revenu des mois auparavant, sauf que les rôles étaient inversés. C’était l’aîné qui rassurait le plus petit, dans un couloir d’hôpital.

Pourtant là, le sujet est bien plus grave. Toujours en lui tenant la main, l’anglais le suit le long du couloir, jusqu’à la porte de la chambre. Contrairement à l’attitude hermétique du bouclé, Morgan s’excuse auprès des infirmières de déranger. Une fois devant la chambre, Chris libère sa main pour ouvrir la porte. Ils entrent tous les deux dans la chambre. Le regard de l’étudiant est d’abord attiré par l’homme allongé dans le lit, branché de partout. Il réprime difficilement un frisson, ayant du mal à imaginer qu’il s’agit là de Ryan Nicholson, un homme qui lui faisait peur étant gamin. Un rien lui faisait peur aussi, mais Ryan s’amusait avec ça, puis riait, d’un rire franc, lorsque le petit garçon se réfugiait derrière son frère, ou derrière Chris, à l’occasion. La femme présente dans la chambre se précipite dans les bras de son fils. Mary Nicholson a l’air bien pâle, fatiguée, angoissée aussi.

Sous l’étreinte que lui rend Christopher, elle laisse libre court à ses larmes. Elle répète qu’elle savait qu’il viendrait. Alors que Morgan se fait discret, se décalant légèrement pour le laisser de l’espace, elle ouvre les yeux et tombe directement sur lui. Il se raidit imperceptiblement, mais l’heure n’est pas au questionnement, et Mme Nicholson se contente de dire qu’elle est heureuse qu’il soit venu. Il lui offre un sourire bienveillant, alors qu’elle retourne chercher le réconfort dans les bras de son ancien militaire de fils. Il leur laisse un peu d’intimité en se déplaçant, un peu dans un coin de cette chambre. C’est pas un environnement idéal pour des retrouvailles, mais bon, il faut faire avec. C’est alors qu’il regarde par la fenêtre que la porte s’ouvre de nouveau. Il se retourne à demi, curieux, avant de se figer net.

— Oh Christopher ! C’est un plaisir de te revoir, malgré les circonstances.

L’anglais n’a pas besoin de chercher midi à quatorze heures. Sa mère et celle de Chris étaient amies, normal qu’en cas de coup dur, Mary Smith soit là. Cependant, Morgan ne l’espérait pas si tôt. Elle ne l’a pas vu, en premier lieu, mais une fois que leurs regards se croisent, le britannique ne sait pas quelle attitude adopter. Il jette un furtif regard à Christopher, à la limite du désespoir, bien qu’il sache qu’il ne lui sera d’aucune aide. Il finit par sourire doucement à sa mère qui s’est un peu avancée vers lui, ayant en même temps envie de se cacher dans un trou de souris.

— Hm, bonjour... souffle-t-il.

Gêné, il baisse les yeux, mais pas longtemps, car sa mère vient immédiatement le serrer dans ses bras. Et il ne résiste pas longtemps avant de la serrer à son tour contre lui, ayant l'impression d'être redevenu un petit garçon.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Sam 22 Mar - 10:04

La première chose que Christopher est la pâleur de sa mère. La pâleur accentuée par la fatigue. Mais il n’a pas le loisir de l’observer d’avantage qu’elle s’avance rapidement vers lui. Faisant lui-même un pas en avant, il répond à son étreinte en lui entourant les épaules de ses bras et en la serrant contre lui. Fermant les yeux, il profite de la présence de sa mère et se rend compte à quel point ça lui avait manqué tout ça. Enfaite, c’est en l’ayant là, dans ses bras, qu’il se maudit d’avoir ainsi coupé les ponts avec elle. Il avait fait ça sur un coup de tête, ne supportant pas la réaction de la femme lorsqu’il s’était retrouvé à l’hôpital après sa chute. Mais maintenant il était bien décidé de reprendre et surtout, gardé contact avec elle.

Du coin de l’œil, il remarque que Morgan leur laisse un peu d’intimité ce pour quoi il le remerciera plus tard. Pour l’instant, il n’y a que sa mère qui compte. Ou pas. Au moment où il s’apprête à relâcher un peu son étreinte afin de lui demander plus d’explication, la porte de la chambre s’ouvre à nouveau. Surpris, mais aussi curieux, l’ancien militaire tourne son regard vers la porte et se fige. Devant lui se trouve maintenant Mary Smith, la mère de Morgan. Il ne peut pas réagir et hoche simplement la tête lorsqu’elle lui dit qu’elle est contre de le voir, malgré les circonstances. Puis, elle se tourne et aperçoit son fils. Christopher se retourne en même temps et croise le regard désespérer de son amant. Bien que ça lui enserre le cœur, il lui répond silencieusement qu’il ne peut rien faire. Avec attention, il observe Mary S. se diriger vers son fils. L’ancien officier se tend légèrement, près à intervenir pour une raison ou pour une autre, on ne peu jamais vraiment savoir ce qui se passe par la tête des mères. Mais Mary lui prouve qu’il n’avait aucune raison de craindre sa réaction : c’est donc avec un sacré soulagement que Christopher les observe s’enlacer.

Sa propre mère, toujours dans ses bras, relève le regard afin de savoir pour son fils à ainsi changer de position, puis se retourne et observe à son tour les deux Smith qui se serrent l’un contre l’autre. Se passant une main sur le visage afin de s’essuyer les yeux et sécher ses larmes, elle affiche un petit sourire.

- Même si les circonstances ne sont pas des plus joyeuses, on est enfin de nouveau tous réuni souffle-t-elle en relevant le regard vers Christopher.

Celui-ci croise furtivement son regard, hoche la tête et lui caresse l’épaule, avant que son regard ne soit attiré par son père, allongé dans le lit. Déglutissant, il relâche sa mère et, lentement, s’avance vers le lit. Son regard balaye lentement les couvertures, et les câbles ainsi que le moniteur qui émet de nombreux bip à intervalles réguliers. Même si le visage de Ryan semble détendu, Christopher remarque que son état est critique.

« Qu’est-ce qu’il a ? » demande-t-il doucement en se tournant à demi vers sa mère qui l’a rejoint « Et qu’est-ce qui c’est passé ? » De l’autre côté du lit, il remarque que Morgan s’est, avec sa mère, aussi rapproché du lit. Encore une fois, il sent que la simple présence de son amant sera un soutient énorme.

Et peu importe si sa mère n’est pas au courant pour eux, il ne va aucunement demander à son chéri de partir maintenant.


______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
PNJ
• Personnage non joué •

Messages : 130
Date d'inscription : 16/03/2013

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Sam 22 Mar - 12:02



Mary Nicholson, 50 ans, Journaliste.

Avec Christopher dans ses bras, reviennent aussi de nombreux souvenir.  Elle a toujours eu un amour inconditionnel pour son fils, elle a toujours voulut le soutenir du mieux qu’elle pouvait. Mais elle a tout de même réussi à poser des limites et, même si elle ne le lui a jamais vraiment dit, elle est fière de ce qu’il est devenu. Elle n’a jamais été réellement pour le fait qu’il s’engage dans la US Navy, mais elle ne le lui a jamais interdit non plus. Et au final, c’est avec une très grande fierté qu’elle racontait les exploits de son et c’est avec émotions qu’elle allait à chaque cérémonie de passage de grade. Et pourtant, elle n’a pas put s’empêcher de lui faire part de sa grande joie et son immense soulagement lorsqu’elle a apprit pour sa retraite. Même si elle sait que le grand rêve de son fils unique se brise d’un seul coup et qu’elle regrette maintenant amèrement sa réaction excessive. Mais de toute manière, une mère aime son fils, même si celui-ci coupe les ponts et ne souhaite plus lui parler. Elle sait que tout s’arrangera dès à présent. Ou plutôt l’espère-t-elle.

Toujours est-il que là, dans les bras fort de son Christopher, elle réussi à se calmer doucement. Les caresses dans son dos lui font un bien fou, si bien qu’elle sèche assez rapidement ses larmes qu’elle n’a plus réussi à retenir. C’est, alors qu’elle rouvre furtivement les yeux, qu’elle se rend compte de la présence de Morgan. Avec un fin sourire, elle lui fait comprendre être contente de le voir lui aussi, mais ne le regarde pas d’avantage car son fils resserre son étreinte sur elle. Fermant à nouveau les paupières, elle s’empresse de répondre à son étreinte lorsque Mary Smith revient dans la chambre. De manière presque synchronisée, son fils et elle se retourne vers la mère de Morgan qui, après avoir dit être contente de revoir Christopher, se dirige vers son propre fils et le prend tendrement dans ses bras.

Se tournant vers Smith, Mary lâche l’ancien militaire, mais garde tout de même un bras placé autour de sa taille. En voyant son amie étreindre Morgan, un sourire revient se peindre sur son visage et elle se prend la liberté d’observer le plus jeune. La première chose qu’elle remarque est sa taille. Ça fait plus de 10 ans qu’elle ne l’a plus, il est tellement grandit. La dernière fois qu’elle lui a préparé un chocolat chaud il était bien plus petit. Maintenant il dépasse presque sa mère. Un beau jeune homme, en somme. Elle  s’empresse de murmurer à son fils qu’ils sont enfin tous réunis.

Celui-ci, pourtant, à part un léger sourire, ne lui répond rien. En suivant son regard, elle voit que le sien est fixé sur Ryan. N’opposant aucune résistance, elle le relâche lorsqu’il se déplace et se dirige vers le lit. Le lèvres légèrement pincées, elle le suit du regard, lui laisse quelques instants, puis s’avance lentement vers lui et pose une main sur son épaule. C’est là qu’il lui demande ce qu’il s’est passé, ainsi que le diagnostique.

- Accident de la route souffle-t-elle Il était avec des collègues devant la caserne militaire et un chauffard leur à foncé dedans. Ryan était le premier touché… sa voix se brise tandis qu’elle déglutit et qu’elle lutte contre les larmes Il a la clavicule gauche cassée, quatre côtes brisé, dont une qui lui a transpercer le poumon elle désigne furtivement un câble qui sort de son côté gauche puis soupire doucement Traumatisme crânien assez grave aussi. Mais le pire… son regard passe lentement vers les jambes de son mari Les médecins craignent qu’il ne pourra plus jamais remarcher à cause d’un hématome important qui appuie sur sa moelle épinière

A nouveau, Mary ne peut retenir ses larmes, qui se mettent à couler sur ses joues.  Et encore une fois, elle retrouve rapidement refuge dans les bras de son fils qui, de lui-même, vient la serrer contre lui. Ne se laissant pas prier deux fois, elle se blottit contre lui et entoure sa taille de ses bras, tentant de reprendre le contrôle sur ses émotions.

Le pire dans toute cette histoire est sans doute le fait que leur vie va changer. Non seulement celle de Ryan, mais aussi sa vie à elle.  Car elle va devoir s’occuper de lui. Enfaite, le plus dur reste à venir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Sam 22 Mar - 22:32

Morgan est quelque part heureux pour Christopher et Mary Nicholson. Ils vont repartir du bon pied après ça. Mais il aurait mieux fallu que le père ne soit pas allongé dans un lit d’hôpital pour que le tableau soit parfait. Et puis, il est aussi persuadé que la mère de Chris ne sautera pas de joie lorsqu’elle apprendra leur liaison, alors autant leur laisser ce moment. L’anglais est aussi heureux qu’elle ne pose pas davantage de questions sur sa présence ici. Quand c’est au tour de sa propre mère – se prénommant aussi Mary, par le plus grand ses hasards – d’entrer, il ne sait plus comment réagir. Il a déjà pris le parti de se faire discret, pour laisser leur intimité aux Nicholson, mais là, il sèche. Gêné, un peu comme un enfant pris en faute, il est infiniment soulagé lorsque sa mère vient le prendre dans ses bras.

Revenu une dizaine d’années en arrière, il se laisse faire sans protester, et enfoui son visage dans son cou. Elle aurait pu réagir tout autrement. C’est vrai qu’elle est sur la voix de l’acceptation, en ce qui concerne son cadet. Elle se montre compréhensive, et ne le blâme pas sur son orientation sexuelle. Elle au moins n’a rien contre ça. Ou plutôt, n’a plus rien contre ça. L’anglais est conscient que ce dû être une espèce de choc au début, mais le temps a joué en sa faveur. Tout doucement, ils ont repris contact, toujours de loin cependant. Ils voulaient se revoir d’ailleurs, ça fait des mois qu’ils en parlent, pour mettre beaucoup de choses au clair, mais Chris n’a jamais voulu le laisser partir à Seattle, à cause de Monsieur Smith. Là, en tout cas, rien ne l’empêche de serrer fort sa mère contre lui. Après un an, dieu sait que ça fait du bien. Il retient admirablement ses larmes, aussi ; il a simplement les yeux humides et brillants. Sa mère aussi d’ailleurs. En se reculant, elle arbore néanmoins un immense sourire, elle lui murmure au passage qu’il a bien grandi.

Il répond simplement à son sourire par un autre, un peu plus désolé quand même. Il devine aisément que chez sa mère, « grandi » ne veut pas forcément dire en taille. Elle le trouve sûrement changé, peut-être plus mûr, toujours est-il que dans ses bras, il est et restera son petit garçon, bien que plus grand qu’elle. Doucement, avec cette gentillesse pleine de grâce qui la caractérise, elle lui glisse encore quelques mots à l’oreille. Plus que ravi de revoir sa mère, de la savoir de son côté – le pire pour elle est peut-être le fait qu’elle n’est pas été présente pour lui lors de son "coming-out", mais ça il y repensera plus tard –, Morgan en oublierait presque la raison pour laquelle ils sont tous ici. Il n’a déjà pas fait gaffe à ce qu’a dit Mary Nicholson, trop occupé à hocher la tête lorsque sa mère lui demandait s’il mangeait bien et s’il ne manquait de rien. Toujours à s’inquiéter pour lui.

Le britannique revient dans le présent dès l’instant où son regard se pose sur son amant, proche du lit où son père repose. Mary Nicholson est en train de répondre à son fils, l’informant de la façon dont ce sont déroulés les évènements. Doucement, Morgan se rapproche, ne lâchant pas Chris des yeux. Madame Smith le suit, ayant bien remarqué son attitude, mais ne dit rien et se contente, pour sa part, d’être pleine de compassion pour son amie qui peine à venir au bout de ses explications. L’étudiant aimerait pouvoir prendre Christopher dans ses bras, lui rassurer, lui dire que ça ira, qu’il est là, mais il n’en fait rien. L’expression de l’ancien militaire le déchire le cœur, et encore plus de ne pouvoir rien faire pour lui. Mary Nicholson est d’ailleurs revenue se réfugier dans les bras de son fils, n’y tenant plus. Merlin les observe tous deux, puis Ryan, et ne peut s’empêcher de réagir à ce qu’a dit la mère de Chris.

— Il est militaire, et s’il est à l’hôpital, c’est parce qu’il s’est fait renversé par une voiture, souffle-t-il tout d’abord, avant de continuer sur le même ton. C’est bête quand même...

Ryan risque tellement gros pour un banal accident de la route, ça le dépasse. Il aurait maintes fois pu y passer sur le champ de bataille, et bien non. La vie a décidé que ce serait à la caserne qu’il prendrait cher. C’est encore plus injuste. A croire qu’injustice rime avec Nicholson, puisque Chris s’est aussi, "banalement", cassé la figure dans les escaliers. Morgan, tout innocent qu’il est, se rend soudain compte du silence. Relevant les yeux, il croise ceux de son amant et de sa mère. Même Mary Smith est assurément à deux doigts de lui tirer les oreilles, en lui intimant de réfléchir avant de l’ouvrir. Instantanément, il comprend que ce n’était pas une chose à souligner. Il rougit, et s’excuse immédiatement avec son empressement habituel, bien que ça ne serve jamais à racheter sa faute.

— De- Désolé, c’est pas ce que je... Il intercepte le regard de sa propre mère braqué sur lui, et baisse les yeux. Pardon.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
PNJ
• Personnage non joué •

Messages : 130
Date d'inscription : 16/03/2013

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Dim 23 Mar - 14:46


Mary Nicholson, 50 ans, Journaliste.

Mary s’étonne elle-même du calme qu’elle a lorsqu’elle explique à son fils les circonstances qui font que son mari soit à l’hôpital. Enfaite, elle a mit bien 20 minutes à l’expliquer à son amie, ses paroles étant entre coupées par des sanglots plus ou moins long. Mais bon, ça fait 12h qu’elle est ici, elle est sans doute trop fatigué pour continuer de pleurer. … tu parles ! Une fois l’explication finie, les larmes reviennent à nouveau se déverser sur ses joues. Heureusement, les bras forts de son fils reviennent se refermer sur ses épaules et elle se blottit à nouveau contre lui. La proximité de Christopher aidant, elle réussi assez rapidement à se calmer. Juste à temps pour écouter Morgan parler.

C’est la première fois que le jeune homme prend la parole depuis qu’il est ici. Mais ce qu’il dit est totalement déplacer. Il dit que c’est totalement bête qu’un militaire se retrouve à l’hôpital parce qu’il s’est fait renverser par une voiture. Se tendant, elle relève son regard vers le jeune Smith et le fixe durement. Tandis que la mère de ce dernier le réprimande, lui disant qu’il devrait réfléchir plus souvent avant de parler, Mary repense à Christopher et comment sa carrière s’est brusquement arrêtée par un accident bien plus banal que celui qu’a connut son mari.

- Tais-toi Morgan dit-elle froidement en se tendant légèrement sans pour autant lâcher son fils Tu ne sais pas de quoi tu parles alors ne dit rien elle fronce les sourcils Christopher a aussi connut un accident de ce genre. Bon, pas aussi grave que ça, vu qu’il s’en est bien remit elle baisse son regard sur son mari Il y aura donc maintenant deux Nicholson qui seront obligé de prendre leur retraite pour un accident tellement banal

Le regard rivé sur Ryan, elle ne remarque pas le regard que lui lance Morgan et Mary, ni la réaction de son propre fils.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Dim 23 Mar - 14:46

Oui, les circonstances des retrouvailles entre Christopher et sa mère ne sont pas des plus agréables, oui il sait pertinemment que sa mère ne verra aucunement du bon œil lorsqu’elle apprendra pour leur relation, mais tout ça lui est fort égale en ce moment même. Pour l’instant, tout ce qui lui importe est de connaître l’état exact de son père et ce qui s’est passé. Et la réponse n’est pas ce qu’il y a de plus joyeux, bien au contraire. Côtes brisées, poumon gauche perforé, rate éclatée, clavicule cassée et paralysie des jambes. C’est tellement horrible. Tellement injuste aussi. Certes, son père n’est pas la personne la plus agréable qui soit, Christopher sait qu’on le déteste autant qu’on l’admire, mais personne ne mérite ça. De toute manière, même s’il se remet de cet accident, il peut dire au revoir à sa carrière militaire, cela va de soit. Et c’est bel et bien ça qui désole le plus l’ancien officier.

C’est sans doute un trait de caractère des Nicholson : celui de se jeter corps et âme dans ce qu’on aime le plus et le faire bien. Si bien qu’on oublie que l’éventuel retour sur terre sera violent. Très violent. Christopher ne pourra que trop bien comprendre l’état de son père car il sait qu’il aime son métier et qu’il est fier de son parcours militaire. Un peu comme lui-même l’était. C’est tellement injuste.

Le visage fermé, il hoche simplement la tête et prend à nouveau sa mère dans ses bras. Tout cela ne signifie rien de bon. Christopher n’ose même pas imaginer les changements dans la vie de ses parents. Et surtout le côté financier de la chose. Bon, Ryan à la chance de bénéficier de l’assurance militaire, mais ça ne changera rien au quotidien que ses parents vont devoir adopter.  Mettant tout cela de côté, pensant qu’il leur restera bien assez de temps avant de devoir vraiment s’occuper de ça, Christopher caresse lentement le dos de sa mère afin qu’elle se calme. La voir pleurer ne lui convient vraiment pas. Ce devrait être le contraire, normalement.

C’est finalement Morgan qui brise le silence. Prenant la parole, il dit que c’est bête que Ryan soit à l’hôpital à cause d’une simple voiture alors qu’il est militaire. Christopher, qui connait assez bien son amant pour savoir qu’il parle très souvent avant de réfléchir, ne dit rien, se contentant de lui lancer un coup d’œil pour le mettre en garde de ne surtout plus rien dire de la sorte. Ce sont les femmes qui, elles réagissent. Tandis que Mary Smith réprimande son fils –qui s’empresse de s’excuser- Christopher sent comment sa mère se tend dans ses bras. Abaissant le regard vers elle, il voit qu’elle à le sien fixé sur son amant et sait qu’elle ne va pas s’empêcher de prendre la défense de son mari.

Mais ce qu’elle dit, le touche lui-même. Ecarquillant légèrement les yeux, il entre-ouvre la bouche puis déglutit et baisse  le regard. Relâchant en même temps sa mère, il se décale d’un pas et fixe son regard sur son père. Ses mains se crispent sur la couverture, tandis qu’il essaie silencieusement de se calmer.

-Chris … ? ça va ? demande doucement Mary en se rapprochant de lui et en posant une main sur son dos.

« Oh bien sûr que ça va » répond Christopher sur un ton cynique, plus fort qu’il ne l’aurait voulut, en se tournant vers sa mère et repoussant sa main « Bien sûr, tu fais à nouveau référence à mon accident et ma retraite, mais ouais ça va super bien » il lève les pouces et lui offre le plus beau des faux sourire qu’il puisse faire. « Sérieusement Maman … avant de dire à Morgan de se taire parce qu’il ne sait pas de quoi il parle, tu devrais faire un travail sur toi-même et réfléchir avant de parler. Au passage… » il lance un rapide coup d’œil vers son amant avant de reporter son attention sur sa mère « Morgan sait très bien de quoi il parle. »

-Mais … Chris reprend sa mère en se reculant d’un pas et en le regardant avec incompréhension Pourquoi tu réagis comme ça… ?

« Parce que ça me fait chier, voilà pourquoi » assène-t-il en la fixant d’un air dur « Ce qui s’est passé t’as toujours arrangé et ne dit pas le contraire parce que putain je me rappelle de ton sourire joyeux et soulagé quand tu as apprit que … » il se tait finalement et secoue la tête en se tournant vers à nouveau vers son père « Laisse tomber, on mettra ça au clair à la maison. Ce n’est ni l’endroit ni le moment pour dire ou faire quoique ce soit de ce genre. »

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Dim 23 Mar - 21:59

Comme d’habitude, Morgan aurait dû se taire. Il aurait dû garder ses pensées pour lui. Bien sûr, même si c’était déplacé, ce n’était pas méchant, ou quoi que ce soit du genre. Il trouve ça injuste que, pour des hommes qui risquent leur vie de façon, disons, honorable, se retrouvent à la retraite pour des histoires banales. C’est vraiment injuste, il n’y a pas d’autres mots. Et il ne doit pas exister d’autres situations à qui ce terme correspond mieux. En tout cas, il sent passer sa faute. Sa mère le gronde un peu, mais c’est surtout le regard de Mary Nicholson qui lui glace le sang. Il s’excuse rapidement, gêné, et se mord l’intérieur de la joue en entendant ce que la mère de Chris lui envoie à la figure. Il garde le regard baissé sous la froideur du ton de la femme. On ne se demande pas d’où Christopher tient ça. Elle lui dit de se taire car il ne sait pas de quoi il est question, et remet ce qui est arrivé à son fils sur le tapis. Il accuse le coup, ne dit rien parce que c’est elle, qui ne sait rien.

Après un instant, le britannique relève la tête pour observer son amant, sentant bien que ça ne lui a pas échappé. Une nouvelle fois, il le voit réagir en silence, et ne peut rien faire pour le calmer. Il assiste, impuissant, à la conversation entre lui et sa mère. Mary Smith se tient elle aussi tranquille, secouant doucement la tête, avant de lancer un regard entendu à jeune fils. Ce dernier croise son regard, puis le repose immédiatement sur Chris, qui en est venu à souligner que contrairement à ce que Mary Nicholson croit, il sait très bien de quoi il parle. Encore une fois, la femme ne souligne rien et se contente de ne pas savoir ce qu’il se passe dans la tête de son fils unique. Ce dernier a encore sa réaction en travers de la gorge, et il est vrai qu’elle a bien été hypocrite sur le coup. Morgan mentirait en disant qu’il ne la comprend pas. Cependant, elle inverse les rôles en pensant qu’il ne prend pas tout ça au sérieux. L’étudiant est d’ailleurs à deux doigts de penser que cela va s’envenimer, mais Chris, de lui-même, arrête le tir et dit simplement qu’ils régleront ça à la maison, et non ici.

Morgan cache son soulagement, il craignait que la mère et le fils ne s’emportent, alors que ce n’est vraiment pas le moment. Brisant le silence, Mary Smith devance son amie. S’éloignant de son jeune fils, elle reprend sur un sujet plus important : la nourriture. Reprenant ce qu’elle avait posé sur la table, elle tend un sandwich à la mère de Chris, s’excusant, car il n’y avait que ça. Même si ce n’est pas grand-chose, c’est toujours ça. Elle sourit, bienveillante, et recueille ainsi un autre sourire de la part de son ami. Le britannique échange pendant ce temps un regard son amant, inquiet mais aussi interrogateur. Il est en train de se triturer les doigts, n’ayant que l’envie d’aller le prendre dans ses bras, néanmoins il se retient. Peu importe ce que pense l’ancien militaire, ce n’est pas l’endroit où le moment pour que sa mère apprenne leur relation. Il est quand même rassuré par le sourire de Christopher.

Le reste de l’après-midi se passe tranquillement, Morgan prenant garde à ne pas trop parler. Lui et Chris trouvent le temps d’aller manger un petit quelque chose. Disons plutôt que l’anglais le force, à un moment donné, à aller prendre l’air et grignoter un bout. Mary Nicholson lui a dit la même chose, après qu’elle-même soit allée faire un tour avec son amie, étant donné que son fils était au chevet de son mari. Ils peuvent ainsi passer un moment ensemble, tous les deux, en paix. Ils en profitent d’ailleurs pour aller retrouver Smaug et lui dégourdir les pattes en le baladant sur le parking. Ils parlent surtout de choses et d’autres, de tout et de rien. En revenant vers la chambre, Morgan retient un instant Christopher, pour lui offrir un dernier baiser, et lui dire que tout ira bien, que son père est en vie, et qu’il faut rester positif. C’est à peu près à ce moment que madame Smith se décide de sortir.

— Je crois que nous avons beaucoup de choses à nous raconter mon petit Merlin, lance-t-elle avec un doux sourire.

Immédiatement, comme par une décharge, son fils s’écarte de l’américain. Ils n’étaient plus en train de s’embrasser, mais c’était tout comme. Il rougit d’avoir était ainsi pris sur le fait, bien que sa mère n’ait pas une attitude hostile – bien au contraire. Elle dit gentiment à Chris que sa mère l’attend, sous-entendant avec politesse qu’il doit les laisser seuls. Morgan lui lance un coup d’œil, et hoche la tête, lui faisant comprendre par un sourire que tout ira bien. Mary offre encore un sourire à Christopher alors qu’il passe à côté d’elle pour atteindre la porte de la chambre. La connaissant bien, l’anglais peut voir que derrière cette douce expression, elle est en train de jauger l’ancien militaire, de l’observer, de le détailler, presque de le défier d’oser faire du mal à son cher fils. Même si elle sait pertinemment qu’il n’en ferait rien.

L’heure suivante, ils la passent à parler, évoquant sa relation avec Chris – et par extension, un autre homme –, John Smith, William, la raison de son propre départ de la maison. Une heure, c’est peu, mais suffisant pour le moment. Sa mère doit de toute façon partir, car son mari va se demander où elle est passé. Ils ont un dîner ce soir, chez des amis. Ils retournent donc à la chambre de Ryan Nicholson, alors que Merlin parle de Smaug, étonnant sa mère. En rentrant, il reprend son mutisme, alors que Mary Smith s’excuse auprès de son amie, disant qu’elle va devoir y aller très bientôt. C’est alors que la mère de Chris, pour une raison qui lui est propre, questionne l’étudiant pour savoir où il va dormir, ayant sûrement admis qu’il irait chez ses parents. Il ne s’attendait pas à cette question, et met du temps à répondre, avant d’être sauvé par sa mère.

— Ce n’est pas une bonne idée qu’il revienne à la maison ajourd'hui, tu sais, je crains le pire avec John. Il ne part que demain pour son voyage d'affaires. Elle ne dit que la vérité, mais c’est aussi une excuse géniale. Le mieux serait qu’il loge chez toi, glisse-t-elle innocemment.

— Si cela ne vous dérange pas bien sûr, rajoute poliment Merlin, qui devine Chris prêt à passer outre l'assentiment de sa mère, rien que pour éviter à son amant de croiser John.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Lun 24 Mar - 11:34

Que son père soit dans un tel état le fait chier, d´autant plus que sa mère en profite pour remettre son propre accident sur la table. Il s´en serait très franchement passé. D´autant qu´avec l´évocation de sa chute, revient en même temps la douleur à sa cheville, celle pour laquelle il s´était finalement lever cette nuit, mais qu´il avait carrément oublié lorsqu´il a apprit ce qui est arrivé à son père. Debout devant le lit dans lequel celui-ci est allongé, Christopher commence une dispute avec sa mère, lui faisant comprendre qu´elle devrait réfléchir un peu avant de parler. Mais, jugeant que ce n´est franchement pas l´endroit ni même le meilleur moyen pour renouer avec elle, il met, lui-même, fin à la discussion, disant simplement qu´ils mettront les choses au clair plus tard. Et puis, il n´a aucunement envie de s´engueuler avec quelqu´un devant Morgan et sa mère. Ainsi, il coupe court à toute réponses que pourraient lui donner sa mère en reportant son attention sur son père. Du coin de l´oeil, il remarque pourtant, sans grand mal, le soulagement qui s´affiche sur le visage de son chéri. Il avait sans doute peur qu´il ne s´emporte, ce qui aurait franchement put être le cas. Mais peu importe.

Le reste de l´après-midi se déroule assez lentement. Mary Smith est la première à réagir en donnant le sandwich à son amie, s´excusant que ce soit la seule chose qu´elle ait trouvé. La mère de l´ancien officier semble se détendre un peu, et lui assure, avec un doux sourire et en prenant le sandwich, que c´est mieux que rien. Puis, ils restent dans la chambre. Tantôt silencieux, tantôt parlant, Christopher remarque qu´il a tendance à observer d´un oeil critiques tous les fait et gestes des infirmières qui vont et viennent. Non pas qu´il s´y connaisse réellement dans ce métier mais ... peu importe. C´est finalement Morgan qui insiste pour qu´ils sortent un peu. Tout d´abord réticent, Christopher se laisse finalement convaincre lorsque son amant lui dit qu´ils mangeront aussi quelque chose. Faut dire que ça fait presque 6h qu´il n´a rien avaler et que son ventre commence doucement à se rappeller à lui.

Se levant donc de sa chaise, il se dirige vers la porte de la chambre et attend que Morgan l´y ait rejoint pour sortir des soins intensifs. Ils passent rapidement part la cafétéria pour manger quelque chose, avant de sortir de l´hôpital. Devant le parking, Christopher marque un rapide temps d´arrêt pour respirer profondément, puis ils se mettent en route pour sortir Smaug. Le pauvre est enfermé dans la voiture depuis bien trop longtemps. Et même si deux fenêtres sont à moitiée ouverte, ce n´est pas ce qu´il y a de mieux pour un chien.

Ainsi donc, ils font quelques tours du parking avec le chien pour qu´il se dégourdisse les pattes puis lui donne a boir avant de le remettre dans la voiture. Ignorant ses gémissements et ses pleurs, les deux hommes retournent dans l´hôpital et se dirigent à nouveau vers les soins intensifs. Dans le couloir et avant d´arriver à la chambre, pourtant, Christopher se fait arrêter par Morgan qui, le tournant vers lui, l´embrasse. Furtivement, certes, mais c´est déjà mieux que rien. Il le rassure ensuite quant à l´état de son père que le plus important est qu´il soit en vie et que son devoir, à lui, est de rester positif maintenant. L´ancien militaire lui sourit et passe amoureusement une main dans son dos dans le but de l´attirer contre lui ... lorsque la porte de la chambre s´ouvre.

Vivement, ils se reculent tout les deux. Christopher ne cache cependant pas son soulagement lorsque son regard tombe sur la maman de Morgan et non sur la sienne. Elle explique ensuite à son fils qu´ils vont devoir parler puis lui indique que sa mère l´attend dans la chambre. L´ancien militaire hoche la tête, lance un coup d´oeil à son anglais préféré, lui fait un rapide clin d´oeil puis entre dans la chambre, ignorant le regard perçant de Madame Smith.

Ce n´est qu´une heure plus tard que les deux reviennent. Son amant a l´air tellement soulagé que l´ancien officier ne peut empêcher un doux sourire prendre possession de ses lèvres. Doux sourire qui, pourtant, s´amenuise légèrement lorsque Mary annonce qu´elle va devoir partir, et disparait complètement lorsque sa mère demande oú dormira Morgan. Enfaite, implicitement, elle demande s´il va dormir chez lui. L´ancien officier, qui s ´est levé en même temps que sa mère, baisse le regard vers elle puis le dévie vers son amant, avant de le porter vers Mary S. lorsqu´elle prend la parole. Elle dit que ce n´est pas une bonne idée que son fils viennent chez eux étant donné qu´elle craint la rencontre avec John avant de demander s´il peut loger chez les Nicholson. Tandis qu´il hoche la tête, Morgan, en tant que jeune homme extrèmement poli, ajoute qu´il ne le fera que si ça ne dérange pas Mary.

« Biensur que ça ne nous dérange pas» répond Christopher, coupant court aux hésitations de sa mère « N´est ce pas Maman?» il s´avance vers elle et lui offre un sourire « Tu connais John, non? Sachant que Morgan n´était plus à la maison depuis 1 ans, je doute que John sautera de joie en le revoyant » il se tourne vers Mary S. « Ce n´est pas contre votre mari, hein» se reprend-t-il « C´est juste que ... vous le connaissez mieux que moi et ...»

— Ne t´inquiète pas Chris sourit la principale concernée en enfilant sa veste Tu as tout à fait raison. Vous restez combien de temps? demande-t-elle en se tournant vers Morgan.

« Au moins jusqu´à la fin de la semaine » répond Christopher.

Mary lui lance un coup d´oeil, hésite quelques instants puis hoche la tête Tenez-moi au courant reprend-t-elle, plus hésitante, à l´attention de son fils.

Après une dernière accolade pour les trois et un bon courage soufflé à son amie, la femme sort de la chambre, laissant les trois derrière eux.

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Lun 24 Mar - 22:53

Toutes émotions commencent à fatiguer Morgan. Il n’était déjà pas très bien installé dans la voiture pour dormir, et n’a pas correctement fini sa nuit. De devoir faire face à la mère de Chris n’est pas simple non plus, devoir sans cesse être sur ses gardes pour qu’elle ne se doute de rien... Sans compter l’état critique de Ryan Nicholson. Et comme cerise sur le gâteau, sa propre mère. Néanmoins, le fait qu’il puisse un peu discuter avec elle le détend. L’anglais ne lui avait pas parlé de vive voix depuis très, très longtemps. Ils n’ont pu tout évoquer, tout approfondir – il y aurait tellement de choses à dire –, mais c’est déjà mieux que rien. Pour ne pas gâcher leurs retrouvailles, ils n’ont que relativement peu parlé de John. En revenant à la chambre, le brun n’a pas conscience du changement qui s’est opéré en lui, quelque chose comme un poids qui s’enlève. Il intercepte le sourire de son amant, et sourit en coin à son tour.

Mary Smith décide qu’il est temps pour elle de partir. Son amie demande alors, naturellement et sans arrières pensées, où Morgan dormira. Elle doit sûrement partir du principe qu’il va aller avec sa mère. Un peu pris de court, l’intéressé n’arrive pas à répondre. Fort heureusement, sa mère vient à sa rescousse en disant qu’avec son mari, ce ne serait sans doute pas une bonne idée, d’un coup, comme ça, sans prévenir. Elle demande alors à son amie si elle accepte de l’héberger. Morgan rajoute son grain de politesse. Avant que madame Nicholson n’ait le temps de formuler une réponse, Christopher met fin à ses hésitations. Il déclare que ça ne les dérangera pas le moins du monde – surtout pas lui, tu m’étonnes... –, et appuie encore la carte John, répétant à sa mère que la réaction de l’homme après un an sans avoir vu son fils ne serait pas sous le signe de la joie.

Il se tourne vers madame Smith pour s’excuser, mais elle le connaît mieux que lui. Avec un sourire, elle lui donne complètement raison, puis demande à son fils combien de temps ils restent. Encore une fois, Chris prend les devants en répondant à sa place. Morgan ne lui en veut pas vraiment, mais lui lance quand même un regard en coin. Ils resteront jusqu’à la fin de la semaine, au moins. Hochant la tête, elle finit par se retourner vers l’étudiant pour lui glisser que ce serait bien qu’il revoit son père. Merlin acquiesce doucement, avec hésitation, baissant furtivement les yeux. Il sait exactement ce que Chris est en train en pensant, et il ne peut s’empêcher de penser à peu près la même chose. Si John le revoit, il ne le laissera pas repartir aussi facilement. Il est venu jusqu’à Shady Cove pour le chercher, et maintenant qu’il est à Seattle, c’est encore plus facile.

Morgan sert une nouvelle fois sa mère dans ses bras, lui disant à l’oreille de passer le bonjour à River Song. Avec un léger, elle lui promet de le faire et l’invite même à passer pour voir les chevaux. Maintenant qu’ils n’ont plus d’enfants à la maison, et Mary ayant toujours été femme au foyer, malgré ses qualifications, elle a maintenant tout son temps pour les chevaux. Elle a d’ailleurs fait naître un poulain cette année, et elle n’en ait pas peu fière. Bref. Elle donne une dernière accolade à Chris, puis à son amie, pour lui donner du courage, avant de sortir de la chambre. D’un coup, Morgan se sent moins à l’aise. Avec sa mère à côté, il avait quelque chose à laquelle se raccrocher. Disons qu’il se sent un peu seul face à Mary Nicholson.

L’heure qui suit se déroule sans heurt, toujours dans le calme et le relatif silence d’une chambre d’hôpital. L’anglais et l’américaine n’échangent pas beaucoup de paroles, mais ça lui va très bien comme ça. Il laisse la mère et le fils en paix. Cependant, il note bien vite l’état de fatigue avancé de son amant. Il ne s’est que peu reposé depuis qu’il s’est levé. Et puis il y a sa cheville. En y repensant, le brun ne se souvient pas l’avoir vu ou entende se plaindre de son articulation. Toujours est-il que maintenant, Chris a l’air épuisé. Sa mère met un peu de temps à le voir, mais une fois qu’elle l’a remarqué, elle ne cesse de lui demander s’il veut rentrer. Morgan finit par y ajouter son grain de sel.

— Chris, on... Tu devrais écouter ta mère, tu as une mine épouvantable, il faut que tu te reposes. Puis son regard glisse sur Mary Nicholson. Ma mère m’a dit que vous étiez là depuis minuit, vous aussi vous devriez rentrer vous reposer.

Il se montre doux avec elle, parce que même s’il craint sa future potentielle réaction vis-à-vis de sa relation avec Chris, il s’inquiète pour elle. Ce ne serait pas vraiment intelligent de se ruiner la santé. Au même moment, une infirmière entre dans la chambre, suivit bientôt par un médecin. Le britannique n’écoute pas vraiment, il retient juste que l’état de Ryan serait stable. Ils rassurent aussi la pauvre Mary, comme ils peuvent. Finalement, il ne sort de ses pensées que lorsque Christopher se tourne vers lui, comprenant qu’il est temps de partir, il se lève promptement. Mary donne les clés de la maison à son fils, en lui disant qu’elle les suit de près, puis les laisse partir. Une fois à la voiture, Morgan décide de prendre Smaug sur ses genoux, tellement le chiot ne reste pas tranquille.

— Tu n’es pas retourné chez tes parents depuis quand ? demande-t-il de but-en-blanc à l’ancien militaire, tout en calmant le petit chien plus si petit que ça. Il attend sa réponse, puis repart sur une autre question. Et, ta mère, elle sait que.. qu’on habite ensemble, que tu m’héberges ? Et elle sait pour Smaug ? Qu’elle n’ait pas une crise cardiaque en le voyant quoi, rajoute-t-il, avec un léger sourire pour détendre un peu l’atmosphère.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mar 25 Mar - 11:20

l´heure qui suit le départ de Mary Smith est longue. non seulement à cause du silence relatif qui règne dans la chambre, mais aussi parce qu´il se sent horriblement fatigué. Faut dire ce qu´il en est: depuis 3h du matin, Christopher n´a plus dormi, s´est tapé 7h30 de route avec que deux petites pauses, n´a que très peu mangé et but aujourd´hui, sa cheville pulse douloureusement, même lorsqu´il est assit. Aussi, s´ajoute à cela la grande inquiétude pour l´état actuel dans lequelle se trouve son père, mais surtout pour la suite des évènements. Tout cela fait que Christopher remarque à plusieurs reprise comment ses yeux se ferment et que comment sa tête lui tombe lentement sur la poitrine.

Au moment d´un moment, Mary prend la parole, lui demande s´il souhaite rentrer. Secouant la tête comme pour chasser la fatigue, l´ancien officier répond par la négation qu´il souhaite encore rester. Ce qu´au bout de la 5ème fois lorsque Morgan s´y met aussi, que Christopher consent à accepter. Mais au même moment une infirmière suivit de deux médecins entrent dans la chambre. Se redressant sur sa chasie, l´ancien officier écoute avec attention ce qu´ils disent. L´un des médecins redit le diagnostique et explique la thérapie à l´autre, avant de règler un truc aux médicaments, jeter un coup d´oeil sur la cicatrice et noter deux ou trois truc. Puis, après avoir rassurer Mary -et Christopher par la même occasion- ils repartent. Croisant le regard de son amant, l´ancien militaire lui fait comprendre, silencieusement, qu´ils peuvent y aller. Il se lève et, d´un pas très irrégulier, se dirige vers sa mère. Celle-ci s´assure bien qu´il trouvera la route vers la maison puis lui refile les clefs et part.

Christopher se tourne une dernière fois vers son père, l´observe, inquiet, puis soupire doucement et sort avec son amant dans le couloir. Refermant la porte de la chambre derrière lui, il laisse glisser la clef dans la poche de son jeans puis se dirige lentement vers la sortie du couloir. Dehors, la nuit est déjà tombée, mais ils n´ont aucun mal à trouver leur voiture. En ouvrant la porte, c´est un Smaug complètement excité qui leur saute dessus avant de leur faire la fête. Tournant autour de Morgan, il lui saute dessus à plusieurs reprise en abaoyant joyeusement. Christopher aurait bien voulut sourire, mais la fatigue et les circonstances l´en empêche. Ainsi donc, sans dire un mot, il s´installe au volant et met le contact. Une fois que Morgan se soit installé et attaché, Smaug sur les genoux, il démarre et s´engage sur la chaussée.

C´est son amant qui décide de briser le silence, voulant savoir depuis combien de temps il n´est plus retourner chez lui, à Seattle. « ça doit bien faire 3 ans que je ne suis plus revenu ici, à Seattle » répond-t-il après un temps de réflexion « ça ne fait, bien évidement, pas 3 ans que je n´ai plus vu mes parents, mais j´étais bien souvent en mer même pendant noel ou nouvel an ou pour les anniversaires. Enfaite, ce sont eux qui venait chez moi à New-York.» il lance un coup d´oeil à Morgan « Mais ça fait un peu plus d´1 ans, voire un an et demi que je n´ai plus vu ma mère »

Il reporte son attention sur la route, alors que le jeune homme souhaite savoir si sa mère est au courant pour le fait qu´il l´héberge et surtout s´il est courant pour Smaug. Christopher arque un sourcil, puis se tourne vers le chien qui le regarde, langue pendante. Il se mord ensuite la lèvre inférieure, affichant l´air d´un gamin effrayé qui sait qu´il a fait ou oublié quelque de grave.

« Merde ...» souffle-t-il « J´ai oublié de le lui dire, pour Smaug » il soupire doucement puis hausse les épaules, faisant à nouveau attention à la chaussée « Enfin pas grave, elle aime bien les chiens et a toujours voulut en avoir un.» il sourit doucement et cligne plusieurs fois des yeux, commençant sérieusement à lutter contre le sommeil « Et en ce qui te concerne toi ... ouais. Elle sait que je t´héberge. Du moins, le sait-elle de mon père.» Il pince les lèvres « Il est le seul au courant. Pour nous...»

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mer 26 Mar - 1:13

Chris finit par accepter de rentrer, après que des médecins soient passés et en aient profiter pour les rassurer, lui et sa mère. Dans le couloir, et sur le chemin jusqu’à la voiture, Morgan hésite à lui prendre la main. Ou ne serait-ce qu’à lui parler. Il le laisse un peu seul dans ses pensées, se remettre un peu des nouvelles des médecins. Assez bonnes quand même, il faut l’avouer. Ça aurait pu être bien pire. La nuit est tombée, le soleil s’est couché en tout cas, alors qu’ils rejoignent la voiture. Là, Smaug se fait une joie de revoir ses maîtres, et le montre. Le britannique s’occupe du chiot, et le calme, voyant bien que Christopher n’est pas vraiment d’humeur.

S’installant côté passager, il prend Smaug avec lui, estimant qu’il a bien le droit après avoir passé de nombreuses heures enfermé dans la voiture. C’est ainsi que l’américain démarre en direction de la maison de ses parents. Après quelques minutes, et une fois Smaug plus calme, Merlin se décide à poser quelques questions à son amant. Tout d’abord, il lui demande depuis combien de temps il n’est pas retourné chez lui. L’ancien militaire lui répond après un peu de réflexion. Trois ans. Trois ans qu’il n’est pas revenu à Seattle, puisque c’était plutôt ses parents qui venaient le voir à New-York, et qu’avec son travail, il n’était pas souvent sur terre. Morgan hoche doucement la tête, baissant les yeux sur Smaug, et se dit qu’il aurait bien eu du mal à rester loin de Chris pendant des semaines, voire des mois, s’il était encore militaire. Rien que d’y penser lui retourne l’estomac.

Son amant précise quand même que ça fait plus d’un an qu’il n’avait pas vu sa mère. Là-dessus, Morgan peut plus le comprendre. Encore que dans le cas de Chris, c’était voulu. Enfin soit. Il acquiesce de nouveau, puis repart sur une autre question : il veut savoir si madame Nicholson est au courant pour Smaug et pour lui-même. L’américain se souvient ne pas avoir parlé du chiot à sa mère, mais ce n’est pas si grave, vu qu’elle aime bien les toutous. Par contre, elle sait que Morgan se fait héberger par Christopher, et elle l’a appris de son mari. L’anglais jette un coup d’œil à son amant, assez incertain.

— Et.. elle t’en a parlé ? Elle t’a posé des questions ?

Il est possible aussi qu’elle ait été trop secouée par l’accident de son mari, m’enfin ce n’est pas tous les jours qu’on retrouve son fils après un an, flanqué d’un petit jeune. C’est assez raccourcis, mais tout de même. Ou alors elle a dû en parler à Mary. Peut-être que cette dernière lui a même donné quelques informations. En tout cas, elle a dit à son plus jeune fils qu’elle n’avait pas mise son amie au courant pour la relation qu’il entretient avec Chris. Il n’y a que Ryan qui est au courant, du côté des Nicholson, et Morgan trouve ça bien assez pour le moment. Pas sûr qu’ils voient d’un bon œil que leur fils unique fréquente un autre homme, alors qu’il les avait habitué à autre chose. Pour les Smith, il y a toujours l’espoir de petits-enfants chez William, encore faut-il qu’il se trouve une femme. Morgan déglutit, et hoche furtivement la tête lorsqu’il apprend pour le père de son amant. Les militaires cinquantenaires ne sont pas forcément les plus ouverts d’esprit.

— Ton père sait pour nous, donc... Il a réagi comment... ? demande-t-il, un peu inquiet sur les bords quand même.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mer 26 Mar - 11:26

Les craintes et l´incertitude de son amant sont amplement justifiées. Il sait que la mère de l´ancien officier est une chrétienne très croyante et pratiquante. De ce fait, elle croit aussi aux principes de la religion, entre autre celui qui interdit l´homosexualité. Christopher l´a déjà souvent entendu dire à ses amies que l´homosexualité devait être punie et carrément bannit de la société. Il se rappelle qu´elle a même déjà dit que ce qu´à fait Hitler lors de la deuxième guerre mondiale, l´holocauste, devrait être remit au jour mais concernant cette fois tous ceux qui aiment le même sexe. Christopher était encore petit quand elle a dit cela à son père, mais il sait, d´après la réaction de Ryan, que sa mère est allée trop loin dans le débat. Et même s´il n´avait que 5 ans à l´époque, il se rappelle encore très bien de ces paroles. C´est sans doute pour cette raison qu´il a réellement peur de parler de sa relation avec sa mère. Il a peur qu´elle le renie, tout simplement et que ce soit elle qui coupe les ponts. Son père, lui, est carrément plus ouvert d´esprits et Christopher n´a attendu que deux mois après l´officialisation de la chose, pour lui en parler. Enfin.

Peu sûr de lui, Morgan lui demande si Mary lui a parlé du fait qu´il l´heberge. C´est d´ailleurs la seule chose que sa mère sait: qu´il héberge le jeune frère de son meilleur ami. Mais elle n´en sait pas plus. Son père lui a promit de ne rien dire, pensant que ce soit à son fils d´assumer son orientation sexuelle. Christopher leur a, pendant toutes ses années, fait croire qu´il n´était pas de ce bord, sans doute à cause de cette peur dont sa mère est à l´origine ou parce que les gay ne sont toujours pas très bien vu en société. Peu importe.

« Oui » répond-t-il finalement, après un petit temps d´hésitation « Enfin je ne pense pas qu´elle se doute de quoi que ce soit, elle m´a seulement dit qu´elle ne comprenait pas pourquoi je n´ai jamais appeler ta mère pour lui dire oú tu te trouvais » il lance un coup d´oeil vers Morgan « C´est tout. Elle n´a pas poser d´avantage de questions. Mais je vais être franc, elle n´a toujours pas digérer le fait que tu te sois barré sans donner de nouvelles » il lui offre un sourire sans joies puis reporte son attention sur la route « Même si ça ne la concerne pas directement, elle a tout de même put se mettre à la place de ta mère »

Il soupire doucement et, lâchant le volant d´une main, s´appuie sur le rebord de la fenêtre et se passe la main sur le front. Il sait que sa mère accueilleras Morgan sans problème, qu´elle se montrera gentil et compréhensive vers l´extérieur, mais a l´intérieur il sait que la rancoeur qu´elle ressent pour son amant ne sera que difficile à surmonter. Enfin. Le jeune anglais demande ensuite comment à réagit son père en apprenant pour leur relation.

« Tu veux vraiment savoir ...?» demande Christopher avec sérieux, affichant une mine neutre... avant qu´un sourire ne se peigne sur son visage « Il a extrèmement bien réagit » son sourire s´aggrandit un peu « Il m´a dit que de toute manière, mieux vaux que je te choissise toi que William » il rigole doucement « Non pas qu´il n´aimait pas William, au contraire les deux s´entendaient quand même vachement bien, mais même s´il ne te connait pas directement et qu´il ne t´as vu que quelque fois, il a tout de suite sut que tu étais quelqu´un de particulièrement doux et gentil » il se tourne vers son amant et lui sourit gentiment « Il a dit aussi que ça ne me fait pas de mal d´avoir le contraire de moi-même à mes côtés » il hausse doucement les épaules « Tu n´as aucunement besoin de t´en faire de ce côté. De toute manière il ne peut pas te faire de mal »

Il soupire tandis que son sourire s´efface à nouveau lorsqu´il fait référence à l´état critique dans lequel se trouve son père actuellement. C´est horrible et ignoble à dire mais oui, même s´il le voulait, pour l´instant Ryan ne peut rien faire contre Morgan. Enfin. Reprenant le volant avec sa main gauche, il le relâche de la main droite et, la tendant, va la poser sur la tête du chien pour le gratouiller derrière les oreilles.

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mer 26 Mar - 18:29

Mary Nicholson réagira mal à l’homosexualité de son fils. Morgan n’a pas souvenir de réflexion de sa part vis-à-vis de ça, mais il sait qu’elle est très chrétienne. Il a le sentiment que ça ne passera pas, qu’elle aura beaucoup de mal à s’y faire, si jamais elle y arrive un jour. D’autant que Chris n’a jamais présenté de signes, et que c’est un peu du jour au lendemain qu’il a lui-même découvert être plus de l’autre bord. L’anglais n’imagine pas le choc que madame Nicholson subira. Pour lui, ça a été moins brute de ce côté. Déjà, William aurait presque parié dessus. Sa mère l’a accepté pleinement, avec du temps, elle lui a même avoué qu’elle le soupçonnait en tant que mère, mais qu’elle avait tout fait pour n’y accorder aucun crédit. John Smith est contre, pas parce que ça le surprend, mais parce qu’il ne peut imaginer ça venant d’un de ses fils. Il n’est pas homophobe au sens strict, pas au point de penser qu’ils sont une tare de la société, mais il n’accepte pas que cela touche l’un de ses fils. Morgan se demande si, avec un autre homme que Chris, ça se serait mieux passer, avec moins d’éclats...

Enfin ça, il ne saura jamais. Il demande alors à son amant si sa mère sait qu’il l’héberge – pour faire simple – et qu’elle lui en a parlé. Sa propre mère a mal vécue le fait qu’il parte, il en est conscient, et Mary a été là pour elle. C’est ce côté-là dont lui parle Christopher, après l’avoir rassuré quant au fait qu’elle ne se doute de rien. Elle lui a juste dit qu’elle ne comprenait pas pourquoi le plus jeune Smith était parti du jour au lendemain, à l’instar de son grand-frère, et pourquoi Chris n’avait pas alerté la famille lorsque le britannique était venu sonné chez lui. Fait est que l’ancien militaire n’avait pas vraiment posé de questions, et qu’il avait accepté pleinement de l’accueillir, pour une durée indéterminée, en lui laissant le choix de parler ou non. Mary Nicholson n’a demandé d’autre. Christopher avoue tout de même qu’elle en veut beaucoup à Morgan pour être parti sans rien dire, sans donner de nouvelles à sa mère.

— Je comprends, elle a quand même vécu la même chose, ou presque, souffle-t-il avec un coup d’œil pour Chris. Par contre, puisque ma mère m’a pardonné, elle devrait en faire de même, ça ne la concerne pas normalement.

Tout en parlant, il a son attention portée sur Smaug. Le chiot regarde l’extérieur, la langue pendante, pas du tout conscient qu’on ne l’attend pas, et que ses maîtres vont peut-être s’en prendre plein la gueule. Morgan ne peut en vouloir à Mary Nicholson pour ça, lui-même s’en veut pour n’avoir pas tenu compte de sa mère. Il a eu un ras-le-bol de son père, et il faut avouer que sa mère n’a rien fait pour lui. Elle était moins réticente pour son avenir, mais se rangeait tout de même du côté de son mari sous prétexte qu’il faut privilégier des études avec des débouchés. Et accessoirement, ne pas oublier l’échelle sociale. Ce dernier détail a toujours été quelque chose d’assez abstrait chez le britannique, mis à part que son père a grimpé seul et que sa mère était déjà en haut. Cependant, il pense que ça n’aurait rien changé pour lui s’il était né dans une famille moyenne. En parlant de ça, il demande à Chris ce que son père en a pensé de leur relation, vu qu’il est au courant. La tête que fait son amant l’inquiète un peu plus, avant que son sourire ne le rassure.

Ryan Nicholson a eu l’intelligence de bien réagir. Morgan l’imaginait plus obtus, un peu comme sa femme, mais il s’est visiblement bien trompé. Le militaire avait d’ailleurs relativisé, en avouant à son fils qu’il le préférait avec le cadet plutôt qu’avec l’aîné. L’étudiant rit doucement, puis rougit un peu, reprenant son sérieux, lorsque Chris lui dit que bien que Ryan ne le connaissait pas vraiment, il le trouvait très gentil. Et il pensait aussi que ce n’était pas une mauvaise chose que son fils ait trouvé quelqu’un d’opposé. L’anglais ne peut qu’approuver. Il allait dire quelque chose, mais Christopher reprend en disant que Ryan ne pourrait rien lui faire de toute façon. Le froid jeté est inattendu. Le brun a besoin d’un peu de temps pour trouver quelque chose à répondre. Il observe tout d’abord Smaug chercher à se retourner pour se rapprocher de Chris, qui lui gratouille la tête.

— Et pscht! Reste tranquille, ordonne-t-il, avec un sourire quand même, en retenant le chiot, qui finit par abandonner l’idée. Morgan peut enfin se concentrer sur ce qu’a dit son amant un peu plus tôt. Je ne pense pas qu’il m’en aurait fait tu sais, il me faisait peut-être peur quand j’étais petit, mais il ne m’aurait pas fait de mal. Il relève le regard sur Chris, après l’avoir passé sur Smaug. Et puis, j’aurais eu deux gardes du corps pour me protéger, hein ? sourit-il doucement, en serrant le petit chien contre lui.

Smaug s’agite et cherche à lui lécher la joue, et Morgan ne l’en empêche pas, souriant et rigolant. Ça lui fait de bien de se dégager un peu de l’ambiance pesante et lourde qui les a suivi toute la journée. Et puis il pense que ce n’est pas mal que l’américain se change aussi les idées. Pour sa part, il retrouve un peu de sa joie et de sa bonne humeur naturelle grâce à son chien. Le trajet se déroule relativement rapidement, et le britannique redécouvre presque Seattle. Enfin, les quartiers où il n’allait pas souvent, il était plus cantonné à une grande demeure à la périphérie, dans un quartier disons, de riches. Cela fait une dizaine d’années qu’il n’était pas revenu dans cette partie de la ville, mais le trajet jusqu’à la maison de Christopher lui rappelle des souvenirs. Il parle de quelques-uns à Chris, comme cette fois où, après les cours, le petit anglais était venu par ses propres moyens jusque chez lui parce que William y était. Il s’était perdu, mais avait réussi. C’est là-dessus qu’ils arrivent et que l’ancien militaire gare la voiture. Mais avant de sortir de là, Morgan pose une main sur sa cuisse.

— Hé, attends. Il décale un peu Smaug pour se pencher vers Chris, alors qu’il passe une main dans sa nuque pour l’embrasser. Pour une fois, le chiot reste calme, ce qui autorise l’anglais à approfondir le baiser comme il le veut. Son amant lui répond bien évidemment. Se reculant finalement, le souffle plus court, Morgan sourit. Je ne tiendrais pas plusieurs jours sans tes baisers, je te préviens. Il lui vole un autre baiser au passage, se disant que se passer de contacts amoureux approfondis va déjà être difficile, mais alors ses lèvres, ça ne va pas être possible.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mer 26 Mar - 20:52

Christopher a pleinement conscience qu´il va devoir profiter de ces jours ici pour parler à sa mère de sa relation avec Morgan. Il ne pourra aucunement repousser le moment de la confrontation et c´est bien ça qui risquerait de plomber l´ambiance. D´autant que Mary a admirablement réussi son coup en évoquant son accident. Mais peu importe, il ne va pas non plus lui en tenir encore longtemps rigueur. Lorsqu´ils se sont retrouvé tous les deux seuls dans la chambres, Christopher a mit au claire que ce sujet était tabout, pour chacun. Enfin. Avec Morgan, ils en viennent à parler de sa mère. Christopher lui avoue qu´elle lui en veut encore et toujours d´être parti sans donner de nouvelles. Ce à quoi son amant répond qu´il peut la comprendre mais que, vu que sa propre mère, donc la seule concernée, lui a pardonné, celle de Christopher devrait en faire de même. L´ancien militaire hausse les épaules, mais choisit de ne pas répondre. Certes, c´est injuste de la mère de sa mère et il le sait, mais c´est ainsi, il ne pourra rien y changer lui. Et ne fera surement qu´agraver le tout avec son prochain aveux. Enfin.

Au final, la discussion tourne à nouveau autour de Ryan qui est le seul à être au courant pour sa relation avec le jeune anglais. Christopher lui explique en détail que son père a eu la réaction qu´il imaginait: calme et compréhensive. D´ailleurs, l´ancien officier vient carrément à se demander si Morgan pensait à une autre réaction. Si oui, laquelle? Pensait-il que son père soit du genre de sa mère? C´est que l´anglais n´y connait rien dans le métier de militaire. Enfin. Sans le vouloir, l´ancien officier jette un froid en concluant ses paroles par le fait que son père ne pourra pas lui faire de mal actuellement.

Son amant semble subitement un peu moins bien à l´aise et se concentre tout d´abord sur Smaug qui semble vouloir changer de place et venir se poser sur les genoux de Christopher. Une fois qu´il ait reprit le contrôle sur le jeune chien, Morgan porte son regard sur l´américain et lui dit que, de toute manière il ne pense pas que son père lui aurait fait du mal. Il lui faisait peur, certes, quand il était plus jeune, mais c´est tout. L´ancien officier acquiesce en hochant la tête, mais préfère, encore une fois, ne rien dire, n´ayant que très peu envie de repenser à nouveau à son père et donc à l´état dans lequel il se trouve.

Ils finissent par se plonger dans une conversation plus joyeuse, Smaug qui s´agite sur les jambes de Morgan aidant évidement à détendre l´atmosphère. Morgan commence à évoquer quelques souvenirs comme la fois oú, petit garçon qu´il était, il a tenté de trouver la maison de Christopher pour y chercher son frère. Il s´est perdu et était complètement frigorifié parce qu´il faisait froid et qu´il avait même commencé à pleuvoir. C´est d´ailleurs la première fois que Mary lui a fait un de ses chocolats chaud. Mais c´est aussi la fois oú Christopher a demandé à William si son frère n´était pas un peu con. Après lui avoir foutu un sacré coup de poing contre l´épaule -frappe qui a laissée une marque pendant bien une semaine- il a prit la défense de son fréro, disant simplement qu´il est un peu tête en l´air et que c´est la première fois qu´il a tenté de lui-même de venir ici. Enfin.

Bien rapidement ils arrivent à distination. Soufflant que ce n´est pas trop tôt, Christopher se garre, coupe le moteur de la voiture. Mais, avant qu´ils ne puissent sortir, il se fait retenir par Morgan. Se décalant, celui-ci s´approche de lui et l´embrasse. L´ancien officier sourit intérieurement et répond sans tarder au baiser, posant une main sur la joue de son amant. Puis, après avoir quelques peu approfondi le baiser, Morgan se recule et dit qu´il ne tiendra surement pas plusieurs jours sans baisers. Christopher hausse doucement les épaules, affichant un air désolé, se fait à nouveau embrassé -plus furtivement cette fois- puis ils sortent.

Grimaçant en mettant du poid sur le pied gauche, Christopher attend quelques instants en s´appuyant sur la voiture avant de la contourner et sortir leur sac. Il ferme ensuite la voiture à clef et, lentement se dirige avec son amant vers la maison. Il cherche rapidement la clef, ouvre la porte et la referme derrière Morgan. Allumant les lumières, il s´appuie contre le mur pour déchausser ses chaussures puis s´avance vers la cuisine, par habitude sans doute. Là, il découvre un mot sur le plan de travail, disant que Mary est chez les voisins mais qu´elle a déjà préparé le lit dans la chambre d´ami et dans celle de Christopher.

« Tu prendras la chambre d´amis, d´accord? » demande-t-il en se tournant vers son amant.

Celui-ci accepte et ensemble ils montent à l´étage. Christopher lui montre rapidement oú se trouve la salle de bain et les toilettes avant de le diriger vers la chambre d´amis. Ils se mettent ensuite d´accord que Smaug ira dormir avec Morgan. L´ancien militaire embrasse une dernière fois son amant avant de le prendre dans ses bras et le serrer contre lui, profitant de sa proximité. Les paupières mis close, il lui caresse la nuque et les cheveux, avant de l´embrasser sur la tempe.

« Bonne nuit mon chéri » lui souffle-t-il avant de l´attraper par le menton et l´embrasser à nouveau sur la bouche.

Ils se détachent ensuite et Christopher attend que Morgan soit entré dans sa chambre et ait fermé la porte derrière lui pour se diriger vers la sienne. Là, il entre, ferme la porte, allume la lumière et, adosser à la porte, se prend le temps d´observer l´intérieur de sa chambre, un doux sourire se formant sur ses lèvres. C´est qu´elle n´a vraiment pas changé depuis la dernière fois qu´il était ici. Enfaite, il a l´impression qu´à par les altères de son père tout est resté comme quand il l´a quitté pour aller à la marine. C´est rassurant quelque part.

Se poussant de la porte il se dirige vers le lit et s´assoit dessus pour se deshabiller. Il éteint ensuite les lumières et se couche sur le matelat. Tout à coup, il se sent bizarre. Presque triste. Non pas à cause de son père mais bel et bien à cause du fait que ça lui fait extrêmement bizarre de dormir dans un si petit lit une place. Mais surtout de dormir seul. Là dernière fois que c´était le cas s´était après halloween lorsque Morgan et lui étaient en froid. Un frisson lui parcoure lé échine et malgré son état de grande fatigue il ne parvient que difficilement à s´endormir. Et lorsque c´est le cas, le sommeil est tout sauf agréable.

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Morgan M. Smith
• Étudiant •

Messages : 1058
Date d'inscription : 22/03/2013

Description du personnage
Âge : 23 ans.
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Christopher.

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Mer 26 Mar - 23:26

Il aimerait ne pas y penser, mais il est obligé. Morgan n’arrive pas à s’enlever de la tête qu’une fois qu’elle saura pour Chris et lui, Mary Nicholson réagira mal. Il ne sait pas contre qui, mais il sait qu’elle n’acceptera tout simplement pas. Plus qu’eux, cela touche aussi sa propre mère, Mary Smith. La mère de Christopher pourrait lui en vouloir de ne lui avoir rien dit, et d’être tout simplement pour cette relation. Pourtant, il y a bien plus important : l’état du père et mari. Ryan Nicholson est dans un lit d’hôpital, pas encore sorti du coma. C’est bien plus inquiétant et bien plus grave que deux hommes qui couchent ensemble bon sang. De même, madame Nicholson ne devrait plus s’attarder sur ce qu’a fait le britannique par le passé.

Ils évoquent ensuite le père de l’ancien militaire, le brun se demandant de quelle façon il a réagi en apprenant pour eux, car il est le seul au courant. Ryan a très bien réagi, au contraire de ce que pensait Merlin, ce qui rassure amplement ce dernier. Malheureusement, Chris jette un froid en reparlant de sa condition, et son amant n’a pas le cœur de parler. Smaug, voulant aller chez son autre maître, brise un peu de cette glace, et Morgan retrouve lui-même son calme en calmant le chiot. Il dit ensuite qu’il est certain que Ryan ne lui ferait jamais de mal. La conversation se poursuit sur d’autres sujets, l’américain n’ayant pas forcément envie de reparler de son père. L’atmosphère se détend sensiblement. L’anglais en vient à parler de quelques souvenirs, dont un, lorsqu’il est venu chez Chris tout seul. Il souhaitait rejoindre son frère – comme toujours –, et ça aurait pu très mal finir. Un petit garçon, seul, dans une partie de la ville qu’il connaît mal. Il s’est perdu, naturellement, mais a fini par arriver à destination. Il a d’ailleurs eu droit, pour la première fois, à un chocolat chaud de la part de Mary Nicholson. Qui aurait cru, à cette époque, que Christopher et Morgan étaient destinés à finir ensemble ?

Quand ils arrivent à la maison, et après s’être garés, le brun va tout de même chercher un baiser. Le bonheur qu’il trouve sur ses lèvres lui manque déjà. L’ancien militaire pense assurément la même chose : ça va être dur à vivre d’être proche sans pouvoir se toucher. En sortant de la voiture, Morgan ne quitte pas Smaug des yeux, l’ayant attaché à sa laisse, puis récupère son sac. Le chiot se montre très curieux, et ça continu lorsqu’ils entrent dans la maison. L’anglais regarde un peu la déco, se rappelant assez bien de certains détails, puis il détache Smaug. Enlevant ses chaussures, il relève la tête lorsque Chris lui dit qu’il prendra la chambre d’amis. Il acquiesce, n’ayant pas vraiment d’autres choix, au final. Ils montent à l’étage, font une rapide visite pour que le plus jeune se repère, puis se rendent devant la chambre d’amis. Smaug ne les a pas vraiment quittés, et il est décidé qu’il dormira avec Morgan. Ça lui fera un peu de compagnie, c’est ce qu’il se dit.

Christopher vient le prendre dans ses bras, après l’avoir embrassé, et lui souhaite bonne nuit. Il ne se fait pas prier pour lui rendre la pareille, le serrant contre lui. Ils vont être séparés, cette nuit, contre leur gré, ça n’était encore jamais arrivé. La dernière fois, c’était après Halloween, lorsque Morgan avait appris la rumeur. Il répond à son dernier baiser, en nouant ses bras dans son dos. Il n’a pas envie de le quitter, mais est bien obligé. Après une dernière caresse sur la joue, il laisse son amant dans le couloir pour entrer, accompagné de Smaug, dans la chambre d’amis. Il soupire lourdement, puis sourit légèrement en observant son chien aller renifler un peu partout. L’anglais commence alors à se déshabiller, et enfile un pantalon de pyjama, avant de se glisser sous la couette. Il préfère ne pas réfléchir des masses, car il se sent déjà seul, même si Smaug a sauté sur le lit et s’est couché au bout. Morgan ne lui dira pas de descendre, le sentir proche de lui le rassure. D’un autre côté, il met du temps à s’endormir.

Comme toujours lorsqu’il est seul, loin de Christopher, il est mal. Les quelques jours qui ont suivi Halloween, il n’a d’ailleurs presque pas dormi. La première fois où il a ressenti ça, c’était suite au premier baiser, non voulu et non prévu, de Christopher, la nuit où il a eu son cauchemar. Le britannique a mal dormi jusqu’à ce qu’ils s’expliquent. Cette nuit ne va pas faire exception, son sommeil n’est ni profond, ni reposant. Il se sent creux, comme s’il lui manquait quelque chose, et il se réveille plusieurs fois. Il entend même Mary Nicholson rentrer. Lorsqu’il s’éveille une énième fois, il soupire fortement, et s’assoit de lit. Il trouve la lumière, l’allume, et décide rapidement que ça ne peut plus continuer. Soit il ne dort plus de la nuit, soit il rejoint Chris pour quelques heures. Il regarde Smaug, qui dort paisiblement comme toute petite boule de poil qu’il est, puis sort de la chambre après avoir éteint.

Dans le couloir, il prend deux minutes pour se repérer, et se dirige vers la chambre de son amant, se rappelant de ce qu’il lui a dit tout à l’heure. Il souffle un coup, avant d’abaisser doucement la poignée. Par chance, il ne fait que peu de bruit en entrant. La porte ne grince pas en se refermant, bon point. Il s’avance ensuite, lentement, et a tâtonnement parce qu’il fait foutrement nuit. Il repère le lit, et se glisse le plus furtivement possible sous la couette. Attiré comme un aimant, il se colle contre Chris, son Chris. Un vrai instinct. Morgan se retrouve blotti contre lui, et enfin serein. Il esquisse d’ailleurs un sourire, alors qu’il sent l’ancien militaire remuer pour s’installer plus confortablement.

— Je n’arrivais pas à dormir... souffle-t-il pour se justifier, même s’il pense bien que Christopher ne lui en voudra pas.

Faudra juste faire attention à ce que madame Nicholson ne les trouve pas dans le même lit.

______________________________________________________________________________

Happiness only real when shared.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Christopher S. Nicholson
• Vendeur •

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/03/2013

Description du personnage
Âge : 30 ans
Côté cœur : En couple
Conjoint(e) : Morgan M. Smith

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Jeu 27 Mar - 11:28

Christopher ne s´endort que très difficilement. Et lorsqu´il y parvient, ce n´est qu´un sommeil très léger et aucunement réparateur, Bien au contraire. L´ancien officier ne fait que se tourner et retourner ce qui accentue la douleur À sa cheville. Si bien qu´il se redresse finalement. Mettant la couverture sur le côté, il se penche en avant et se passe une main sur la cheville. Avec une grimace de douleur, il remarque que la température est bien trop élevée pour être normale. L´ancien miliatire soupire et ferme les yeux. Se passant une main sur le visage, il joue furtivement avec l´idée d´aller rejoindre son amant dans la chambre d´amis, mais entend au même moment sa mère rentrer, marcher au rez-de-chaussée puis entrer dans sa chambre. Soupirant doucement, il se recouche finalement à nouveaz, tire la couverture sur lui et tente de se rendormir.

Quelques instants plus tard, il entend la porte s´ouvrire et se refermée. Des pas s´approchent de son lit, la couverture se lève et Christopher sourit doucement. Morgan. Son odeur ainsi que sa façon de se blotir contre lui le trahisse avant même qu´il ne prenne la parole. Il l´écoute parler avant de se tourner vers lui et lui faire un peu plus de place « Tu as bien fait de venir » lui souffle-t-il en passant un bras autour de lui.

Tout à coup, il se sent bien mieux. Avec son amant dans ses bras, Christopher est tout de suite plus détendu, plus serain et rassuré. Et enfin il parvient à s´endormir, profitant d´un sommeil doux, agréable et reposant. Mais le réveil, lui, est d´autant plus brutal. Il n´entend que distraitement le téléphone sonner, ne prend que partiellement en compte qu´on monte les escaliers, mais entend bien clairement qu´on ouvre la porte de sa chambre et que s amère ne prononce son prénom qu´à moitié. Écarquillant les yeux, il se redresse vivement sur son lit et croise le regard de sa mère qui se fixe en retour, carrément choquée.

« Maman ...? » souffle-t-il, sentant la panique monter en lui. Lorsque Mary fait demi-tour et sort de la chambre, l´ancien officier jure furtivement contre lui-même et repousse la couverture « Maman! Attend! »

Il se lève, trébuche lorsque sa cheville se réveille brusquement et se rattrape à la commode. Grimaçant, mais ignorant la douleur sisaillante, il enfile rapidement son jeans et le boucle en sortant de la chambre. Aussi rapidement que sa cheville le lui permette, il descend les escaliers et rejoint sa mère dans le salon.

« Mamant, c´est pas ce que tu crois » reprend-t-il s´immobilisant devant elle et en l´obligeant à se retourner « enfin si c´est ce que tu crois, mais je ...»

Il ne peut en dire d´avantage car, s´étant retourner vivement, Mary lui lance un regard meurtrier et pête un plomd. Un vrai. Un mélange de nervosité, de désespoire, de rage, d´incompréhension et même de paranoia. Un réel pot pourrit de ressentiment, si bien que Christopher a juste envie de disparaître. Se reculant fébrilement d´un pas, il baisse le regard et essaie de se faire le plus petit possible, laisse les injures sortir de la bouche de sa mère.

______________________________________________________________________________

 
"Happiness dwels in the soul"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
PNJ
• Personnage non joué •

Messages : 130
Date d'inscription : 16/03/2013

MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan] Jeu 27 Mar - 18:32

Mary est bien contente que son fils soit là avec elle et qu´elle ne soit pas seule dasn cette situation. Elle sait pourtant que ce n´était pas très intelligent de sa part d´évoquer sa retraite et sa blessure, d´autant qu´il lui a avoué que sa cheville n´était toujours pas guérie. Alors qu´ils n´étaient que tous les deux dans la chambre de Ryan elle lui a dit que ce n´est pas normal si, après près de deux ans, son articulation fait encore des siennes, qu´il doit y avoir un problème et qu´il devrait aller consulter. Mais, contre toute attente, elle ne s´est re´colter qu´une réponse froide, comme quoi il ne veut pas aller voir un spécialiste car il a comme le sentiment que s´il le fait il va encore se faire opérer. Après 5 opération, Mary peut comprendre qu´il ne soitq ue très peu motivé pour passer une 6ème fois sur le billard. Elle n´a que fait hocher la tête, pendant tout de même que ce soit fort naif et extrèmement bête comme façon de penser. M´enfin.

Ils ont finit par sortir de l´hôpital. Mary est partie en première et a refilé le double de la clef de la maison à son fils. En arrivant à la maison elle s´est fait interceptée par ses voisins -qui sont les parents du collègue de Ryan qui n´a été que légèrement blesser dans l´accident- et n´a pas eu le courage de refuser leur invitation. Elle s´est tout de même prit le temps de préparer les lits pour Morgan et Christopher et leur écrire un mot pour les prévenir oú elle est.

En rentrant à 0h00, les deux hommes sont au lit, surement entrain de dormir profondément. Elle même tombe comme une pierre sur son son lit et dort profondément, ne se réveillant que le lendemain à 9h. Elle a tout juste de temps de s´habiller que le téléphone se met à sonner. Hâtivement, elle sort de la chambre et décroche. En entendant que c´est le médecin, qui s´occupe de Ryan, qui est a l´autre boût du fil, son coeur manque un battement et la peur commence à remonter, redoutant les mauvaises nouvelles et s´imaginant toutes sortes de scénarios. Au final, la peur est totalement injustifié car Ryan s´est réveillé. Elle en aurait presque hurlé de joie. Comme bien souvent, les spéculations des médecins sont bien loins de la vérité.

Remerciant donc le médecin, elle raccroche et monte rapidement les escaliers. Peu importe si Christopher dort, elle est obligé de le réveillé. Et il ne lui en voudra aucunement de ce faire si c´est pour lui annoncer ce genre d´excellentes nouvelles. Mais si elle avait sut qu´en entrant dans sa chambre sa joie et sa bonne humeur disparaîtront aussi subitement et que ce qu´elle verra aura l´effet d´une claque dans la gueule, elle aurait surement attendu que son fils ne descende de lui-même. Mais comme elle ne peut ni voir à travers les murs ni lire l´avenir, elle toque une fois à la porte puis, sans attendre de réponses, entre.

- Christo ...

Sa voix se brise lorsque son regard tombe sur son fils qui se trouve dans les bras de Morgan. Figée sur place, elle fixe les deux hommes. Christopher se redresse subitement et la regarde comme quelqu´un qui a été prit sur le fait. Ce n´est que lorsque son fils prend la parole qu´elle réagit. Faisant volte face, elle claque la porte et retourne au rez-de-chaussé. S´avançant dans le salon, elle entend Christopher la rejoindre et lui sortir l´excuse du "ce n´est pas ce que tu crois". Vivement elle se retourne et ignore la suite des paroles, le fusillant du regard.

- Ce n´est pas ce que je crois reprend-t-elle en l´imitant avant de durcir d´avantage son regard Tu te fois de ma gueule là ?! Hein? Tu te rends comptes ce que tu fais là? Tu te rends comptes à quel point tu as merdé? Avec Morgan en plus putain! ça fait combien de temps hein? Depuis combien de temps tu baises avec ce gamin ...? elle lève vivement les mains NON. Non ne répond pas, je ne veux pas savoir. Tu me dégoute Chris. Je pensais pourtant qu´on avait réussi ton éducation. Mais visiblement non. On a merdé, sur toute la ligne elle repousse son fils lorsqu´il se rapproche d´elle et se recule d´un pas Ne me touche pas! grogne-t-elle Si j´avais sut que tu étais de ce bord dieu sait que jamais, oh non JAMAIS je ne serais venu sur l´idée de t´appeller. Peu importe dans l´état dans lequel se trouves ton père elle le repousse à nouveau, plus vivement, lorsque Christopher refait une seconde tentative d´approche Tu devrais avoir honte d´avoir tourné ainsi conclut-elle.

Elle passe ensuite à côté de Christopher en le bousculant vivement et s´immobilise devant Morgan qui les observe depuis l´entré du salon. C´est ta faute lui dit-elle Si tu étais resté bien sagement chez tes parents je n´aurais pas un fils pédé à l´heure qu´il est. Tu ...

Son regard se baisse vivement et elle écarquille les yeux en voyant Smaug. Les oreilles plaquée en arrière, il montre ses dents et grogne simplement, intimant ainsi silencieusement à Mary de rester oú elle est et de ne surtout pas faire de mal à Morgan. Elle soutient son regard et s´avance d´un pas. Passant à côté de Morgan, le bousculant aussi, elle s´effraie lorsque le chien commence à lui aboyer vivement dessus, avant qu´elle n´attrape son manteau et son sac.

Ton père est réveillé lance-t-elle en ouvrant la porte Ne t´avises surtout pas à venir le voir. Et en revenant je vous que vous et ce clébard soyez parti

Ce disant elle ferme la porte derrière elle et se dirige vers la voiture pour aller voir son mari qui a surement plus besoin d´elle que ce fils.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan]

Revenir en haut Aller en bas

On ne tourne pas le dos à une famille, même si elle l'a fait. [Morgan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shady Cove :: A L’EXTÉRIEUR DE SHADY COVE :: 
Autres destinations
-
Sauter vers: